L'histoire des 47 ronnin : une vengeance fidèle au bushido

47-ronin

L'histoire que nous allons vous raconter aujourd'hui est certainement la plus grande histoire de vengeance de tous les temps ! 

Nous commencerons par vous expliquer la raison pour laquelle 47 samouraïs se sont dressés contre un grand shogun dans l'objectif d'accomplir leur vengeance. Ensuite nous vous ferons part du plan extraordinaire qu'ils ont élaboré pour parvenir à leur fin. Il viendra ensuite le moment décisif : l'attaque ! Puis nous finirons par vous conter comment tout cela s'est terminé. 

L'histoire des 47 ronin n'est pas une fiction. C'est une légende japonaise  qui a réellement eu lieu de 1701 à 1703. Il s'agit d'un récit de vengeance de samouraïs. Les événements sont tellement palpitants que cette histoire est devenue un exemple d'honneur et de loyauté pour tous les habitants du pays du soleil levant. 

Le commencement de la vendetta d'Akō 

Tout débute lors d'un rendez-vous entre le daimyos Asano Naganori et le Shogun Kira Yoshinaka. Asano Naganori doit recevoir des instructions afin d'assurer la cérémonie du cortège de Higashiyama, l'empereur actuel. En bon samouraï, Asano se montre attentif et respectueux. Ce qui n'est pas le cas du haut fonctionnaire du shogunat. Ce dernier se montre insultant et arrogant. Malgré les attaques, le daimyos parvient à conserver le calme que lui demande sa fonction. Il y parvient jusqu'à ce que le shogun dépasse les bornes. Il finit par le qualifier de "cul terreux ".

Pour Asano, c'est une grande atteinte à son honneur de samouraï. Il ne peut pas laisser passer une telle injure. Il bondit alors sur le shogun et le blesse légèrement au visage. Les gardes interviennent pour séparer les deux hommes. Asano vient de commettre l'irréparable. S'en prendre à un homme aussi important revient à être condamné de la peine capitale. Asano est contraint de se donner la mort en s'éventrant avec un sabre.  

Le plan de vengeance des 47 gishi

La mort d'Asano n'est pas sans causer du grabuge. Il avait 47 guerriers sous son commandement. Suite à sa mort, ces combattants sont désormais des rônin (on appelle "rônin" un guerrier qui se retrouve sans maître, nous avons consacré un article complet spécialement sur le sujet des rônin). Le sens de l'honneur sans faille de ces samouraïs exige que leur chef soit vengé. Ils savent qu'en tuant Kira, ils connaîtront tous la peine de mort. Mais l'honneur est plus important que la vie. 

En considérant l'extrême difficulté de la mission, il était nécessaire de construire une stratégie solide. C'était impossible de prendre d'assaut la demeure de Kira Yoshinaka dans l'immédiat. Les défenses sont infranchissables car Kira est suspicieux. Ils soupçonnent les rônin de vouloir accomplir leur vengeance. La solution était alors de faire profil bas.       

47 rônin vengeance 

Pendant 2 années complètes, les 47 samouraïs simulent une reconversion. Certains jouent le rôle de moine, d'autres de commerçant. Pour que la comédie semble encore plus crédible, un des rônin va même jusqu'à bafouer son code de l'honneur en fréquentant des bars et des prostituées. Pour un samouraï, il s'agit d'un sacrifice ultime. 

De la part de ses espions, Kira ne tarde pas à prendre connaissance du comportement lamentable des hommes d'Asano. Après un peu plus d'un an et demi de faux paraître, le shogun relâche considérablement sa vigilance. Il pense que la hache de guerre est enterrée, et que les 47 gishi sont inoffensifs et sans courage.  

Les faux artisans et faux commerçants parviennent à utiliser leur couverture pour entrer dans le complexe de Kira. Ils prennent alors connaissance du terrain. C'est là qu'un des hommes prend pour épouse la fille de l'architecte. Le but étant de mettre la main sur le plan de la structure défensive. 

L'attaque de la maison de Kira Yoshinaka

Le 14 décembre 1702, c'est le grand jour. Selon le chef des 47 samouraïs (Ōishi Kuranosuke), les troupes ennemies sont assez apaisées pour ne pas être en mesure d'anticiper l'attaque. C'est donc le moment parfait pour sonner un bruyant coup de gong. Les assaillants se forment en deux unités. L'unité dirigée par Ōishi s'occupe de prendre d'assaut la porte principale. Tandis que l'unité menée par le fils d'Ōishi contourne la maison pour attaquer à revers. 

Les vassaux d'Asano mènent l'opération d'une main de maître. Grâce à leur grande maîtrise martiale, ils n'ont aucun mal à venir à bout de la garde. Suite à une bataille sans merci, seize hommes de Kira sont tombés au combat. Mais le principal intéressé reste introuvable.

Kira Yoshinaka 

Après plusieurs longues minutes de recherches, un des hommes trouve une cachette. Une tapisserie dissimule un passage qui mène vers l'extérieur. C'est en traversant ce dernier que les guerriers vengeurs trouvent un drôle d'individu. Quand on le soupçonne d'être Kira, il dément. Mais la cicatrice qu'Asano lui a infligé parle à sa place. Il s'agit bel et bien de Kira, et il n'est pas du tout en bonne posture.  

L'achèvement de l'histoire des 47 samouraïs 

Malgré ses mauvais sentiments à l'égard de Kira, Ōishi s'agenouille devant ce dernier afin de faire faire hommage à son rang. Il lui propose ensuite une mort honorable en lui offrant la possibilité d'exécuter un seppuku (nous pouvons également appeler cela Hara-kiri, c'est le procédé qu'a utilisé Asano pour se donner la mort). Il lui tend même l'arme avec laquelle Asano a effectué le rituel. 

Mais Kira reste impassible, il est terrifié. Les samouraïs comprennent alors que c'est à eux de faire le boulot. Un des rônin se charge de mettre le Shogun à genoux afin de couper sa tête avec la dague. Une fois que l'acte de vengeance est accompli, ils emportent sa tête dans le but de l'emmener sur le tombeau de leur maître. Après l'avoir purifié à une fontaine, ils font reposer cette dernière à côté de la dague et de la tombe d'Asano.

(Le temple des 47 rônin existe encore aujourd'hui et vous pouvez l'apercevoir sur la photographie ci-dessous, il se nomme Sengaku-ji)

Temple 47 rônin 

Après la vengeance vient le jugement. Les samouraïs ont bien respecté le bushido (le code des guerriers) qui stipule qu'il est impératif de venger son maître. Mais d'un autre côté, ils n'ont pas respecté l'ordre du shogun qui exigeait que les représailles n'aient pas lieu. De ce fait, la sanction est inévitable. Pour honorer leur bravoure, on leur offre de mourir en véritable guerrier en leur permettant le Seppuku. Tous les rônin acceptent le rituel afin de rejoindre Asano dans l'au-delà.   

47 Rônin : film (2013) 

L'histoire que nous venons de vous raconter est assez exceptionnelle pour faire un excellent scénario de cinéma. C'est exactement ce que Carl Rinsch s'est empressé de réaliser avec un film américain sorti en 2013 : 47 rônin.

Le visionnage de cette œuvre peut être un excellent complément à l'article que vous venez de lire. Même si ce dernier est à mi chemin entre imaginaire et réalité des faits historiques, vous passerez un excellent moment à vivre ce gros morceau de l'histoire japonaise. 

Si vous êtes passionnés par les samouraïs, nous vous suggérons de vous intéresser à notre top 12 des plus grands samouraïs du japon.   


Écrire un commentaire

Les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés