Papier washi : les origines du papier japonais ancestral

papier-washi

Le washi (« Wa », signifie japonais et « Shi » signifie papier) est un papier typiquement japonais, introduit initialement depuis la Chine...

Nous allons vous détailler dans cet article ses origines ainsi que son utilisation. Ancré dans la culture japonaise depuis le 7ème siècle lors de la période Nara, il est désormais inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 2014.

Les origines du washi

C'est il y a environ 1300 ans, au 7ème siècle lors de la période Nara que le washi a été introduit depuis la Chine, préalablement connu comme le papier de soie, encore connu sous ce nom en Europe et en Occident. Avant cela, en Chine et au Japon, les caractères étaient écrits sur du bois.

Après l'arrivée du washi au Japon, la technologie s'est développée et une grande variété de washi a pu être fabriquée. Le washi était particulièrement utile dans les temples, où les moines l'utilisaient souvent pour écrire des sutras et d'autres textes.

Pour la fabrication du washi, trois matériaux principaux sont utilisés pour le fabriquer : le kozo (l’arbre mûrier en papier), le mitsumata (mitsumata en papier) et le gampi (oie en papier). En général, le kozo est celui le plus utilisé, c’est pourquoi nous parlerons principalement de ce matériau dans cet article.

Le papier n'étant pas blanchi à l'aide de produits chimiques, il prend au départ une couleur naturelle de kozo (mûrier à papier), mais devient progressivement plus blanc à l'usage grâce aux rayons ultraviolets du soleil.

Les caractéristiques et les textures du washi sont très variées, et on les utilise souvent dans des endroits inattendus. Mais de quels types d’objets ou endroits ?

papier-japon

Les utilisations du washi

Le washi a une image noble, ancestral et surtout culturel au Japon. Durant la période Edo (1603-1867), il était utilisé comme papier de comptabilité, mais de nos jours, il est surtout utilisé pour l'écriture et le dessin.

Si vous le traitez avec soin, vous pouvez l'utiliser pendant longtemps, c’est pourquoi on retrouve notamment de vieux registres de mairies ou de comptabilités de différentes époques.

Il s'agit d'un matériau naturel qui peut facilement retourner au sol et qui ne présente aucun danger pour l’écologie puisque le matériau principal est le bois. Il s'inscrit donc d’autant plus dans le cadre du boom écologique actuel et la prise de conscience collective sur notre monde.

Il permet également de fabriquer des cuillères et d'autres substituts du plastique, résistants à l'eau, ils peuvent également être utilisés pour fabriquer des parapluies.

A l’époque, le Japon possédait beaucoup de bois de mûrier, lorsqu'il y avait beaucoup de pièces de style japonais, le washi était souvent utilisé pour couvrir les portes coulissantes et les écrans aussi appelés « shoji », vous pouvez retrouver ce type de panneaux dans tous les films qui traite du japon et de ces maisons au style si particulier.

Aujourd'hui, tout en conservant sa texture simple et chaleureuse, l'industrie du washi développe de nouveaux washi et produits washi tels que le papier d'art, le papier teint pour l'artisanat du papier, le momi-gami (papier de riz), le papier teint « itajime » et le papier fabriqué avec de la fibre de verre.

De nos jours, le papier washi est surtout principalement connu pour les origamis, l’art du pliage du papier pour lui donner une forme animale ou tout autre type de forme facilement reconnaissable et en relief, une vocation de décoration.

origami-japon 

La production du washi

La recette du kozo à la vapeur est détaillé ci-après :

  • Faites chauffer à la vapeur le papier
  • Décoller la peau ramollie en douceur
  • Faire bouillir la peau avec de l'alcali (différents composés à propriétés dites alcalines) pour la ramollir davantage
  • Pilonner le papier

Après être passé par ces étapes et respecter le processus, le washi est enfin prêt, et nous pouvons voir que cela demande pas mal de temps et surtout d'efforts !

Bien que le kozo pousse partout au Japon, on constate une légère différence selon les lieux de production, notamment une différence naît dans la texture.

Par exemple, le papier fabriqué à partir de kozo dans la région de Kanto a une finition plus dure que le kozo des autres régions.

L'avenir du washi

Utilisé depuis plus de 1300 ans au Japon, le washi a su évoluer et trouver son utilité à chaque époque de l’histoire du Japon. Désormais enregistré comme patrimoine culturel, certaines entreprises japonaises continuent la production de ce papier ancestral et lui trouve même de nouvelles fonctionnalités ou encore de nouveaux usages.

Aujourd’hui employé pour la conception de certaines œuvres d’arts, le washi devrait avoir encore de belles années devant lui.

Si vous souhaitez vous essayer à cet art japonais, n'hésitez pas à jeter un oeil à notre collection de Papier Washi...


Écrire un commentaire

Les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés