Arme Japonaise

Cadeau Japonais, Masques Japonais, Samouraï -

ARME JAPONAISE [GUIDE COMPLET]

Nous avons établi un glossaire des plus terribles et uniques armes utilisées par les samouraïs, les ninjas, les moines guerriers, et les malfrats japonais

Quand on pense à un samouraï, on imagine toujours un guerrier avec une épée. Et pas avec n'importe quel sabre. Avec un splendide katana japonais de renom. Une lame incurvée conçue pour découper les ennemis avec une efficacité suprême. Mais sache que les armes du champ de bataille japonais sont très variées.

Samourai Japonais

Collection samourai japonais

Les guerriers nippons utilisaient des armes japonaises de toutes sortes : Arc japonaisKusarigama, éventails de combat japonais, Kunai, nunchaku etc... Le katana japonais étant l'arme symbolique des samouraïs

Les armes japonaises en général sont bien moins connues que l'épée katana mais pour autant toutes aussi intéressantes et mortelles. Des outils comme le jutte et le kusurigama permettaient aux utilisateurs de se défendre et de combattre le fameux sabre japonais.

Les éventails, les pipes à fumer et autres armes déguisées en objets de la vie quotidienne obligeaient chaque guerrier à se méfier constamment. D'autres armes, comme les lance-roquettes samouraï (oui vous avez bien lu : lance roquette samouraï), semblent plus adaptées aux mangas qu'aux véritables champs de bataille, mais elles ont aussi fait leur preuve dans la vie réelle.

LE KATANA : LES CÉLÈBRES LAMES DU JAPON

Katana


L'arme la plus célèbre du Japon n'a pas besoin d'être présentée. La méthode des forgerons japonais consistant à chauffer et à plier l'acier de manière répétitive rendait le tranchant et la force du katana uniques parmi toutes les épées du monde. Assez fort pour être utilisé à des fins défensives mais assez tranchant pour couper les membres, le katana a acquis la réputation d'être l'âme du samouraï.

GUNSEN, TESSEN ET GUNBAI : LES ÉVENTAILS DE GUERRE

Gunsen


Dans le Japon ancien, même les instruments destinés à s'aérer lors d'un été chaud devenaient des armes. Le gunsen et le tessen, sont des éventails pliables et renforcés par un placage métallique. Les policiers et les gardiens de nuit utilisaient ces instruments contondants et non mortels pour frapper les criminels et les arrêter !

L’éventail japonais bien que subtil est surpuissant. Il a permis de gagner des batailles et vaincre des armées entières d'un seul mouvement. Les commandants et shogun sur les champs de bataille portaient des éventails comme symbole de leur rang, Ces solides "gunbai" servaient de moyen de communication aux forces déployées. Visible de loin, le mouvement de l'éventail dirigeait les actions des troupes. Aujourd'hui, les arbitres de sumo utilisent les "gunbai" pour alerter les spectateurs sur les vainqueurs des matchs de sumo.

KISERU : FUMEZ SES ENNEMIS

kiseru
Source : black-samurai

Imagine être un pèlerin errant sur les collines de l'ancien Japon. Lassé de ce long voyage, tu décides de faire une pause sous les branches ombragées d'un arbre. Juste au moment où tu prends une bouffée de ta fidèle pipe, des voyous se pointent pour tenter un racket. Que fais-tu ? 

Si tu es un dur à cuire, tu frappes ces imbéciles inconsidérés avec ta pipe. Bien qu'elles n'aient pas toutes été conçues pour se battre, elle permet de se défendre et d'attaquer. Plusieurs histoires racontent que certaines pipes étaient utilisées dans les rixes... Certaines pipes étaient munies de gardes régulières, tout comme les épées." Les pipes de combat sont devenues si courantes que les écoles d'arts martiaux ont développé des techniques pour leur utilisation. Certaines dissimulent aussi une dague. Outil d'assassinat de certains ninjas shinobi

MANRIKI-KUSARI : LA CHAÎNE NINJA

Manriki Kusari

Photographie d'Alexandre Ataide

Bien que le manriki-kusari (parfois appelé fundo-kusari ou chaîne lestée) ait acquis une certaine notoriété en tant qu'arme de ninja, les policiers ont en fait adopté cette arme pour désarmer et capturer les criminels. Quel que soit le manieur, cette arme polyvalente présentait de nombreux avantages. La chaîne pliable pouvait être enroulée, dissimulée et facilement transportée. Elle pouvait être utilisée pour grimper, retenir un ennemi, ou être enroulée autour des parties du corps pour une protection supplémentaire.

Au combat, l'utilisateur pouvait raccourcir sa prise et adapter la longueur en fonction de la situation. Une fois en mouvement, un manriki-kusari se déplaçait à des vitesses qui le rendaient invisible. Un combattant expérimenté pouvait faire pivoter la chaîne autour de lui pour tenir ses adversaires à distance. Grâce à son extrémité lestée, le manriki-kusari servait également de projectile ; son poids en métal pouvait être lancé pour frapper les adversaires. Mais contrairement à d'autres armes de jet comme les fléchettes ou les couteaux qui devaient être récupérés pour être réutilisés, le manriki-kusari revenait dans la main de son manieur grâce à la chaîne. 

La chaîne ne pouvait pas être coupée par une lame et s'enroulait autour des katana. Cela rendait particulièrement efficace contre une épée japonaise. Une fois que la chaîne s'est prise dans l'arme d'un adversaire, il était facile pour un utilisateur de le désarmer.

Le manriki-kusari présentait aussi des inconvénients en terme de compétence martiale. L’arme est difficile à maîtriser. Un utilisateur de manriki-kusari pouvait rapidement se blesser avec le poids du lest. Malgré sa nature ajustable, le manriki-kusari s'avérait moins efficace dans les espaces confinés comme les zones encombrées ou boisées. La chaîne ne pouvait pas être lancée librement, ce qui limitait sa puissance.

KUSARIGAMA : L'ARME AUX DEUX FACETTES

Kusarigama

Source : Licence Adobe Stock

Les forces de l'ordre ont également fait un usage régulier du kusarigama, qui combine le manrikigusari et le kama. Cette arme est utilisée pour tenir les ennemis  à distance grâce à la chaîne et le poids. Ils encouraient aussi le risque d'être tailladés avec la lame en combat rapproché. Tu peux l'apercevoir dans de nombreux films japonais car c'est une arme atypique !

Cette arme était aussi utilisé par les clans shinobi. Si tu souhaites en apprendre plus sur leur société secrète alors lis notre article !

Shinobi

 Article sur le mystère des shinobi

CHIGIRIKI : LA MASSE JAPONAISE

Chigiriki

Source : picclick

Fabriqué en bois ou en métal, ce bâton comportait un poids attaché à une chaîne au sommet qui servait à faire trébucher, frapper ou désarmer un adversaire. La chaîne étant dissimulée dans le manche. Le chigiriki pouvait être déguisé en bâton de marche ou en bâton ordinaire. 

YUMI : LA MORT À DISTANCE

Arc Japonais
Source : thespecialistsltd


L'arc japonais est une arme de samouraï. Il faut savoir que l'isolement du Japon pendant de longues années a permis au Japon de développer ses propres outils et techniques de tir à l'arc.

Les plus anciens arcs de chasse et de cérémonie du Japon remontent à 10 000 ans avant Jésus-Christ. Ne disposant pas de la technologie de reliure en bois des autres pays, le Japon a développé de très longs arcs en bois. Certains de plus de 2,5 mètres, afin d'augmenter leur puissance.

Une poignée basse a été développée pour tenir compte de la longueur de l'arc, de son utilisation à cheval ou pour obtenir plus de puissance.

HIYA TAIHOU : LANCE-ROQUETTES SAMOURAÏ

HIYA TAIHOU

Source : military.wikia

Le Japon ancien avait sa propre version du lance-roquettes. Au milieu des années 1500, les armes à feu portugaises ont inspiré les Japonais à construire leurs propres fusils. Un mix entre une arbalète et une arme à feu portable. Semblable à des fusils, ces mini-canons étaient appelés hiya taihou. Cette arme de guerre frappait les troupes ennemies et les fortifications avec des roquettes explosives faites d'épais fûts en bois et de dessus en métal !

KUNAI : LE COUTEAU NINJA ?

Kunai

Source : Campbell Armory

Les Kunai sont des armes de jet en forme de poignard rendues célèbres grâce à l'anime et manga Naruto. En vérité, le kunai plat, semblable à une truelle, est un bien meilleur outil qu'un projectile. Ces armes classiques étaient utilisées pa les ninjas pour écailler et creuser des trous dans les murs des châteaux par exemple.

SHURIKEN : JETER LA MORT

Shuriken

Source : fusil-calais

Largement connu sous le nom étoile de ninja bien qu'elles soient de formes et de tailles différentes.  Cet accessoire ninja et arme japonaise dispose de plusieurs pointes. Grâce à leur forme elles tournoient en vol et nécessitent moins d'habileté au lancer que les longs couteaux comme les kunai !

BO ET JO : LE BATON REDOUTABLE

Tortue Ninja

Source : boxatruc

Datant de la préhistoire aborigène, "le bo, ou long bâton de bois, est l'arme la plus archaïque du Japon". Les guerriers profitaient de la longueur d'un bo, pour frapper de loin et le faisant pivoter pour repousser les ennemis. C'est l'arme de Donatello dans les tortues ninjas.

Les bo existent sous de nombreuses formes et tailles. Par exemple, le maru-bo est rond tandis que le hakaku-bo est hexagonal. Alors que le bo moyen mesurait 1,5 à 2,5 mètres ou à peu près la taille de son utilisateur, la longueur du jo était beaucoup plus courte.Le jo possède plusieurs les caractéristiques des trois armes les plus connues du Japon : la frappe du katana, la portée de la lance, la puissance de frappe et l'indestructibilité du bo. Même si ce n'est pas évident tout de suite, c'est une arme japonaise redoutable !

TEKKAN ET HACHIWARI : LES LAMES MÉCONNUES DU JAPON

Hachiwari

Illustration par Skyfiredragon

À première vue, le tekkan et le hachiwari peuvent ne pas sembler impressionnants. Les lames lourdes et ternes. Ces armes japonaises servent d'outils de frappe pour frapper les ennemis en armure avec un maximum d'impact. Sergei Mol explique : "Le tekkan a été spécifiquement développé (pour être utilisé) contre des adversaires portant une armure et il est donc nécessairement lourd pour pouvoir être utilisé contre les points faibles de l'armure".

Aussi terne et lourd, le hachiwari ressemble au tekkan mais utilise un court crochet à la base qui peut êytr utilisé pour accrocher l'armure d'un adversaire ou pour obtenir un effet de levier afin d'écarter l'armure. Au lieu de la finesse mortelle du katana, le tekkan et le hachiwari visaient un désarmement brutal.

NAGINATA : LE CHOIX DES FEMMES

Naginata

Source : dragonsport

Bien qu'utilisé par les deux sexes, le naginata est devenu l'arme standard des guerrières de la classe supérieure. Aussi appelée "la lance de la femme". Bien qu'elle ressemble à une lance, la lame incurvée du naginata permet de mettre des coups similaires à des coups d'épée vs de simples coups de poignard. Il y a donc un vrai avantage de distance !

NEKOTE : LES GRIFFES DU CHAT

Nekote

Source : favpng

Ces armes tranchantes, qui ressemblent à des griffes, s'adaptent au bout des doigts et peuvent être trempées dans du poison pour obtenir des résultats mortels. Utiliser comme arme par black panther dans les séries de comics Marvel et par Choi Bounge dans le jeu-video japonais King Of Fighters !

NUNCHAKU : EXPERT EN ART MARTIAL

Nunchaku

Source : dragonsports

Le nunchaku est l'une des armes les plus célèbres, les plus glorifiées et les plus cool du Japon. La légende veut que le nunchaku ait été inventé à Okinawa comme un outil pour battre les grains.

Construit en reliant deux bâtons à une corde ou une chaîne, le nunchaku est balancé autour du corps pour se défendre ou attaquer. L'acteur et maître en arts martiaux Bruce Lee était un expert de cette arme !

TEKKO-KAGI : LES GRIFFES SHINOBI

TEKKO-KAGI

Source : Ninja Gaiden

Portées sur les mains telles des griffes métalliques, le tekko-kagi étaient utilisées pour parer et frapper. Certains guerriers japonais maniaient un poignard dans une main et portaient un tekko-kagi dans l'autre. La griffe permettait à l'utilisateur d'entailler et de se défendre avec les mouvements naturels de la main. Avec une technique appropriée, même le katana pouvait être pris au piège, désarmé ou brisé.

FUKIYA : LA SARBACANE DE LA MORT

Fukiya

Source golgo13

Les Fukiya sont sans aucun doute des armes ninja. Comme le montrent les parchemins ninja du Mansenshukai (sportsfukiya.net) du XVIIe siècle. Les sarbacanes faisaient peu de bruit, étaient faciles à transporter et pouvaient servir de flûtes, de tuyaux ou de pailles pour respirer. L'empoisonnement des fléchettes rendait en faisait une arme de choix. 

Mais les Fukiya n'étaient pas seulement utilisés comme armes. Le tube pouvait lancer des notes et des messages aux alliés. Les chasseurs utilisaient également les fukiya pour faire tomber les oiseaux.

Aujourd'hui, le Fukiya est devenu un sport international, similaire au tir à l'arc. Les distances possibles vont de 10 à 90 mètres. Les praticiens affirment que c'est une arme simple à utiliser.

FLÈCHES DE FEU ET BOHIYA

Bohiya


Les munitions de ses armes anciennes sont flèches de feu et les fusées miniatures appelées bohiya. Elles faisaient des ravages lors d'une offensive sur les bâtiments en bois, les fortifications et les navires de guerre. Bien que le tir se fasse à l'origine à l'arc, l'introduction par le Japon de la poudre à canon et de la technologie des armes à feu a conduit à la création de lance-flèches portatifs, alimentés par un allumage, ressemblant à des fusils.

Le matériel incendiaire des flèches de feu était fabriqué à partir d'une corde qui avait été imperméabilisée en la faisant bouillir dans un mélange d'eau, de cendres de feuilles de cèdre brûlées et d'une certaine substance ferreuse, le tout enveloppé dans du papier avec un fusible...

HOROKUBIYA : LES BOMBES S'ENVOLENT

HOROKUBIYA


Également utilisé dans les combats navals, horokubiya imite une technique chinoise qui consiste à disposer des explosifs dans du fer, de la céramique ou du papier.

Les bombes étaient remplies de poudre à canon et de tessons de métal. Lors d'un assaut, ces bombes étaient lancées par l'infanterie à l'aide d'une corde. Ou elles étaient lancée via des catapultes portatives ressemblant à des bâtons de crosse.

TANEGASHIMA : ARME À FEU ANTIQUE

Tanegashima

Source : ima usa

À la fin du XVIe siècle, le Japon a fabriqué certaines des meilleures armes à feu du monde. Le Japon innova même en allant jusqu'à concevoir des moyens de protéger le mécanisme d'allumage de la pluie de leur carabine. La crosse courte et le style élégant sont devenus une marque de fabrique des armes à feu japonaises.

Malgré la place prépondérante du katana dans l'imagerie guerrière japonaise, les armes à projectiles ont toujours occupé une place importante sur le champ de bataille et les armes à feu n'ont pas fait exception. Les seigneurs de la guerre ont profité de la puissance mortelle des armes à feu. Elles sont devenues une force mortelle sur les champs de bataille japonais.

TESTUBISHI OU MAKIBISHI : ATTENTION À LA MARCHE

Testubushi


Le magazine Black Belt a surnommé ces armes "les épines surprise". De petites pointes de métal ressemblant à des jouets d'enfants, les testubishi étaient jetées au sol pour ralentir les adversaires en pleine poursuite. Les pointes étaient suffisamment longues et pointues pour pénétrer les fines semelles portées à l'époque. Les manieurs devaient cependant planifier à l'avance, car les petites pointes étaient aussi dangereurses pour le lanceur une fois dans la main

KUBOTAN : LA MORT DANS LA PAUME DE LA MAIN

Kubotan

Source : boutiquedesartsmartiaux

Parfois appelées yawara, les kubotan sont de petites armes de préhension qui tiennent dans la paume de la main. Bien qu'elles puissent être pointues, les yawara ont généralement des extrémités émoussées de chaque côté pour frapper un adversaire. Elle se sont avérées particulièrement efficaces sur les points de pression et points vitaux.

La force du yawara réside dans la prise de l'arme. Elle renforce le coup de poing  et évite les cassures de main.

ONO : PAS SEULEMENT POUR COUPER DES D'ARBRES

Ono

Source : hardwickandsons

Les haches japonaises sont antérieures à celles en fer et en acier. Elles sont devenues une arme de prédilection des anciens yamabushi ou moines guerriers du Japon. "Les yamabushi utilisaient ces haches (d'environ 1,80 m de haut) au cœur des batailles, les faisant tournoyer pour vaincre leurs ennemis !

TOBIGUCHI : PAS SEULEMENT POUR COMBATTRE LES INCENDIES

TOBIGUCHI

Source : catawiki

Cet outil en forme de hache agissait plutôt comme un crochet et était utilisé pour enlever les débris des bâtiments en feu. "Même pendant un incendie, il était important d'être armé...Et il fallait se préparer à la possibilité que quelqu'un profite de la situation et attaque. C'était effectivement aussi une arme car certains Tobiguchi comportaient même un crochet pour aider au désarmement.

Cet outil de feu connu est aussi connu sous le nom de "bec de cerf-volant". On lui a donné le surnom (kenkatobi 喧嘩鳶けんかとび ) ou "cerf-volant de combat" en raison de sa popularité auprès des roturiers.

KANABO : L'ARME DU DÉMON JAPONAIS

Kanabo

Source : Vidéo Youtube de Metatron

Le kanabo à pointes métalliques, le plus meurtrier de la famille des "bo" (baton). Il a la forme d'un bo. Son utilisation consiste à matraquer les ennemis. C'est une arme avec laquelle les guerriers faisaient preuve d'un acharnement et d'une violence inouïe. C'est sans doute pour cela qu'il s'agit de l'arme préférée des oni japonais. C'est un type de yokai ou d'ogre des contes et du folklore japonais.

L'image d'un oni tenant un kanabo est si puissante et profonde qu'elle a été immortalisée dans un kotowaza (proverbe):

"oni avec une massue de fer" (oni ni kanabou 鬼おにに 金棒かなぼう) qui signifie invincibilité.

OTSUCHI : LA DÉVASTATION DU MARTEAU

Otsuchi

Illustration de Zachary Viola / Estampe japonaise de l'artiste Kunasada

Le marteau de combat géant a été utilisé comme bélier. Cette arme a probablement abattu plus de portes, de portails et de murs que de combattants.

KYOKETSU-SHOGE : LA MORT VOLANTE

KYOKETSU-SHOGE

Source : skillsetmag

Le kyoketsu-shoge est en un poignard crochu attaché à une corde avec un poids en forme d'anneau. La technique de combat avec cette arme était relativement simple. Cette arme blanche à double tranchant est utilisée pour poignarder pendant que l'anneau se balance au-dessus de la tête et distrait ou piège l'ennemi.

JUTTE : DÉSARMEMENT

Jutte

Source : ninecircles

Comme seuls les policiers de haut rang pouvaient porter une épée; les policiers de rang inférieur utilisaient des armes alternatives comme le jutte pour lutter contre la criminalité. Cette arme défensive et polyvalente pouvait dévier les attaques à l'épée et désarmer un suspect avec un minimum de blessures. Le jutte nécessitait une grande proximité pour être efficace. Mais une fois maitrisée, l'arme pouvait frapper, enchevêtrer les vêtements, retenir et même projeter des ennemis.

Alors que beaucoup prétendent que le kagi ou le crochet de la jutte était utilisé pour piéger une lame d'épée. Celui-ci aurait pu servir a tout simplement empêcher l'arme de glisser à travers l'obi (ceinture) autour du kimono.

Le jutte est devenue le symbole des policiers de l’époque. 

SASUMATA : LA RETENUE

Sasumata

Illustration de felipebuek214

Cette longue perche permettait de piéger les malfaiteurs avec la fourche en forme de U à son extrémité. Les pointes saillantes de la perche empêchaient les vêtements du criminel de s'accrocher, ce qui facilitait la capture.

Mais les sasumata ne se limitaient pas à maîtriser les criminels. Les pompiers utilisaient des outils similaires pour tenir les échelles ou manipuler les poutres des bâtiments et autres structures.

Aujourd'hui, les sasumata lisses et sans pointes survivent en tant qu'outils de contention que l'on trouve encore dans les écoles primaires japonaises, utilisés pour calmer les enfants déchaînés (c'est tout de même très rare). Ces armes de défenses sont aussi utilisées pour assurer la sécurité publique lors de manifestations par exemple !

Gamaken, un kami dans le shonen Uzumaki Naruto porte cette arme pour attaquer et se défendre !

TORINAWA : LA CORDE JAPONAISE

TORINAWA

Samouraï ronin arrêté par la police

La police a utilisé des cordes spéciales appelées torinawa pour arrêter les suspects d'un crime. Des boucles de corde ou des anneaux métalliques étaient souvent utilisés à la place des nœuds pour attacher le suspect...

Attacher quelqu'un sans utiliser de nœuds permettait apparemment d'éviter la honte associée au "bondage".

Comme les armes à chaînes, les torinawa polyvalents étaient faciles à transporter et pouvaient être cachés sous la ceinture ou la robe d'un officier.

KAKUTE : ANNEAUX DE LA MORT

Kakute

Kakute Bague

Contrairement à ce que l'on peut penser, les porteurs de cette bague japonaise cachaient les pointes du côté de la paume de leur main.

Une bague était portée au majeur, tandis qu'une seconde pouvait être placée au pouce. Le but principal de l'arme était d'obtenir une prise ferme sur un adversaire, les dents s'enfonçant dans les points de pression pour causer une douleur intense...

L'effet de surprise de cette arme faisait perdre à l'adversaire sa concentration. Comme le tekko, le kakute pouvait être trempé dans du poison pour plus d'efficacité.

SAI : ATTAQUE À TROIS DENTS

Sai Arme

Source dragonsports

Le sai, lourd et à trois dents, remonte à la Chine ancienne. Les sai d'Okinawa sont souvent utilisés par paires, bien qu'un troisième puisse être porté pour remplacer un sai qui a été jeté.

Semblable au jutte et grâce à ses dents très espacées, le sai permettait de se défendre efficacement contre des armes plus longues comme le bo et le katana.

TONFA : BÂTON À POIGNÉE LATÉRALE

Tonfas

Cet baton japonais en bois a un manche court et perpendiculaire, il était utilisé  initialement comme :

  • un outil pour creuser,
  • un crochet de cuisine,
  • un manche d'une meule à grain (Nishiuchi).

Dans le Japon féodal on utilisait le tonfa comme garde défensive et comme arme de frappe. Les maîtres pouvaient manier l'arme dans un mouvement de rotation fluide, en s'appuyant sur sa "force centripète", semblable à celle du nunchaku.

On pense que le tonfa a influencé la forme des bâtons de police modernes.

TEKKI ET TEKKO : POINGS AMERICAINS JAPONAIS

Tekki Tekko

Pour les occidentaux, tekki et tekko seraient décrits comme des poings américains. Deux théories similaires expliquent l'origine de l'arme, toutes deux impliquant des chevaux.

L'utilisation du tekko semble avoir débuté lorsque les bushi d'Okinawa utilisaient les fers de leurs chevaux comme arme de fortune pour se défendre contre une attaque surprise".

Cependant, d'autres décrivent les armes comme des étriers de fer que l'on saisis par la barre droite de l'arme. Ainsi la partie supérieure incurvée est disposé autour des articulations du poing. 

Ce sont des armes de frappe rapide, pour les combats rapprochés. Elles offrent également une défense contre les coups de feu.

NOTRE AVIS SUR LES ARMES JAPONAISES

Les armes de combat anciennes du Japon allaient des outils de la classe ouvrière comme le kuwa et le kama, à ceux créés dans une intention mortelle comme le kanabo et le katana.

Les japonais ont aussi développé toute une série d'armes de soumission. Le jutte, le sasumata et d'autres armes destinées à soumettre les opposants ont prouvé que la nécessité est la mère de l'invention. 

La variété globale des armes japonaises inspire l'imagination et continue à susciter l'intérêt pour la culture ancienne des combat japonais. Il est amusant de constater que le Japon d'aujourd'hui est si fier de sa réputation pacifique possède un tel héritage d'armes et de violence.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Recevez nos articles dans votre boite email.