Geisha

Geisha -

QU'EST CE QU'UNE GEISHA ?

Une geisha est une artiste japonaise traditionnelle. Souvent confondues avec une courtisane ou une prostituée, les geishas sont plutôt connues pour leur maquillage et leurs vêtements distinctifs, leur danse élégante et gracieuse et leur conversation discrète.

Nous allons voir dans cet article :

  • L'évolution du métier de métier de geisha
  • Qui sont vraiment les geisha ?
  • En quoi consiste la formation d'une geisha ?
  • L'histoire ancestrale des geisha
  • Les geisha aujourd'hui
  • Les geisha et le mythe de la prostitution
  • La geisha et le danna
  • Le style de la geisha

1) Évolution du métier de geisha

On retrouve les geishas au milieu du XVIIIe siècle, dans des maisons de plaisance du Japon où les courtisanes divertissaient les samouraïs et leurs servaient du saké. Sache que les premières geishas étaient en fait des hommes. Ils recevaient les invités avec tambours et musique. Cependant, ils ont été progressivement remplacés par des danseuses, appelées geiko, qui se sont avérées beaucoup plus spectaculaires et populaires.

Le terme geiko est encore utilisé pour désigner les geishas seniors / Senseï qui ont réussi tous leurs examens ; les geishas juniors encore en formation sont appelées maiko. 

Maiko

Les geishas ont connu leur apogée dans les années 1920, avec plus de 80 000 pratiquantes. Mais les temps modernes, avec une économie japonaise en difficulté et une attitude un peu plus disons décontractée envers les réunions d'affaires et les fêtes, ont été durs pour les geishas. À date seulement 1000 à 2000 sont encore employées. Pourtant, comme beaucoup de traditions culturelles, la geisha s'est avérée polyvalente. Beaucoup de maisons de geisha sont en train de redessiner leurs traditions et coutumes ancestrales pour être plus adaptées aux exigences modernes.

2) Qui sont les geishas ?

Comme tous les noms japonais, il n'existe pas de variantes singulières ou plurielles distinctes du terme geisha. Le mot se compose de deux kanji,  (gei) signifiant "art" et  (sha) signifiant "personne" ou "faiseur". La traduction la plus directe de geisha en anglais serait "artiste" ou "artiste de scène". Ce sont des actives et à la fois des musiciennes...

Geisha Japon

Un autre terme utilisé au Japon est geiko, un mot du dialecte de Kyoto. Les geishas à part entière de Kyoto s'appellent geiko. Ce terme est aussi couramment utilisé dans la région pour distinguer les geishas pratiquant des arts traditionnels liées aux prostituées qui ont copié, et utilisé le nom et les vêtements des geishas. Que ce soit leurs traditionnelles sandales japonaises communément appelées Zori ou Geta ou encore les kimonos et yukatas.

Leurs vêtements sont composés de plusieurs couches de kimono dont un yukata à manche 3/4 pour l'été. Ainsi qu'une large écharpe appelée Obi. Tu pourras en trouver dans notre boutique japonaise 

Yukata


Ainsi enfiler cette tenue peut prendre plus d'une heure, même avec l'aide d'un ou une assistante professionnelle. Les prostituées, cependant, devaient enlever leur obi plusieurs fois par jour, de sorte que le leur était beaucoup moins complexe, et attaché à l'avant pour faciliter le retrait et le remplacement.

 

 

 

Les apprenties geishas s'appellent maiko. Ce mot se compose du kanji  (mai), qui signifie "danse" et  (ko), qui signifie "enfant". C'est la maiko, avec son maquillage blanc et son kimono et sa coiffure élaborés, qui est devenu le stéréotype d'une "geisha" pour les occidentaux, plutôt que la vraie geisha.

Apprentie Geisha

Les geishas de Tokyo ne suivent généralement pas le processus ritualisé de l'apprenti maiko, qui est bien établi à Kyoto, où la tradition des geishas est la plus forte. La période de formation peut durer de six mois à un an, ce qui est nettement plus court qu'un maiko Kyoto, avant qu'elle ne débute en tant que geisha à part entière. Le stagiaire est appelé han'gyoku (半玉) ou "demi-bijou", ou par le terme plus générique o-shaku (御酌) qui est associé à "celui qui verse (de l'alcool)." En moyenne, les geishas de Tokyo ont tendance à être plus âgées que leurs homologues de Kyoto, beaucoup d'entre elles détenant des diplômes officiels d’universités.

3) Formations ancestrales des geishas

Traditionnellement, les geishas ont commencé leur formation à un très jeune âge. Autrefois, certaines filles étaient vendues comme enfants à des maisons de geishas (okiya), situées dans le hanamachi (花街 "flower towns"), ou quartier des geishas, par des familles qui pensaient avoir un avenir plus sûr dans l'okiya que dans leurs propres ménages pauvres. Plus tard, cette pratique a disparu dans les quartiers réputés. Les filles des geishas étaient souvent élevées en tant que geishas elles-mêmes, généralement comme successeur (atotori, qui signifie héritier) ou comme fille (musume-bun) de l'okiya.

 a. Shikomi

La première étape de la formation s'appelait shikomi. Quand ces petites-filles arrivaient à l'okiya, on les mettait au travail comme domestiques. Elles devaient faire tout ce qu'on leur demandait. Le travail était difficile, avec l'intention de "faire" et "briser" les nouvelles filles. Les shikomi les plus jeunes de la maison devaient attendre tard dans la nuit que la geisha senior revienne des ses activité. Cela pouvait parfois duré jusqu'à deux ou trois heures du matin.

Geisha Vetement

Elles les aidaient à se déshabiller et à se préparer à dormir. Pendant cette étape de l'entraînement, les shikomi allaient en classe à l'école de geisha des hanamachi. Dans les temps modernes, cette étape de la formation existe toujours, surtout pour habituer les filles au dialecte traditionnel, aux traditions et à l'habillement du style de vie des geishas.

 b. Minarai

Une fois que la recrue est devenue experte dans les arts des geishas et qu'elle a réussi un examen final de danse difficile. Elle est promue à la deuxième étape de la formation : Minarai.

Les Minarai sont relevés de leurs tâches ménagères. La phase minarai est axée sur la formation sur le terrain. Bien que les minarai assistent aux ozashiki (banquets auxquels participent des geishas dans un salon de thé), elles n'y participent pas à un niveau avancé.

La Minarai peut être louée pour des soirées, mais sont généralement des invités non invités (mais bienvenus) à des soirées auxquelles leur unee-san (qui signifie " sœur aînée " et l'aîné du Minarai) est engagée à participer.

Ozashiki

Elles perçoivent un tiers du hanadai (commission de performance, que les geiko reçoivent). Les Minarai travaillent généralement en étroite collaboration avec une maison de thé particulière (appelée minarai-jaya) qui appartient au okaa-san (propriétaire de la maison). Ces techniques ne sont pas enseignées à l'école, car des compétences comme la conversation et le jeu ne peuvent être absorbées que par la pratique. Cette étape ne dure qu'environ un mois.

c. Maiko

Après une courte période de temps, la troisième étape (et la plus célèbre) de l'entraînement a commencé, appelée maiko. Les Maikos sont des apprenties geishas. Cette étape peut durer des années. La Maiko japonaise apprend de son mentor, la geisha senior. Elle la suis dans toutes ses représentation. La relation oneee-san (senior) / imouto-san (junior) est extrêmement importante. Son enseignement est vitale car elle est la seule personne à lui apprendre tout ce qu'il faut savoir sur la façon de travailler dans le hanamachi. Elle lui apprendra à servir le thé, à jouer au shamisen et à danser, ainsi qu'à réussir dans les conversations informelles avec les clients.

Maiko Japonaise

C'est important pour un maiko d'apprendre afin de recevoir à l'avenir des invitations à d'autres salons de thé et réunions. La geisha confirmée aide la Maiko à choisir son nouveau nom professionnel via un kanji, ou des symboles liés à son propre nom.

 d. Geisha

Après une période aussi courte que six mois (à Tokyo) ou aussi longue que cinq ans (à Kyoto), la maiko est promue à une geisha, ou geiko (à Kyoto), et facturée au prix fort pour son temps. Les geishas confirmées restent ainsi jusqu'à leur retraite pour rembourser leur dette...

4) Histoire ancestrale

a. Les racines de la geisha

Bien que les geishas elles-mêmes ne soient pas des prostituées, leurs racines se trouvent à Saburuko. Des femmes japonaises de la fin du septième siècle qui ont été forcées par l'érosion des conditions économiques et le déplacement social à échanger des faveurs sexuelles afin de survivre. Bien que la plupart des Saburuko viennent d'une classe inférieure, certaines étaient très instruites et douées, et cet échelon supérieur des Saburuko se sont vues invitées à participer aux fêtes des classes supérieures.

D'abord et avant tout, les geishas sont des danseuses et musiciennes traditionnelles japonaises magistralement formées.

Musiciennes Traditionnelles Japonaises

Les Shirabyoshi suivirent au XIIe au XIVe siècle. Pendant une autre période de bouleversement économique, les filles de riches aristocrates ont été forcées de se produire à des fêtes afin que leurs familles puissent joindre les deux bouts. Très instruits, les Shirabyoshi étaient appréciés pour leur poésie et pour la danse qui leur a donné leur nom.

Les éléments de base des Shirabyoshi étaient des tenues de style shintoïste, leur habileté à jouer du tambour et du fifre et leur danse caractéristique. Parmi les Shirabyoshi les plus célèbres se trouvait Shizuka, concubine de Minamoto no Yoshitsune, un samouraï de légende dans la culture japonaise.

b. Un destin pas toujours rose

Parfois, les jeunes filles étaient vendues par leurs parents, une pratique qui n'a été abolie complètement qu'au milieu du XXe siècle.

Cependant, c'était loin d'être courant, et la plupart des geishas ont choisi de le devenir de leur propre gré ; souvent, les geishas formaient leurs propres filles.

De plus, les geishas étaient parfois payées pour leur virginité, dans une pratique appelée mizu-age. Cependant, ces pratiques n'existent plus pour les geishas modernes.

5) Geisha moderne

Les geishas modernes vivent encore dans des maisons traditionnelles de geishas appelées okiya dans les zones hanamachi, en particulier pendant leur apprentissage. Beaucoup de geishas expérimentées qui ont assez de succès choisissent de vivre de manière indépendante pendant la dernière partie de leur carrière. Le monde élégant et de haute culture dont font partie les geishas s'appelle karyūkai (花柳界 "le monde des fleurs et des saules").

Culture Japonaise

Les jeunes femmes qui souhaitent devenir geisha commencent le plus souvent leur formation après avoir terminé leurs études secondaires ou même leurs études collégiales. En règle générale elles commencent tout de même leur carrière à l'âge adulte. Les geishas étudient encore les instruments traditionnels comme le shamisen, le shakuhachi (flûte en bambou) et les tambours, ainsi que les chants traditionnels, la danse traditionnelle japonaise, la cérémonie du thé, la littérature et la poésie. En regardant d'autres geishas, et avec l'aide du propriétaire de la maison de geishas, les apprentis deviennent également habiles dans les traditions complexes entourant le choix et le port du kimono, et dans les relations avec les clients.

Kyoto est considéré par beaucoup comme l'endroit où la tradition des geishas est la plus forte aujourd'hui. Les geishas de ces quartiers sont connues sous le nom de geiko. Les hanamachi de Tokyo de Shimbashi, Asakusa et Kagurazaka sont également bien connus.

Geisha Tokyo

Dans le Japon moderne, les vraies geishas maikos se font maintenant rares à l'extérieur des hanamachis. Dans les années 1920, il y avait plus de 80 000 geishas au Japon, mais aujourd'hui elles sont beaucoup moins nombreuses. Le nombre exact n'est pas connu des étrangers et on estime qu'il se situe entre 1 000 et 2 000, principalement dans la ville de villégiature d'Atami. 

Les geishas sont souvent engagées pour assister à des fêtes et des rassemblements, traditionnellement dans des salons de thé (茶屋, ochaya) ou dans des restaurants traditionnels japonais (ryōtei). Leur temps est mesuré par le temps qu'il faut pour brûler un bâtonnet d'encens et s'appelle senkōdai (線香代, "prix du bâtonnet d'encens") ou gyokudai (玉代 "prix des bijoux"). A Kyoto, les termes ohana (お花)and hanadai (花代), qui signifie "frais de fleurs", sont préférés. Le client peut réserver une geisha par l'intermédiaire du bureau de l'union des geishas (検番 kenban). Ce dernier dispose de l'emploi du temps de chaque geisha et prend ses rendez-vous de la journée.

Le monde des geishas change rapidement tout en respectant les traditions. Alors qu'autrefois, on ne pouvait devenir geisha que par des connexions personnelles, aujourd'hui certaines maisons de formation font de la publicité sur Internet. Les geishas s'adaptent à une nouvelle niche et craignent l'extinction si elles ne sont pas capables de trouver suffisamment de clients dans un monde en pleine mutation.

6) Geisha et la prostitution

Geisha Prostitution

Il subsiste une certaine confusion, même au Japon, quant à la nature de la profession de geisha. Les geishas sont souvent dépeintes comme des prostituées coûteuses dans la culture populaire occidentale. Les geishas sont des artistes, leur but étant de divertir leurs clients, que ce soit en récitant des vers, en jouant d'instruments de musique, ou en s'engageant dans des conversations légères. Les engagements des geishas peuvent inclure le flirt avec les hommes et des insinuations ludiques ; cependant, les clients savent qu'on ne peut rien attendre de plus. Dans un style social typiquement japonais, les hommes sont amusés par l'illusion de ce qui ne sera jamais. Les geishas n'ont pas de relations sexuelles rémunérées avec leurs clients.

Les geishas sont des hôtesses traditionnelles japonaises qui jouent le rôle d'hôtesses, exécutent de la musique, de la danse, des cérémonies du thé et de la poésie japonaises ; elles ne sont pas des prostituées et n'ont pas de relations sexuelles payées avec leurs clients.

Les geishas ont parfois été confondues avec les traditionnelles courtisanes de grande classe appelées oiran. Comme les geishas, les Oiran portent des coiffures élaborées et un maquillage blanc.

Une façon simple de faire la distinction entre les deux est que l'oiran, en tant que prostituée, noue son obi à l'avant. Geisha noue son obi dans le dos de la manière habituelle.

Obi

Pendant la période Edo, la prostitution était légale et les prostituées, comme l'oiran, étaient autorisées par le gouvernement. En revanche, les geishas n'avaient pas le droit de détenir un permis de prostitution et étaient officiellement interdites d'avoir des relations sexuelles avec leurs clients. L'accord de licence a conduit au terme dérogatoire, "double enregistrement", faisant référence aux geishas promiscues.

Après la Seconde Guerre mondiale, pendant l'occupation américaine du Japon, de nombreuses prostituées japonaises se sont vendues comme geisha aux GI américaines. Ces prostituées sont devenues connues sous le nom de geesha girls, en raison d'une mauvaise prononciation du mot geisha, et ont ramené l'image de geisha comme prostituées aux États-Unis.

Aussi, les geishas travaillant dans les villes onsen comme Atami ont été surnommées onsen geisha. Les geishas d'Onsen jouissent d'une mauvaise réputation en raison de la prédominance des prostituées dans ces villes, qui se présentent comme des "geishas", ainsi que des rumeurs sordides de routines de danse comme "Shallow River" (qui implique les "danseurs" soulevant de plus en plus haut la jupe de leur kimono). Contrairement à ces "geisha d'une nuit", les véritables geisha onsen sont en fait des danseurs et musiciens compétents.

7) Les geishas dans l'intimité avec le Danna

On s'attend à ce que les geishas soient des femmes célibataires ; celles qui choisissent de se marier doivent se retirer de la profession.

Dans le passé, il était traditionnel pour les geishas établies de prendre un danna, ou patron. Un danna était typiquement un homme riche, parfois marié, qui avait les moyens de supporter les dépenses très importantes liées à la formation traditionnelle d'une geisha. 

Danna

Une geisha et son danna peuvent être amoureux ou non. Les conventions et les valeurs traditionnelles au sein d'une telle relation sont très complexes et mal comprises, même par de nombreux Japonais.

S'il est vrai qu'une geisha est libre d'entretenir des relations personnelles avec les hommes qu'elle rencontre dans le cadre de son travail, ces relations sont soigneusement choisies et il est peu probable qu'elles soient occasionnelles. Un hanamachi a tendance à être une communauté très soudée et la bonne réputation d'une geisha n'est pas prise à la légère.

8) Apparence

L'apparence d'une geisha change tout au long de sa carrière, de l'apparence féminine, fortement maquillée de maiko, à l'apparence plus sombre d'une geisha plus ancienne et établie.

a. Maquillage

Aujourd'hui, le maquillage traditionnel de l'apprentie geisha est l'une de ses caractéristiques les plus reconnaissables, bien que les geishas établies ne portent généralement que le maquillage blanc intégral du visage caractéristique du maiko lors de spectacles spéciaux.

Le maquillage traditionnel d'une apprentie geisha est composé d'une épaisse base blanche avec du rouge à lèvres rouge et des accents rouges et noirs autour des yeux et des sourcils. A l'origine, le masque de base blanc était fait avec du plomb, mais après la découverte qu'il empoisonnait la peau et causait de terribles problèmes de peau et de dos chez les geishas plus âgées vers la fin de l'ère Meiji, il a été remplacé par de la poudre de riz.

Apprentie Geisha

L'application du maquillage est difficile à perfectionner et prend beaucoup de temps. Le maquillage est appliqué avant l'habillage pour éviter de salir le kimono. D'abord, une cire ou une substance huileuse, appelée bintsuke-abura, est appliquée sur la peau. Ensuite, la poudre blanche est mélangée avec de l'eau en une pâte et appliquée avec un pinceau en bambou à partir du cou. Le maquillage blanc recouvre le visage, le cou et la poitrine, avec deux ou trois zones non blanchies (formant un "W" ou un "V", généralement un "W" traditionnel) laissées sur la nuque, pour accentuer cette zone traditionnellement érotique, et une ligne de peau nue autour des cheveux, qui crée l'illusion d'un masque japonais.

Bintsuke Abura

Après que la couche de base soit appliquée, une éponge est tapotée partout sur le visage, le cou, la poitrine, la nuque et le cou pour enlever l'humidité excessive et pour mélanger la base. Ensuite, les yeux et les sourcils sont dessinés. Traditionnellement, on utilisait du charbon de bois, mais aujourd'hui, on utilise des produits cosmétiques modernes. Les sourcils et les bords des yeux sont colorés en noir avec un fin charbon de bois ; un maiko applique aussi du rouge autour des yeux.

Les lèvres se remplissent à l'aide d'un petit pinceau. La couleur vient dans un petit bâton, qui est fondu dans l'eau. Du sucre cristallisé est ensuite ajouté pour donner de l'éclat aux lèvres. La lèvre inférieure est partiellement colorée et la lèvre supérieure laissée blanche pour le maiko, tandis que la nouvelle geisha à part entière ne colorera pleinement que la lèvre supérieure. La plupart des geishas portent la lèvre supérieure colorée en entier, et la lèvre inférieure dans une bande courbe qui ne suit pas la forme de la lèvre.

maquillage-geisha

Les Maiko, qui en sont à leur première étape d'entraînement, coloreront aussi parfois leurs dents en noir pendant une courte période de temps. Cette pratique était courante dans de nombreuses classes de femmes au Japon, mais elle ne survit que dans certains districts et dans certaines familles.

Pendant les trois premières années, une maiko porte ce lourd maquillage presque constamment. Au cours de son initiation, la maiko est maquillée soit par son oneee-san, soit par sa " grande sœur " (une geisha expérimentée qui est son mentor), soit par l'okaa-san, ou " mère ", de sa maison geisha. Après cela, elle se maquille elle-même.

Maison Geisha

Après trois ans de travail, elle change son maquillage pour un style plus discret. La raison en est qu'elle est maintenant devenue mûre et que le style plus simple montre sa propre beauté naturelle. Pour les occasions solennelles, la geisha mature continuera à se maquiller en blanc. Pour les geishas de plus de trente ans, le maquillage blanc lourd n'est porté que lors des danses spéciales qui exigent qu'elles se maquillent.

b. Robe

Kimono Obi

La Geisha porte toujours un kimono-obi simple. Tandis que l'apprentie geisha porte un kimono très coloré avec un obi extravagant. Toujours, l'obi est plus lumineux que le kimono qu'elle porte, pour donner un certain équilibre exotique. Maiko porte l'obi noué dans un style appelé "darari". Les geishas plus âgées portent des motifs cerisier par exemple bien des styles assez discrets. Le signe d'un okiya prospère est que les geishas ne portent pas de kimono japonais plus d'une fois, ce qui signifie que les okiyas de statut économique supérieur auront des "entrepôts" où les kimonos sont stockés et échangés entre geishas.

La couleur, le motif et le style du kimono dépendent également de la saison et de l'événement auquel la geisha assiste. En hiver, les geishas portent sur leur kimono un haori aux trois-quarts de longueur doublé de soie peinte à la main. Le kimono doublé se porte pendant les saisons froides et le kimono non doublé pendant l'été. Un kimono peut prendre de deux à trois ans pour être finalisé, à cause de la peinture et de la broderie.

Les geishas portent une sandale à semelle plate, des zori, à l'extérieur, et ne portent que des tabi (chaussettes blanches à bout fendu) à l'intérieur. Par mauvais temps, les geishas portent des sabots en bois surélevés, appelés geta japonaise. Et la Maiko porte un sabot en bois spécial appelé okobo.

On propose chez Shogun Japon toute une collection de zori ou geta. Alors jette un oeil à nos collections si tu souhaites avoir un style nippon unique.

 

Geta

 

c. Coiffures

Les coiffures des geishas ont varié à travers l'histoire. Dans le passé, il était courant pour les femmes d'user leurs cheveux vers le bas dans certaines périodes, mais vers le haut dans d'autres. Au cours du XVIIe siècle, les femmes ont recommencé à relever leurs cheveux, et c'est à cette époque que s'est développée la coiffure traditionnelle shimada. Un type de chignon traditionnel porté par les geishas les plus établies.

Coiffure Geisha

Il existe quatre grands types de shimada :

  • le taka shimada, un chignon haut habituellement porté par les jeunes femmes célibataires ;
  • le tsubushi shimada, un chignon plus aplati généralement porté par les femmes plus âgées ;
  • le uiwata, un chignon habituellement lié par un morceau de coton coloré ;
  • le monoware porté uniquement par les jeunes maikos

Coiffures supplémentaires :

  • Ofuku, Katsuyama,
  • Yakko-shimada
  • Sakko.

Les Maiko de Miyagawa-cho et Pontocho porteront six autres coiffures menant au sakko:

  • Umemodoki
  • Osidori no Hina
  • Kikugasane
  • Osafune

Ces coiffures chignons sont décorées avec des peignes et des épingles à cheveux élaborés (kanzashi). Au XVIIe siècle et après la période de la restauration Meiji, les peignes à cheveux étaient grands et visibles, généralement plus ornés pour les femmes de classe supérieure. Après la restauration Meiji, les peignes à cheveux plus petits et moins visibles sont devenus plus populaires (tout une ajoutant une touche de féminité).

Geishas

Les geishas ont été entraînées à dormir sur de petits supports (takamakura), au lieu d'oreillers, pour qu'elles puissent garder leur coiffure parfaite. Pour renforcer cette habitude, leurs mentors versaient du riz autour de la base du support. Si la tête de la geisha roulait sur le support pendant qu'elle dormait, le riz collerait à ses cheveux et à son visage. La geisha devrait donc répéter le processus fastidieux de se faire coiffer de façon élaborée. Sans cela, une geisha devrait se coiffer toutes les semaines environ.

Beaucoup de geishas modernes utilisent des perruques dans leur vie professionnelle, tandis que les maiko utilisent leurs cheveux naturels. Cependant, l'un ou l'autre doit être entretenu régulièrement par des artisans hautement qualifiés. Et malheureusement, la coiffure traditionnelle est un art qui se meurt lentement.

9) Geisha dans la culture populaire

L'intérêt croissant pour les geishas et leur aspect exotique ont donné naissance à divers phénomènes culturels populaires au Japon et en Occident. L'intérêt occidental pour les geishas s'est accru avec le roman de 1998 et le film de 2005, Mémoire d'une geisha, et l'autobiographie de l'ancienne geisha Iwasaki Mineko, intitulée Geisha of Gion.

Memoire d une Geisha

--------------

Shogun Japon est une communauté bienveillante, toutes les images de Shogun Japon sont réservées à un usage personnel, l'utilisation commerciale est interdite, si vous êtes l'auteur et que vous constatez que cette image est partagée sans votre autorisation, rapport DMCA, veuillez nous contacter


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Recevez nos articles dans votre boite email.