SHOGUN JAPON

Samouraï -

SHOGUN JAPON

D’après l’histoire japonaise, les shoguns du Japon médiéval étaient des dictateurs et seigneurs militaires qui gouvernaient le pays du soleil levant par le biais d'un système féodal.

Ils étaient entourés de vassaux assurant leur protection dans leurs châteaux. La loyauté d'un vassal était accordé en échange de l‘appartenance au fief et différents clans des seigneurs. Créé en tant qu'institution par le premier shogun proprement dit, Minamoto no Yoritomo en 1192. Les shoguns régneront pendant sept siècles jusqu'à la restauration de l’ère Meiji de 1868.

Nous verrons donc dans cet article toute l'histoire et les spécificités des shogun et  nous verrons notamment :

  • Qui occupait le poste de Shogun ?
  • Le premier Shogun Minamoto No Yoritomo
  • Comment était organisé le gouvernement du Shogunat
  • Les Shogun étaient des mécènes des arts
  • Défis et déclins des Shogun
  • Le shogunat Tokugawa
  • Le retour des barbares et la fin du Shogunat
Shogun Japonais


Qui occupe le post de Shogun ?

La position de shogun était occupée par des membres de certaines familles nobles qui ont donné leur nom à deux des trois gouvernements shogunats successifs (bakufu) :

  • Le shogunat Ashikaga (1338-1573)
  • Et le shogunat Tokugawa (1603-1868)

Les autres shogunats peuvent aussi être désignés par leur capitale : Muromachi (Shogunat Ashikaga), une région de Heiankyo/Kyoto, et la province d’Edo (Shogunat Tokugawa), le nom original de Tokyo.

Entre 1203 et 1333, des régents régnèrent au nom des shoguns qui étaient encore mineurs ou qui n'agissaient que comme des marionnettes. Nous reviendrons dans cet article sur ce point plus en détail. Le troisième acteur de cette toile politique  était l'empereur japonais, totalement impuissant et limité à des fonctions cérémonielles à l'époque médiévale. Il offrait tout de même une certaine légitimité aux shoguns en leur conférant officiellement via son « pouvoir impérial »  leur titre de shogun tant convoité.

Le Premier Shogun : Minamoto no Yoritomo

Minamoto no Yoritomo


La guerre des Genpei (1180-1185 de notre ère) vit la victoire du clan Minamoto sur les Taira. Après la capitulation des Taira, Minamoto no Yoritomo devint ainsi le plus puissant chef militaire au Japon. Yoritomo s’auto-proclama le premier shogun. En soit le premier grand dictateur militaire du Japon. Poste qu'il occupera de 1192 à 1199 de notre ère. Il fut le premier shogun du Shogunat Kamakura.

La position du shogun fut la première à offrir un système de gouvernement militaire et social alternatif à celui de la cour impériale japonaise. Le titre de shogun ou " protecteur " avait été utilisé auparavant (seii tai shogun) mais n'avait été qu'un titre temporaire. Ce titre était donné aux commandants militaires en campagne contre la rébellion d’Ezo/Emishi (Ainu) dans le territoire encore controversé du nord du Japon au VIIIe siècle de notre ère.

Le titre de shogun fut ensuite reutilisé par le cousin de Yoritomo, Minamoto Yoshinaka (1154-1184 de notre ère), qui commanda les forces du clan à Heiankyo en 1183. Bien qu'il ne l'ait pas reçu de l'empereur, comme le veut la tradition dans la culture japonaise.   

Yoritomo a pu porter le titre de shogun avec une nouvelle signification plus large grâce à son accord avec le jeune empereur Go-Toba (1183-1198) qui l'a accordé en échange de la protection militaire de Yoritomo. Techniquement, l'empereur était au-dessus du shogun, mais dans la pratique, c'était l'inverse puisque celui qui contrôlait l'armée contrôlait aussi l'Etat.

Samourai


Les empereurs conservaient une fonction cérémonielle, et les shoguns cherchaient à obtenir leur aval pour donner un soupçon de légitimité à leur propre règle. En effet, le fait que l'empereur ait donné le titre conférait au shogun son statut de " protecteur de la nation « .

Les empereurs pouvaient retarder la nomination d'un shogun, mais pas indéfiniment. À ce stade de l'histoire nippone n'était pas aussi prestigieux qu'il ne l'était au XIIIe siècle de notre ère.

Yoritomo fut remplacé comme shogun par son fils aîné Minamoto no Yorie (r. 1202-1203 CE), mais seulement après une lutte de pouvoir. A la mort de Yoritomo, son épouse, Hojo Masako (1157-1225), et son père, Hojo Tokimasa, avaient décidé de gouverner eux-mêmes. C’est à ce moment que le premier poste de régent shogun (shikken) fut crée.

Dans cet arrangement, très copié tout au long de la période Kamakura (1185-1333), le shogun régent disposait du vrai pouvoir et le shogun était une simple marionnette. Cela permettait également à un régent de contourner l'exigence selon laquelle un shogun devait provenir de la la noble caste et classe des guerriers ! Sans cela il était impossible à une femme ou une personne n’étant pas un samouraï d’atteindre cette position de pouvoir.

L'absence de toute retranscription écrite concernant le rôle précis du shogun et l'absence de tous documents légaux signifie que ce rôle a été totalement manipulé par une longue lignée de régents. On en compte 16 de 1203 à 1333. Ce n'était pas le shogun qui gouvernait directement le Japon mais le nouveau gouvernement shogunat.

Cette situation ne changera pas jusqu'à l'établissement du shogunat Ashikaga en 1338 de notre ère.

Gouvernement du Shogunat

Guerrier Japonais


1. Bafouku

Le gouvernement du shogunat, également connu sous le nom de bakoufu, qui signifie " gouvernement de tente " en référence à ses origines en tant que titre détenu par un commandant sur le terrain, était basé sur la relation féodale entre les seigneuries et leurs vassaux.

Ainsi au sommet de l’échelle sociale et politique se trouvait le shogun ou shogun régent qui distribuait des terres aux fidèles en échange de leur service militaire (personnel et de leurs armées privées de samouraïs).

La dynastie de chaque shogun était aidée pour sa politique économique par divers ministres, fonctionnaires et institutions. Bon nombre d'entre elles ont été ajoutées à l'appareil gouvernemental au fil du temps, au fur et à mesure que l ‘organisation et les liens entre les différentes préfectures devenaient de plus en plus complexe.

2. Kanrei

Le rôle du shogun adjoint (kanrei), était généralement donné à un membre de la noblesse de l'une des trois familles, les Shiba, les Hosokawa et les Hatakeyama. Le poste a été créé à partir de 1333, c’est une fonction clé pour d'assurer la liaison entre le shogun et les gouverneurs militaires régionaux et leurs adjoints.

3. Samurai-dokor

Dès 1180, le Samurai-dokor (Conseil des serviteurs) fut formé. Ce dernier avait pour rôle de superviser les guerriers vassaux (gokénine) et imposait des mesures disciplinaires en cas de délits mineurs. Plus tard, il supervisera également les agents du gouvernement dans les provinces, la propriété du shogunat. La cour impériale de la capitale était supervisée par le shugo de Kyoto ou gouverneur militaire.

Mécènes des arts japonais

Samurai


Alors que la cour impériale était basée à Heiankyo à l'époque médiévale, le gouvernement du shogun changea de lieu en fonction de son choix de ville. Kamakura fut le siège du shogunat de 1192 à 1333 de notre ère, tandis que le shogunat Ashikaga était basé dans la région Muromachi de Heiankyo, et le shogunat Tokugawa à Edo.

1. Culture du Shogun

Ces mouvements ont eu des conséquences culturelles et politiques parce que les shoguns voulaient embellir leur lieux de vie et leur capitale. En conséquence, de beaux palais, des sanctuaires, des portes torii, des temples shinto et de nouvelles écoles d'art japonais ont vu le jour. Beaucoup de shoguns, surtout lorsqu'ils ont pris leur retraite de la fonction publique, sont devenus de grands mécènes des arts, commandant des estampes et des sculptures, parrainant des représentations du théâtre Nô ou kabuki. Ils ont aussi perpétué la mode aristocratique de la cérémonie du thé japonais. Toujours bien vêtu bien entendu avec un joli kimono, yukata ou haori selon la période ! Nous develloperons dans un prochain article cette céromonie japonaise et tous les règles qui l'accompagne (enlever ses chaussures ou geta, la position à adopter etc...)

2. Temple du Pavillon d'or

Le shogun Ashikaga Yoshimitsu construisit le célèbre Kinkakuji ou " Temple du Pavillon d'Or " en 1397, à l'origine sa maison de retraite plutôt voyante. Mais elle fut plus tard convertie en temple bouddhiste zen.

3. Temple du Pavillon d'Argent

Ashikaga Yoshimasa (1449-1474) construisit le Ginkakuji ou " Temple serein du pavillon d'argent ", achevé en 1483. Un autre joyau architectural du passé médiéval du Japon est le château Nijo de Kyoto, construit par le shogun Tokugawa Ieyasu en 1603. Tokugawa Iemitsu (1623-1651) a aussi restauré le célèbre temple bouddhiste Kiyomizu-dera de Kyoto en 1633 et a même ajouté une nouvelle pagode pour faire bonne mesure.

Déclin et défis

Shogunat


Le post de shogun n’était pas de tout repos. Les shoguns durent faire face aux famines, des invasions barbares et de bandits. Parfois contestés, ils durent faire face á des invasions et à des tentatives de coup d’État. Comme notamment celle de l'empereur Go-Toba en 1221 après J.-C.

1. Défis des Shogun

On appelle aussi ce grand fait d’histoire : la perturbation Jokyu ! Qui se termina par l'exil de l’empereur dans un nouveau palais imperial. Le shogun fit aussi face à la tentative de Restauration de Kemmu (1333-1336) de l'empereur Go-Daigo (1318-1339) qui remplaça un seul shogunat par un autre.

Le pouvoir du shogunat devait aussi faire face aux menaces occidentales et barbares. Le leader mongol Kublai Khan (1260-1294) décida d'envahir le Japon en 1274 et 1281, mais par deux fois la résistance japonaise et les tempêtes du typhon mirent l’ennemi en déroute, les légendes japonaises racontent que ce sont les kami (dieux japonaise) qui ont protégé l’île…

Le prochain grand défi pour l'autorité du shogunat fut de nouveau interne. La guerre d'Onin (1467-1477 après J.-C.) fut une guerre civile entre seigneurs de guerre rivaux et elle a causé beaucoup de morts et de destructions, surtout à Heiankyo. S'ensuivit un siècle d'âpres combats et de troubles, la période dite Sengoku ou période des États belligérants (1467-1568 de notre ère).

Oda Nobunaga


2. Oda Nobunaga

Cette tourmente a finalement pris fin avec la montée du seigneur de guerre Oda Nobunaga (1534-1582). Il avait progressivement étendu son territoire à travers les années 1550/60 à partir de sa base du château de Nagoya, en battant tous ses adversaires. Il s'empara finalement de Heiankyo en 1568 et exila le dernier shogun Ashikaga Yoshiaki, en 1573.

La prise de pouvoir de Nobunaga annonça la période Azuchi-Momoyama (1568/73-1600) et ses deux successeurs immédiats, également de puissants seigneurs de guerre. Ils mirent également les shoguns à l'arrière-plan de la politique japonaise. Ces successeurs furent Toyotomi Hideyoshi (1582-1598) et Tokugawa Ieyasu (1603-1605). Ce trio est considéré comme les "grands unificateurs" du Japon.

Shogunat Tokugawa

Avec Ieyasu aux commandes, la paix s'installa finalement au Japon, et une nouvelle société basée sur l'éthique des samouraïs d'obéissance et de loyauté fut établie. Ils suivirent  à la lettre le bushido (la voie du guerrier). À cette période, chaque samuraï était armé de son sabre, katana, d'une armure en metal aux couleurs de son clan et de son masque japonais type mempo pour terrifier ses ennemis. Le masque samouraï pouvait représenter un démon oni ou encore un terrifiant fantôme. Ce valeureux guerrier japonais avait pour seul mission de protéger son chef de guerre.

Si tu es fan de l’univers du japon et du shogun alors Shogun Japon t’invite à découvrir notre collection inspiré du monde ronin, guerrier samouraï et shinobi mystérieux (ninja japonais) !

 

Samouraï

 

En 1600, William Adams devient le premier Anglais à mettre les pieds au Japon. Impressionné par les navires de commerce européens, Ieyasu demande à Adams de l'aider à construire sa propre flotte. Conscient que les Anglais n'ont aucun intérêt à convertir les Japonais au christianisme, Ieyasu décide d'expulser les Portugais et les Espagnols qui combinent souvent travail missionnaire et commerce.

En tant que Shogun, Tokugawa Ieyasu a dirigé d’une main de fer ses seigneurs de guerre daimyo pour éviter toute rébellion. Lorsqu'il meurt à 72 ans, sa vision d'un système de classes, basé sur le règne des samouraïs, est une réalité. Son petit-fils, Iemitsu, régnera plus durement. N'ayant pas de guerre à mener, Iemitsu resserre le contrôle sur le pouvoir des daimyos et de leurs armées de samouraïs téméraires.

Les missionnaires étrangers ont été expulsés du Japon, mais Iemitsu craint toujours l'influence du christianisme. Les paysans appauvris et les chrétiens persécutés explosent de colère. La rébellion de Shimabara en 1637 entraîne la mort de milliers de personnes. Afin d'éviter de nouvelles dissensions dues à l'influence étrangère, Iemitsu ferme le Japon au monde occidental. Il faudra attendre plus de 200 ans avant que la nation n'ouvre à nouveau ses portes.

LE RETOUR DES BARBARES

Shogunat Tokugawa


En 1690, le Japon est une nation complètement isolée du monde des occidentaux, et une période d'épanouissement culturel et de poursuite intellectuelle s'ensuit. Le Shogun Tsunayoshi présente ses lois de compassion protégeant les pauvres et prévenant les abus sur les animaux. Au XVIIIe siècle, la préfecture d’Edo est devenue la plus grande ville japonaise. Et aussi l'une des villes les plus vivantes du monde, attirant samouraïs, geishas, geikos, courtisans, marchands, écrivains et acteurs nippons. Les classes commencent à se mélanger, et la culture et le commerce s'épanouissent.

Cependant, des conflits couvent sous la surface de la société japonaise d'Edo. Alors que les seigneurs de guerre daimyo au pouvoir et leurs armées de samouraïs s'agitent, l'intérêt pour la science occidentale augmente, compliquant la politique d'isolement.

En 1853, le commodore Mathew C. Perry et son escadron de navires noirs entrent dans la baie d'Edo et exigent que le Japon négocie et fasse du commerce avec les États-Unis. Le Japon est dans une position précaire et le gouvernement est confronté au choix difficile de la guerre ou de la négociation. Se rendant compte qu'ils sont impuissants à repousser la puissance américaine, les Japonais négocient des traités avec l'Occident. Dix ans plus tard, la classe des samouraïs est dissoute et le shogunat Tokugawa prend fin. L'ère moderne du Japon a commencé faisant place à l’ère de l’empereur meiji !

Si tu souhaites en savoir plus sur les histoires et légendes japonaises samouraï alors découvre notre article de blog sur le top 12 samouraï japonais ! 

 

 

 


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Recevoir en exclusivité nos dernier articles