Top 12 des samouraïs légendaires

Samourai Japonais

Être un Samouraï Japonais, c'est suivre le bushido. Il s'agit du code de l'honneur ou la voie du guerrier. Nous allons voir dans cet article de blog le top 12 des samurais les plus célèbres au pays du soleil levant, ainsi que leur histoire !

Ces hommes et femmes ont marqué leur ère, l'histoire et la culture japonaise. Voici le top 12 des plus puissants ou influents guerriers Japonais :

  1. Miyamoto Musashi
  2. Oda Nobunaga
  3. Tokgawa Leyasu
  4. Tomoe Gozen
  5. Yasuke
  6. Date Masume
  7. Toyotomi Hideyosh
  8. Kusunoki Masashige
  9. Sanada Yukimura
  10. Uesugi Kenshin
  11. Minamoto no Yoshitsune
  12. Takedaa Shingen

Alors commençons cette liste de puissants samouraï tant sur le plan de leurs faits d'armes que leur influence politique...

1. Miyamoto Musashi (宮本武蔵武蔵)

Bien qu'il n'ait jamais tenu ses propres terres ou servi un seigneur en tant que samouraï, c'est le plus grand duelliste nippon sans l'ombre d'un doute. Miyamoto Musashi (1584-1645) a été invaincu avec plus de 60 duels au sabre katana. Il a fondé plusieurs écoles d'art du sabre et  a écrit "Le livre des cinq anneaux" (五輪の書Go Rin no Sho). C'est un très bon livre japonais pour comprendre ses techniques de combat et sa philosophie.

Musashi n''était soumis à aucun daiymo. C'était un samouraï sans maître pendant la grande ère du Japon féodal. Également appelé un Ronin. Bien qu'il y ait une incertitude quant à son lieu de naissance, Musashi a écrit dans son ouvrage qu'il est né dans la province de Harima, la partie sud de ce qui est maintenant la préfecture de Hyogo.

Le père de Musashi était un épéiste japonais accompli au service du seigneur du château de Takeyama, qui dominait le village.

Audacieux et téméraire, Musashi remporte son premier duel à l'âge de 12 ans, acceptant le défi d'un samouraï voyageur. Il l'assoma avec une attaque rapide via un baton en bois.

Les duels de Musashi sont souvent remportés avec une épée en bois. Au début de sa carrière, il a défait plusieurs membres de l'école Yoshioka, mettant ainsi fin au règne de l'école de sabre prééminente de Kyoto. Il voyagea ensuite au Japon dans un pèlerinage guerrier, ou musha shugyo (武者修行) de 1605 à 1612. Il remporta encore de nombreux duels contre des maîtres d'armes.

En 1612, il réalisa son duel le plus célèbre, contre Sasaki Kojiro sur la petite île de Funajima, située dans le détroit de Kanmon. Musashi arriva sur l'île avec de trois heures de retard pour mettre à mal moralement son adversaire. Au cours d'un duel féroce mais bref, il mis le coup final avec une épée de bois qu'il avait taillé dans une rame lorsqu'il était en route pour l'île.

Après le siège d'Osaka, Musashi participa à la construction du château d'Akashi dans ce qui est aujourd'hui la préfecture de Hyogo. Il contribua aussi à l'aménagement de la ville de Himeji. Il voyagea de nouveau pendant un certain temps, offrant ses services comme sensei ou vassal pour des chefs de guerres comme Tokugawa Ieyasu lui-même.

En 1633 il s'installa finalement au château de Kumamoto. À cette époque il se battait moins et s'adonnait à d'autres arts japonais, comme la peinture. En 1643, il se retira dans une grotte de l'ouest de Kumamoto, connue sous le nom de Reigando (霊巌洞), pour écrire son ouvrage. Il acheva les travaux en février 1645, puis mourut peu de temps après à l'âge de 62 ans.

Ce personnage est très populaire au sein de la culture pop japonaise. Il y a même un manga qui s'inspire de son histoire : le manga vagabond de Takehiko Inoue. On peut le voir également dans des films japonais et drames d'époque.

Musashi est célèbre pour son style Niten Ichi-ryu (二天一流) qu'il a perfectionné à Kumamoto. 

2. Oda Nobunaga (織田信長信長)

Même si Miyamoto Musashi est le "samouraï" le plus connu au niveau international, Oda Nobunaga (1534-1582) est le plus respecté au Japon. C'était un excellent stratège. C'est grâce à lui que le Japon à pu se réunifier après des siècles de révoltes, guerres et combats sanglants...

Tandis que le Shogunat Ashikaga régnait sur le Japon pendant la période Muromachi (1336-1573), en dehors de Kyoto, le pouvoir réel était détenu par les daimyo locaux. Laissant le pays fracturé au niveau régional. Nobunaga est né dans une famille possédant des propriétés dans la province d'Owari, qui fait maintenant partie de la préfecture d’Aichi.

Après la mort de son père en 1551, il a uni son clan et pris le contrôle de tout Owari vers 1559. Il a ensuite vaincu son principal rival dans la région, Imagawa Yoshimoto, en 1560.

Au fur et à mesure que le pouvoir de Nobunaga s'est accru, de grandes forces ont commencé à s'unir contre lui. Il a anéanti les moines guerriers du mont Hiei en 1571, assiégé les paysans Ikkko-ikki et les moines de Nagashima et Ishiyama Hongan-ji (prenant finalement Nagashima en 1574 et Ishiyama en 1580).

Quand le shogun Yoshiaki a levé ses propres forces contre son ancien allié, Nobunaga le vaincu et envoya Yoshiaki en exil, mettant fin au Shogunat de Ashikaga en 1573.

Nobunaga écrasa également le clan Asakura dans la province d'Echizen ) ainsi que les Azai dans la province d'Omi en 1573.

Tokugawa Ieyasu résista aux assauts des forces Takeda de la province Mikawa et demanda l'aide de Nobunaga. Ils s'associèrent utilisèrent des arquebuses pour battre le clan Takeda dans la bataille de Nagashino, en 1575.

Grâce à ses stratégies et au travail de ses alliés et vassaux, Nobunaga réussit à contrôler la moitié sud du Japon. Nobunaga mourut au temple Honno-ji en réalisant le rituel japonais du Seppuku.

3. Tokugawa Ieyasu (徳川家康)

Bien qu'il soit surtout connu pour le shogunat qui a pris son nom, le premier shogun Tokugawa était un grand guerrier et stratège. Tokugawa Ieyasu (1543-1616) était le fils du daimyo de la province de Mikawa

A l'âge de 5 ans, il fut kidnappé par le clan Oda et retenu en otage pour exercer une influence politique à Nagoya. A 6 ans, son père fut assassiné par ses vassaux payés par Oda. Après la mort du père, Oda Nobunaga accepta qu'Ieyasu soit transféré à Sunpu, où il vécu comme otage du clan Imagawa jusqu'à l'âge de 13 ans. Il rejoignit ensuite les Imagawa dans leurs combats contre les Oda.

Imagawa Yoshimoto fut tué dans une attaque surprise de Nobunaga. Ieyasu décida de changer de camp et de rejoindre le camps adverses. Ses soldats faisaient partie de la force qui a pris Kyoto sous Nobunaga en 1568. Il s'allia avec Takeda Shingen pour s'emparer de la province de Suruga, puis fit équipe avec Uesugi Kenshin pour se retourner contre son ancien allié.

Il s'opposa au projet d’Hideyoshi d'établir l'enfant Hidenobu comme nouveau chef du clan Oda, mais resta en dehors de la bataille de Hideyoshi avec Shibata Katsuie en 1583. Il ne fut pas impliqué dans les conquêtes de Shikoku et Kyushu par Hideyoshi. Il a cependant participé au siège d'Odawara, après quoi il obtient les anciennes provinces du clan Hojo dans la plaine du Kanto en échange de ses propres possessions existantes.

Il n'était pas directement impliqué dans les campagnes de Corée ratées de Hideyoshi, bien qu'il ait reçu le commandement des troupes de réserve à Kyushu.

Quand Hideyoshi mourut en 1598, Ieyasu fut l'un des cinq aînés choisis pour administrer le pays nouvellement unifié jusqu'à ce que son fils de cinq ans,  atteigne l'âge adulte. Cependant, Ieyasu fit des alliances avec des daimyo insatisfaits de la domination de Toyotomi, et en 1600 ses forces se battaient contre celles d'Ishida Mitsunari, derrière qui les loyalistes de Toyotomi s'étaient rassemblés. Avec plus de 160 000 soldats engagés dans le conflit, la victoire d'Ieyasu à la bataille de Sekigahara renforça son contrôle sur la nation.

En 1603, à l'âge de 60 ans, Ieyasu reçut le titre de shogun de l'empereur Go-Yozei. Il construisit sa capitale à Edo (aujourd'hui Tokyo) sur les terres qu'il avait gagnées aux Hojo. C'est ainsi que commença la période Edo (1603-1868).

En 1614 et 1615, le fils de Hideyoshi, Hideyori, souleva des forces pour s'opposer à lui, Ieyasu sortit de sa retraite pour diriger personnellement ses armées lors du siège d'Osaka. Il remporta une nouvelle fois cette bataille.

Ieyasu mourut en 1616 à l'âge de 73 ans. Il est aujourd'hui consacré au sanctuaire Nikko Toshogu de la préfecture de Tochigi. Le shogunat Tokugawa durera plus de 250 ans, et ne prendra fin qu'avec la restauration Meiji en 1868. Il est également intéressant de noter que l'un des vassaux les plus connus d'Ieyasu était le ninja Hattori Hanzo.

Il portait en grand respect à son senseï Ieyasu. Si tu souhaites en savoir plus sur le monde shinobi, nous t'invitons à lire notre article de blog sur le monde ninja japonais ! Les ninjas étaient des espions, des tueurs et des assassins utilisant toute sorte d'arme et technique (ex: shurikens, katanas, jutsu, arc et flèches).

4. Tomoe Gozen (巴御前御前)

Dans l'histoire du Japon médiéval, Tomoe Gozen (1157-1247) était un onna-bugeisha (女武芸者, artiste martiale féminine) qui servi Minamoto no Yoshinaka pendant la guerre des Genpei (1180-1185). Avant que les samouraïs ne deviennent une caste officielle à l'époque d'Edo (1603-1868), les femmes étaient entraînées à utiliser des lances naginata et des poignards kaiken pour protéger les communautés ayant peu de combattants masculins. En fait, la légendaire impératrice Jingu aurait mené une invasion de la Corée en l'an 200 après que son mari empereur fut tué au combat.

La guerre de Genpei a été menée entre les puissants clans Minamoto (Genji) et Taira (Heike), deux ramifications de la ligne impériale. Tomoe avait de grandes responsabilités pendant la guerre. Elle collectionnait les têtes de ses adversaires comme des timbres-poste.

Dans le conte de Heike (平家物語, Heike Monogatari), un poème épique sur le conflit décrit qu'en plus de sa grande beauté; Tomoe était aussi un archer remarquablement habile. Le talent à l'épée de cette guerrière japonaise équivalait à la puissance de mille hommes.

5. Yasuke (弥助)

Yasuke était un esclave africain amené au Japon en 1579 par le missionnaire jésuite Alessandro Valignano. Personne au Japon n'avait jamais vu une personne de couleur Noire auparavant. Il fut convoqué à une audience avec Oda Nobunaga, l'un des seigneurs de guerre des plus puissants de l’époque. Ce dernier était si stupéfait par son apparence qu'il le fit se dévêtir jusqu'à la taille et lui fit frotter le dos pour prouver qu'il n'était pas induit d’encre.

Nobunaga fut impressionné par la force et la taille de Yasuke. Il en a fit son serviteur et son garde du corps personnel. En 1581, Yasuke fut élevé au rang de samouraï. Ce fut le seul Samourai Noir connu et reconnu à date...

Yasuke était présent, lorsque Nobunaga fut trahi par Akechi Mitsuhide et forcé de se suicider au temple Honno-ji en 1582. Il réussit à s'échapper du château d'Azuchi et servi le fils de Nobunaga qui fut à son tour vaincu...

Yasuke remit ensuite son épée à Mitsuhide qui, peu habitué à ce qu'un samouraï se rende plutôt que de se tuer après la mort de son seigneur, ordonna à Yasuke de retourner à la mission des Jésuites à Kyoto. On ne sait pas quelle a été sa fin. Mais si tu souhaites en apprendre encore un peu plus sur sa légende, nous t'invitons à lire notre article sur le samouraï noir. Tu découvriras des faits historiques sur ce grand guerrier japonais et son importance sur la culture pop nippone... 

6. Date Masamune (伊達政宗)

Date Masamune (1567-1636) est né au château de Yonezawa, dans la préfecture actuelle de Yamagata. Il a mené sa première campagne militaire à l'âge de 14 ans et a succédé à son père à 17 ans, conquérant une grande partie de ce qui est maintenant la région de Tohoku en 1589. Il rejoignit Toyotomi Hideyoshi au siège d'Odawara en 1590 et, après l'unification du Japon par Hideyoshi, participa également aux campagnes ratées en Corée.

Ayant perdu la vue de l'œil droit à cause de la variole dans son enfance, Masamune était connu sous le nom de Dragon à un œil, ou Dokuganryu (独眼竜). Il était facilement reconnaissable à l'énorme croissant de lune comme symbole.

Après la mort de Hideyoshi en 1598, Masamune se rangea du côté de Tokugawa Ieyasu, rejoignant Ieyasu à la bataille de Sekigahara en 1600. Et de nouveau au siège d'Osaka en 1615. Ieyasu l'a récompensé avec le domaine de Sendai, qui a depuis été partagé entre les préfectures de Miyagi, Iwate et Fukushima.

 Masamune fonda la ville de Sendai en 1604, et à la fin de 1613, il envoya au Mexique le navire de style occidental Date Maru (伊達丸), également appelé San Juan Bautista, avec l'intention d'envoyer un envoyé diplomatique au Pape à Rome. Respecté pour son éthique, Masamune est cité comme ayant dit : "La rectitude portée à l'excès se durcit en raideur ; la bienveillance indulgente s'enfonce dans la faiblesse".

7. Toyotomi Hideyoshi (豊臣秀吉秀吉)

Les trois premiers samouraïs sur notre liste sont les trois grands Unificateurs du Japon, qui ont ramené la nation sous un régime centralisé après la période des États en guerre (1467-1590). Ils ont jeté les bases du Japon tel que nous le connaissons aujourd'hui et imposé le bushido japonais comme valeur fondamentales !

Toyotomi Hideyoshi (1537-1598) fut le deuxième de ces unificateurs. Fils d'un simple fantassin de la province d'Owari (aujourd'hui préfecture d'Aichi Ouest), il rejoint le clan Oda en tant que fantassin en 1558. Il était l'un des porteurs de sandales d'Oda Nobunaga lors de la bataille d'Okehazama, où Nobunaga a battu Imagawa Yoshimoto pour devenir la puissance dominante à Owari.

Hideyoshi a ensuite réparé le château de Sunomata dans la province de Mino (aujourd'hui préfecture de Gifu) pour soutenir le siège du château d'Inabayama par Nobunaga, que Hideyoshi a facilité en soudoyant des samouraïs Mino pour déserter ou changer de côté. Surnommé Kozaru, ou "petit singe", en raison de ses traits faciaux et de son apparence mince, il est rapidement devenu l'un des généraux les plus distingués de Nobunaga.

Hideyoshi est devenu daimyo d'une partie de la province d'Omi (aujourd'hui préfecture de Shiga) après avoir aidé à prendre la région aux Azai, et en 1576, Nobunaga l'envoya au château de Himeji pour affronter le clan Mori et conquérir le Japon occidental. Après que Nobunaga ait été trahi et forcé de se suicider par Akechi Mitsuhide en 1582.

Hideyoshi a anéanti les forces Akechi lors de la bataille de Yamazaki, puis a apporté son soutien à Oda Hidenobu, 2 ans, pour succéder à Nobunaga. Bien que le général en chef de l'Oda, Shibata Katsuie, s'y soit opposé, sa défaite face à Hideyoshi à la bataille de Shizugatake en 1583 a fait de cet ancien porteur de sandales, le chef de fait de toutes les forces Oda y compris, après un conflit non concluant, Tokugawa Ieyasu.

Avant sa mort, Oda Nobunaga avait déjà conquis la moitié sud du Japon continental et Hideyoshi s'empara des grandes îles de Shikoku et Kyushu. En 1587 Hideyoshi bannit les missionnaires chrétiens qui avaient commencé à faire des incursions à Kyushu, et alors que Nobunaga avait accueilli de tels missionnaires pour contrer l'influence gênante des moines guerriers, Hideyoshi allait continuer à crucifier 26 missionnaires et convertis chrétiens en 1597.

En 1590, la chute du clan Hojo au siège d'Odawara a finalement mis fin à la période des Etats en guerre (1467-1590). Hideyoshi tourna alors son regard vers la Chine Ming, qu'il espérait conquérir par la Corée. Cependant, deux campagnes de Corée confuses en 1592 et 1597 mirent fin à de telles ambitions. Hideyoshi lui-même n'a pas survécu pour mener à bien la deuxième campagne, car il est mort en septembre 1598 avec ses troupes encore à l'étranger.

En plus d'être un seigneur de guerre impitoyable et un négociateur rusé, Hideyoshi était un fan de la cérémonie du thé. Il aimait aussi jouer dans des pièces de Nô, forçant son daimyo à le rejoindre sur scène comme personnage principal. Il a également réformé le système de classe, interdisant aux roturiers (comme lui) de prendre les armes, et mis en place des contrôles internes stricts des migrations, jetant ainsi les bases de la structure sociale sur laquelle Tokugawa Ieyasu allait finalement régner.

8. Kusunoki Masashige (楠木 正成)

Kusunoki Masashige (1294-1336) est célèbre à la fois comme stratège militaire et pour son dévouement sans faille. En 1331, il rejoint l'empereur Go-Daigo et sa cour impérial (1288-1339) pour tenter de reprendre le pouvoir au shogunat Kamakura, sous lequel l'empereur était devenu une simple figure de proue. Le plus grand triomphe de Kusunoki eut lieu en 1332, lorsqu'il défendit le château de Chihaya, situé au sud d'Osaka, contre l'armée de 100 000 hommes du shogunat alors que la sienne ne comptait que 2 000 hommes.

Kusunoki s'est vu confier le contrôle de plusieurs parties de la région du Kansai après la victoire de la guerre. Cependant, la restauration du Kenmu sera de courte durée, car le clan Ashikaga trahit Kusunoki et mena deux armées contre Kyoto en 1336.

La deuxième fois, Kusunoki préconisa de laisser la force supérieure d'Ashikaga prendre la capitale tandis que les partisans de l'empereur se réfugiaient parmi les moines du mont Hiei, puis balayaient les Ashikaga et les emprisonnaient dans la ville. Go-Daigo, cependant, ordonna à Kusunoki d'avancer. Le stratège chevronné savait que c'était une condamnation à mort, mais il a accepté.

Lorsque ses troupes ont finalement été submergées lors de la bataille de Minatogawa, Kusunoki s'infligea le seppuku. Les samourais préféraient se suicider plutôt que de se laisser capturer. Ce grand guerrier est aujourd'hui un symbole de courage et de de loyauté envers l'empereur, et une statue de lui se dresse devant le Palais impérial japonais de Tokyo.

9. Sanada Yukimura (真田幸村)

Salué en son temps comme le plus grand guerrier du Japon, Sanada Yukimura (1567-1615) s'est battu vaillamment contre le pouvoir Tokugawa. Sa brillante défense du château d'Ueda à Nagano permis au 40 000 soldats de Tokugawa Hidetada de ne pas arriver pour soutenir Ieyasu. On le représente avec un Masque de Samourai ainsi qu'une armure couleur rouge sang.

Leyasu l'emporta néanmoins, et bien qu'il ait rapidement pris le contrôle de tout le Japon, Yukimura résista une dernière fois au régime Tokugawa lors du siège d'Osaka de 1614 à 1615. Ses troupes se battaient si férocement qu'il obligea les forces de Tokugawa à accepter un armistice.

Cependant, Ieyasu revint quelques mois plus tard avec 150 000 hommes. Bien que Yukimura ait courageusement dirigé ses propres 60 000 soldats, il fut tué dans l'affrontement.

10. Uesugi Kenshin (上杉謙信)

C'est le quatrième fils d'un puissant seigneur de guerre. Uesugi Kenshin (1530-1578) pris le contrôle de la province d’Echigo. On l'appelle aussi le Dragon d'Echigo (越後の龍, Echigo no Ryu). Il est célèbre pour ses prouesses militaires, et sa rivalité avec le combattant et samouraï Takeda Shingen...

Entre 1553 et 1564, les deux samurais s'affrontèrent à cinq reprises. Ce n'était que de simples escarmouches, lmais ors de la quatrième bataille, en octobre 1561, Kenshin faillit vaincre Shingen. Shingen repoussa l'assaut du Samourai Kenshin armé d'un éventail japonais de guerre en fer. Il reussit à s'enfuir en brandissant l'un de ses katana (sabres japonais) !

Les histoires à son égard racontent qu'il a pleura quand il apprit la mort de Shingen. Kenshin lutta plus tard contre la puissance croissante d'Oda Nobunaga, le premier chef militaire du Japon. Il lui infligea une défaite majeure à la bataille de Tedorigawa en 1577. Il poursuivi son assaut sur le territoire d'Oda de 1577 à 1578, puis il mouru. On peut voir sa pierre tombale au temple Rinsen-ji à JNiigata, où il étudia le zen et les arts martiaux japonais pendant sa jeunesse.

11. Minamoto no Yoshitsune (義経)

Minamoto no Yoshitsune (1159-1189) fut l'un des chefs de la guerre Genpei (1180-1185) entre les clans Minamoto (Genji) et Taira (Heike).

Enfant, une grande partie de la famille de Yoshitsune fut tuée lors de la rébellion Heiji de 1160. Son demi-frère Yoritomo fut exilé dans la péninsule d'Izu, tandis que Yoshitsune fut confié aux moines du temple Kurama dans les montagnes au nord de Kyoto. En 1174, il s'installa à Hiraizum, au nord du Japon. Pendant des années, Yoshitsune fut protégé par Fujiwara no Hidehira, chef du puissant clan des Fujiwara du Nord.

Yoshitsune rejoignit Yoritomo lorsque ce dernier leva une armée pour combattre le clan Taira en 1180. Yoshitsune en tant que combattant japonais d'élite mena ses troupes dans une succession de victoires. Cependant après la fondation du shogunat Kamakura par Yoritomo, il se méfia de son demi-frère, annulant ses titres et le contraignant à retourner se cacher à Hiraizumi en 1185. Après la mort de son chef Hidehira en 1187, Yoshitsune fut trahi par son fils, qui encercla sa résidence et le força à se suicider.

Yoshitsune était reconnu pour son habilité sur le champs de bataille depuis sa victoire sur le moine guerrier Benkei. Celui-ci devint par la suite son compagnon d'arme et vassal. 

Dans la culture nippone, Yoshitsune symbolise un héros tragique. Il est une figure populaire du théâtre kabuki, ainsi que le personnage central de la troisième section du poème épique, Le Conte du Heike (平家物語, Heike Monogatari). Cette histoire raconte les événements de la guerre des Genpei.

12. Takeda Shingen (武田信玄信玄)

Le clan Takeda descendait de celui du Minamoto, qui a dérivé de l'ancienne lignée impériale du Japon au 9ème siècle.

Takeda Shingen (1521-1573) était aussi appelé le Tigre de Kai (甲斐の虎, Kai no Tora), car il s'opposait à Uesugi Kenshin, le Dragon d’Echigo. Les tigres et les dragons étant des ennemis traditionnels dans l'imagerie bouddhiste.

Après avoir évincé son propre père du pouvoir pour prendre le contrôle du clan Takeda en 1540. Shingen partit à la conquête de la province de Shinano. Forteresse après forteresse, ce samourai médieval continua son ascension guerrière. Jusqu'à ce qu'il s’approcha des forces d'Uesugi Kenshin dans la province d'Echigo au nord. Bien que les deux se soient battus sans succès de 1553 à 1564. Shingen réussi à garder les forces de Kenshin hors de Shinano, lui permettant de se concentrer sur les campagnes vers le sud.

Au début de la montée au pouvoir d'Oda Nobunaga, il s'associa à Tokugawa Ieyasu pour revendiquer la province de Suruga en 1569. Puis, se sentant en sécurité dans sa position, il trahit Nobunaga et Ieyasu pour attaquer les forces Oda-Tokugawa réunies en 1572.

Shingen était considéré comme le seul daimyo ayant la capacité martiale et tactique de contrer la conquête du Japon de Nobunaga. Il battu Ieyasu à la bataille de Mikatagahara. Cependant, Shingen mourut dans son camp en 1573, à cause d'une maladie. Après sa mort, les Takeda furent massacrés par Nobunaga et Ieyasu lors de la bataille de Tenmokuzan en 1582.

Le système administratif, les lois et les taxes de Shingen influencèrent les dirigeants du pays du soleil levant, y compris Ieyasu lui-même.

Mention honorable : William Adams (alias Miura Anjin·三浦按針)

William Adams (1564-1620) fut le premier Anglais à visiter le Japon. Il était le pilote d'une expédition hollandaise en Extrême-Orient. Mais après avoir été séparé du reste de sa flotte par des tempêtes, son navire s'échoua au large de Bungo dans la préfecture d'Oita, en avril 1600.

La vingtaine de membres d'équipage malades furent emmenés à Osaka sous le commandement de Tokugawa Ieyasu. Bien qu'Ieyasu consolidait son pouvoir sur le Japon, il n'avait pas encore remporté la bataille décisive. Dans la bataille, de

Sekigahara, le général japonais Ieyasu se servit des 19 canons de bronze pris sur le navire d'Adams, et les amena de nouveau contre Toyotomi Hideyori au château d'Osaka en 1615.

Il fut impressionné par les connaissances d'Adams en matière de construction navale. En 1604, lui ordonna de superviser la construction du premier navire de style occidental du Japon. Ieyasu finit par faire d'Adams un samouraï, lui offrant deux épées et un domaine dans la péninsule de Miura

Adams n'a jamais combattu dans aucune bataille, mais a servi comme diplomate au sein de la société japonaise et a encouragé le commerce. En 1613, il aida à établir un poste de traite pour la Compagnie des Indes orientales à Kyushu. On lui interdit de rentrer chez lui, mais il put envoyer de l'argent à sa famille Angleterre. Il refit sa vie et épousa une Japonaise avec qui il eut deux enfants.

Adams entreprit diverses expéditions en Asie du Sud-Est entre 1614 et 1619, mourant finalement à Hirado en 1620, où il est enterré. En 1975, l'histoire d'Adams devient l'inspiration du roman Shogun de James Clavell.

Si tu souhaites te plonger encore plus profondément dans la culture japonaise des samouraï, alors n'hésite pas à consulter notre collections de vêtement japonais de samouraï !


Écrire un commentaire

Les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés