Que signifie être une Geisha au Japon ?

geisha-japon

Tu t'intéresses à la culture japonaise ? L’histoire des Geishas te passionne ? Tu souhaites en savoir davantage à leur sujet ? Nous avons effectué pour toi quelques recherches qui répondront à ta curiosité.

Apparue au cours des années 1800, la Geisha renvoie à une appellation culturelle. Les femmes geishas sont des artistes jouant des instruments traditionnels.

Elles apprennent également depuis leur plus jeune âge la danse japonaise ainsi que l'art de tenir compagnie aux invités dans les lieux de réjouissance et de distraction. On confond beaucoup les geisha avec des Oiran (courtisanes de haut rang).

Mais elles ont su marqué l'histoire du Japon en se démarquant par leur talent artistique et leur style japonais. Elles sont aujourd'huis respectées dans tout l'archipel nippon, même si elles continuent d'attirer les convoitises !

Pour découvrir leur métier, nous verrons dans cet article :

  • L’origine et l’historique du Geisha
  • Comment devient-on Geisha ?
  • En quoi consiste le métier de Geisha ?
  • Le style vestimentaire Geisha
  • Pourquoi associe-t-on les Geishas et la prostitution ?
  • Les Geisha au 21ème siècle 

Passons au vif du sujet !  

Apogée de la culture Geisha

geisha-au-japonGeisha au Japon

Dans les grandes métropoles nippones, une geisha représentait une artiste respectant les traditions et qui avait pour rôle de divertir le public lors des différentes manifestations artistiques.

En plus d’être chargé de l’accueil des différentes invités, les jeunes filles japonaises pratiquaient aussi la danse, la musique ou encore la poésie. Ainsi, au cours d’un voyage au Japon, les étrangers pouvaient profiter de la présence des geishas pour en savoir un peu plus sur la culture nippone. Avec le temps, elles sont devenues si populaires que cette activité traditionnelle s'est transformée en profession.

La première femme appelée geisha était une chanteuse talentueuse et une incroyable joueuse d'instruments de musique. Sa renommé a poussé de nombreuses femmes qui se vendaient pour de l'argent à se tourner vers ce métier. L'âge d'or des geishas se situe à la fin du 18ème et au début du 19ème siècle.

L'historique de la geisha du Japon

Des siècles avant que le terme ne soit inventé, il y avait déjà des jeunes femmes qui vivaient du divertissement, comme les danseuses qui se produisaient pour les samouraïs

Le Shogun a décrété que le théâtre Kabuki ne devait être joué que par des hommes adultes afin d'éviter les bagarres, les liaisons amoureuses et les réseaux de prostitution. Vers 1603, la première compagnie de théâtre Kabuki connue, recrutait ses choristes parmi les jeunes femmes ayant une réputation douteuse et qui étaient installées dans les bas-fonds de Kyoto et de Tokyo, la capitale nippone.

Bien qu'inspirées du folklore religieux du Japon traditionnel, leurs danses étaient intensément provocantes, à tel point que les spectateurs venus faire le tour de Kyoto finissaient souvent par se disputer les actrices.

En 1628, le Shogun a interdit le kabuki féminin, et les danseuses ont été remplacées par des quincagénères. Le résultat fut le même : bagarres, amour et réseaux de prostitution. Finalement, il a été décrété que le Kabuki devait être exécuté exclusivement par des hommes adultes, une règle qui reste en vigueur aujourd'hui. 

Des licences étaient nécessaires pour tout dans l'organisation sociale rigide de la période Edo, y compris pour l'ouverture d'un bordel. Au cours du XVIIe siècle, des quartiers fortifiés entièrement consacrés au plaisir ont été construits à la périphérie des grandes villes du Japon. 

Comment devenir une geisha ?

maison-de-the-geishaMaison de thé geisha

Traditionnellement, les femmes qui voulaient devenir Geishas vivaient dans des maisons de thé. Elles recevaient l’appellation « Maiko » pendant leur apprentissage. Elles avaient l’obligation de respecter les différentes règles qui entourent ce métier. Les anciennes leur fournissaient de la nourriture, un abri et tout le nécessaire pour leur formation et en retour, les nouvelles le leur rendaient en les assistant dans leur vie de tous les jours.

La formation des Maikos commence par le rôle de "Minarai" ; les filles doivent observer le comportement des geishas, leur interaction avec les invités et leurs manières. Une fille passe généralement plus d’un mois en phase d’observation. Ensuite, elle sert sous une geisha environ 3 à 5 ans.

La geisha enseigne au maiko les techniques de préparation du thé vert, la conversation, la musique, la danse et les jeux. Chaque maiko passe par 3 étapes de formation : apprentissage scolaire aux arts traditionnels, observation du travail des geishas, et initiation aux compétences sociales.

La maisons de thé devient un véritable temple de connaissance pour les jeunes apprenties.  

Le rôle des Geishas et leur rapport avec les invités

Les Geishas et leur rôle dans la culture japonaise 

Une geisha ne se comporte pas comme une femme au foyer, le rôle qui lui est assigné par la société l’amène à se comporter différemment. En effet, dans la culture japonaise traditionnelle, une femme, et surtout l'épouse, est censée être douce, calme et modeste.

Une geisha, par contre, démontre ses talents, s'exprime librement mais avec beauté son opinion, puis surprend et ravit souvent ses invités grâce à son intelligence et à son savoir-faire. 

La vie quotidienne d'un Japonais de moyenne ou grande richesse était rythmée par une attitude responsable et sérieuse au travail. Il n'est pas étrange que les hommes aient été si attirés par une maison de thé, où ils pouvaient se détendre et profiter des services que pouvaient offrir une geisha.

La place des Geishas dans la société 

Les geishas créent une atmosphère d'aisance et de nonchalance. Chacune de leurs représentations, danse ou jeu est le résultat d'un travail fascinant. Elles étaient sans contestation, les femmes les plus instruites de la société. 

Dans le monde des geishas, une femme doit être forte et puissante. La place de la femme dans la société japonaise a toujours été controversée. 

Les relations sociales d’une Geisha

Une geisha expérimentée peut avoir un mécène, un "danna". Celui-ci soutient financièrement la vie d'une geisha qui peut être très coûteuse.

La présence d'un mécène ne justifie toutefois pas une relation personnelle avec les geishas ; la vie personnelle d'une geisha ne dépend que d’elle.

La réputation d'une geisha a toujours joué un rôle important dans son travail. Les rapports personnels sont donc soigneusement étudiés et non frivoles.

La naissance du monde flottant

geisha-japon-dessinGeisha Japon dessin estampe

Le succès de ces quartiers japonais a été écrasant grâce à la montée d'une nouvelle classe sociale, la bourgeoisie. D'une main ferme, le régime impérial shogunat des Tokugawa venait de régler des siècles d'escarmouches et de guerres civiles. Le peuple japonais a enfin pu consacrer son effort à la prospérité et à la mise en valeur de la destination Japon.

À l'échelle officielle, les marchands étaient en dessous des paysans. Mais dans la pratique, de nombreux marchands rivalisent d'opulence avec les familles de la noblesse. Dans leur vie quotidienne, ils devaient faire semblant d'être humbles, soudoyer les fonctionnaires et garder un œil sur la situation pour ne pas être expropriés.

Dans les quartiers de Tokyo, en revanche, le berceau n'avait pas d'importance, seul l'argent faisait partie des incontournables. C'était un monde à part dans l’empire du soleil levant. Pendant quelques heures, les roturiers vivaient comme des seigneurs, flattés et choyés jusqu'à l'exagération par des filles habillées en princesses. Un mode de vie fait d'illusions fugaces, que l'écrivain Ryoi Asai a baptisé en 1661 ukiyo, "le monde flottant".

Le déclin de la réputation des Geishas 

Au XIXe siècle, le métier de geisha était majoritairement pratiquée par les femmes. Elles représentaient l’espoir et suscitaient l’admiration des plus anciennes qui à leur époque n’avaient pas eu cette chance.

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, le titre de geisha a été dénigré. Pour cause, les soldats américains n'avaientt pas de considération particulière pour la culture nipponne. Ceci leur a permis de croiser ces servantes originales. Dans le même temps, les jeunes filles qui usaient de leur charme pour séduire leurs clients japonais et étrangers en profitaient pour s’attribuer le titre de geisha.

Après la guerre, il y a eu plusieurs tentatives pour faire revivre la profession sous sa forme originale afin de promouvoir à nouveau l’Archipel nippon. A cet effet, des maisons de thé ont été reconstruites pour favoriser un retour aux coutumes ancestrales. Ce fut toutefois un échec car le concept même de l'activité des geishas a subi un changement. Il a donc fallu s'adapter aux exigences de la nouvelle société capitaliste asiatique.

La confusion entre les Geishas et les prostituées

japon-geishaJapon geisha dans Tokyo

La geisha est une œuvre d'art vivante japonaise. Pendant la période Edo (1603-1868), Yoshiwara était le lieu où l'on voyait des geishas en compagnie de riches hommes fortunés. Cette forme de mise en valeur de la culture japonaise était approuvée par le shogunat.

Il y avait également des prostituées qui se faisaient appeler des "Okaboko". La prostitution n'était pas autorisée même par le Shogunat.

À cette époque, à Yoshiwara, il était d'usage d'accueillir les courtisanes avec des tambours en jouant du shamisen (banjo japonais à trois cordes). Il arrivait que la prostituée jouait un rôle pour animer la fête car elle était douée pour les arts du spectacle. 

Le style geisha 

La carrière, le statut et l'expérience d'une geisha peuvent être déterminés par son apparence. Les Maiko s'habille généralement avec des vêtements éclatants. La coiffure caractérisée par le chignon, le maquillage, chaque détail de la garde-robe a sa propre signification de même que les sandales geta et l'utilisation de perruques ou non.

Le maquillage traditionnel d’une geisha

L'une des caractéristiques les plus frappantes et les plus reconnaissables d'une geisha est son maquillage. Pour se maquiller selon les traditions japonaises, il faut commencer par mettre une épaisse couche de chaux sur le visage et le cou. Cette phase prend des heures et ressemble plus au travail d'une peinture murale qu'à une routine quotidienne.

L'huile ou la cire est d'abord appliquée sur le visage. Cette partie du corps ressemble à un masque japonais de théâtre no sans aucun défaut. Les sourcils sont dessinés sur la chaux et traditionnellement avec une brosse à charbon. 

Les lèvres sont peintes à l'aide d'un pinceau fin pour créer un look parfait. Elles sont visiblement plus petites que les lèvres naturelles, ce qui permet d’avoir un visage de petites-filles avec une illusion de sophistication et de tendresse. Les premières années, les Maikos portent un maquillage très lourd. Après trois ans d'expériences, elles adoptent un style geisha plus sobre.

Le style vestimentaire d’une geisha

Pour ce qui est de l'habillement, les geishas portaient toujours un kimono femme, c'est le vêtement traditionnel japonais par excellence.

La couleur, le motif et le style du kimono sont déterminés par la saison et l'événement.  

Les fonctions principales des geishas

geisha-musique

geisha-musique

La geisha joue certains rôles spécifiques au sein de la société japonaise.

Jikata geiko

Une geisha qui interprète des chansons, du shamisen (banjo japonais à trois cordes). C'est un accompagnement musical (flûte, kotsuzumi, tambours, etc.) dans le salon de thé des tatamis.

jikata geiko (地方) ne sont certainement pas celles qui sont sous les feux de la rampe lors d'un spectacle. Elles doivent créer, par leur présence, un arrière-plan subtil pour les tachikata geiko.

C'est pourquoi, généralement, les jikata ont tendance à choisir un simple kimono houmongi, un maquillage naturel (pas d'oshiroi) et une coiffure simple. C'est une question de choix et de goût personnels, après tout.

La minorité des jikata, en particulier celles qui débutent ou se spécialisent dans les deux domaines de l'art, préfèrent porter une tenue complète de geiko de scène avec tous ses avantages et ses inconvénients.

Taiko, cérémonie du thé

Les geishas sont également reconnues comme étant des joueuses du taiko. C'est un tambour japonais. Elles animent seulement l’atmosphère de la salle de thé des tatamis avec les activités comme la danse, l’imitation, le fusuma-gei, etc...

Les geishas : mythes et réalité

comment-faire-un-chignon-de-geisha

Dans le cadre d''une visite de château, de la visite d'un musée situé dans le palais impérial, une geisha peut être votre accompagnateur.

Apparentées aux hetairas grecques et aux maîtresses royales européennes, les délicates geishas japonaises captivent l'Occident par leur mystère et leur sensualité depuis des siècles. Mais comme nous l'avons déjà précisé, les geishas ne sont pas des prostituées.

Les Occidentaux qui avaient le rare privilège d'assister aux banquets animés par des geishas et espéraient avoir des relations avec l'une d'entre elles à la fin de la soirée, étaient vite déçus.

Malgré cela, les parents japonais sont souvent opposés à ce que leurs filles entrent dans "le monde de la fleur et du saule". Aussi élégant, traditionnel, inoffensif que soit l'érotisme des geishas aujourd'hui, ces splendides femmes laissent derrière elles un parfum de fruit défendu.

On retient que la profession de geisha est profondément ancrée au sein de la société japonaise. Et pour cause, elle compte à ce jour plus de 300 ans. Les femmes geisha, par leur habillement, leur chignon, leur sensualité et leur sens d’accueil et de divertissement ont su se faire respecter en tant qu'artistes.

Au XXème siècle l’art nippon mis en avant à travers ce métier n’a fait que s’adapter au nouveau monde. Les geishas apprennent encore les arts traditionnels : le jeu des instruments de musique, la calligraphie, le chant et la danse traditionnelle japonaise, la cérémonie du thé, la littérature et la poésie. 


Écrire un commentaire

Les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés