Theatre Japonais

Masque No, Masques Japonais, Theatre japonais -

THÉÂTRE JAPONAIS [GUIDE COMPLET]

Le theatre traditionnel japonais est joué selon plusieurs formes dont : le Nô, Kabuki, et Bunraku. Nous allons te présenter dans cet article le guide complet du Théâtre Japonais [Guide colplet] tout ce qu'il y a à savoir sur le  Nô (). Sache qu'il s'agit d'une forme de théâtre impliquant de la musique, de la danse et des récits lyriques. Son origine japonaise remonte au 12ème et 13ème siècle. Le Masque No en est une représentation artistique symbolique.

Masque No

1. ORIGINE THÉÂTRE JAPONAIS

Le terme Noh est un dérivé de nō, qui signifie "talent" ou "compétence". Les acteurs de cette oeuvre dramatique ne sont pas de simples « comédiens ». Les acteurs de Noh sont avant tout des conteurs qui utilisent leur apparence visuelle et leurs mouvements pour suggérer l'essence d’un conte épique plutôt que de le mettre en scène.

Il se passe peu de choses dans un drame de Nô car en général les spectateurs éduqués connaissent déjà l'intrigue de l’histoire. De fait ce qu'ils apprécient, ce sont les symboles et les subtiles allusions à l'histoire culturelle japonaise contenus dans les mots et les mouvements plutôt que le simple jeu des acteurs.

Cet art nippon s'est développé à partir d'anciennes formes de drames dansés et de divers types de drames festifs dans les sanctuaires et les temples qui avaient émergé au 12e ou 13e siècle.

Cette forme scénique a été développée avec les kyogen, qui sont des pièces comiques jouées pendant les intermèdes de la représentation principale du nô. Le double art du nô et du kyogen est connu sous le nom de nogaku.

Cet art dramatique tel que nous le connaissons aujourd'hui a été popularisé et formalisé par un homme nommé Zeami pendant la période Muromachi (1333-1573). C'est l'œuvre de Zeami qui a attiré le mécénat du gouvernement en faveur de cette forme d’art.

Zeami 

Environ 2 000 textes de No ont survécu à travers le temps et l’histoire (dont environ 230 figurent encore dans le répertoire moderne). Zeami (1363-1443) et son père, Kan'ami Kiyotsugu (1333-84), ont écrit un grand nombre des plus beaux et des plus exemplaires textes de Nô, dont Matsukaze ("Vent dans les pins") de Kan'ami et Takasago de Zeami.

Zeami a également formulé les principes du théâtre de Nô qui ont guidé ses interprètes pendant de nombreux siècles. Son Kakyō (1424 ; "Le Miroir de la Fleur") a détaillé la composition, la récitation, le mime et la danse des interprètes, ainsi que les principes de mise en scène du Nô.

Ceux-ci constituaient le premier grand principe de ce genre dramatique, que Zeami décrivait comme le monomane, ou "l'imitation des choses". Il a donné des conseils sur la sélection des personnages classiques à représenter, qu'ils soient issus de la légende ou de la vie, et sur l'intégration adéquate du visuel, du mélodique et du verbal pour ouvrir l'œil et l'oreille de l'esprit à la beauté suprême qu'il a cristallisée dans le deuxième grand principe, yūgen. Signifiant littéralement "sombre" ou "obscur", yūgen suggérait une beauté qui n'était que partiellement perçue ; pleinement ressentie mais à peine entrevue par le spectateur.

Malheureusement, Zeami a ensuite perdu la faveur du gouvernement et a été banni sur l'île de Sado. À date, on compte cinq grandes troupes de theatre no qui ont survécu et se produisent encore aujourd’hui…

L’art théâtral du No a été continuellement affiné jusqu'aux années de la période Tokugawa (1603-1867), le shogun a fait du nô son art cérémoniel officiel et a émis des règlements le concernant.

Il est devenu un drame cérémoniel joué dans des occasions particulières par des acteurs professionnels pour la classe des guerriers Samouraïs. Les pièces de théâtre japonais étaient jouer selon les occasions pour :

  • Souhaiter une prière pour la paix,
  • Espérer la longévité
  • Ou par exemple pour espérer la prospérité de l'élite sociale.

Cependant, en dehors des maisons nobles japonaises, il y avait peu de représentations auxquelles le public populaire japonais pouvait assister. L'effondrement de l'ordre féodal avec la Restauration Meiji (1868) a menacé l'existence du Nô. Même sui des acteurs renom on essayé de maintenu ses traditions. Après la Seconde Guerre mondiale, l'intérêt d'un public plus large a conduit à une renaissance cet art nippon.

2. PIÈCE DE THÉÂTRE JAPONAISE

Le théâtre Nô est structuré autour du chant et de la danse. Le mouvement est lent, le langage est poétique, et corporel, le ton est monotone et les costumes sont complexes et lourds. Les intrigues sont généralement tirées des légendes japonaises, de l’histoire nippone, de la littérature et des événements contemporains. Les thèmes sont souvent liés aux rêves, aux mondes des Yokai (démon japonais), Kami (dieux japonais), aux esprits et fantômes japonais.

No Theatre Japonais

Type de pièces Noh

Il existe cinq types de pièces de Nô.

  • Le premier type, le jeu kami ("dieu"), implique une histoire sacrée d'un sanctuaire Shintō ;
  • Le second, shura mono ("jeu de combat"), est centré sur les guerriers ;
  • Le troisième, katsura mono ("jeu de perruque"), a un protagoniste féminin ;
  • Le quatrième type, au contenu varié, comprend le gendai mono ("jeu actuel"), dans lequel l'histoire est contemporaine et "réaliste" plutôt que légendaire et surnaturelle, et le kyōjo mono ("jeu de la folle"), dans lequel le protagoniste devient fou à la suite de la perte d'un amant ou d'un enfant ;
  • Le cinquième type, le kiri ou kichiku ("final" ou "démon"), met en scène des diables, des bêtes étranges et des êtres surnaturels.

Cette forme théâtrale est relativement courte. Son dialogue est épuré, servant de simple cadre au mouvement et à la musique. Un programme de Nô standard se compose de trois pièces choisies parmi les cinq types afin d'obtenir à la fois une unité artistique et l'ambiance souhaitée. La dernière pièce cinquième type est toujours l'œuvre finale annonçant le dénouement de l’histoire.

Rôles du no Theatre Japonais

L’une des règles antique du théâtre Noh était que tous les actes mettant en scène des personnages féminin sont joués par des hommes (et c’est aussi le cas pour tous les autres personnages):

Shite : le personnage principal. Selon la pièce, le shite peut agir comme un vieil homme saint, une divinité, un démon, un esprit ou un homme vivant. Ses mouvements expriment différentes humeurs. L’un des rôles de prédilection est celui d’hannya. Le démon Hannya est un yokai vengeur. À l’origine cet esprit japonais est une femme qui éprise d’une jalousie maladive tua son bien aimé. La logique aurait voulu que ces rôles féminins soit joués par des femmes. Mais il n’en est rien.

Masque Theatre Japonais 
Waki : l’acteur de soutien. Le waki joue des rôles tels que celui d'un prêtre, d'un moine ou d'un samouraï. Contrairement au shite, le waki représente toujours des personnes vivantes.

Hayashi : les musiciens. Quatre musiciens accompagnent le spectacle avec une flûte (fue), un tambour d'épaule (kotsuzumi), un tambour de hanche (otsuzumi) et un tambour de bâton (taiko).

Jiutai :  le chœur. Le chœur est assis à gauche de la scène et assiste le chite dans la narration de l’histoire. Ce groupe est composé par 8 à 10 chanteurs.

Koken : les assistants de scène. Vêtus de noir, les machinistes ne font pas partie de la pièce mais assistent les interprètes de diverses manières, par exemple en leur remettant des accessoires.

Tsure, kokata, tomo: les rôles secondaires comprennent ceux de préposé (tsure), de "garçon" (kokata) et de "marcheur" (tomo) non parlant.

Chaque partie du texte de théâtre écrit est récité selon une certaine forme. Et il en va de même pour la danse. Chaque type de dialogue et de chant a son propre nom : le sashi est comme un récit ; les uta sont les chants proprement dits ; le rongi, ou débat, est entonné entre le chœur et le shite ; et le kiri est le chœur avec lequel la pièce se termine sur son dénouement.

Scène

Le Nô se joue sur une scène carrée dont le toit est soutenu à ses quatre coins par des piliers. Tous les côtés de la scène sont ouverts, à l'exception de la face arrière qui consiste en un mur avec l'image peinte d'un pin. Un pont s'étend en oblique à partir de la scène pour permettre aux artistes d'entrer en scène. Autrefois, le Noh était généralement mis en scène en extérieur, mais depuis peu, les théâtres modernes d'intérieur sont également devenus des lieux courants.

Petit Theatre Japonais

Masque japonais

Un élément clé du nô est le masque théâtre japonais que porte l’acteur jouant le rôle de shite. Il indique au public quel genre de personnage est représenté. Ainsi le shite peut porter un masque oni, un masque hannya ou même un masque kitsune. Si tu es fan de la culture japonaise, nous t'invitons à acquérir un masque traditionnel japonais inspiré de l'ère Edo, du culte shinobi et encore du bushido samuraï.

Masque Japonais

Tout l'équipe à découvrir  Ils peuvent aussi représenter des femmes et des hommes de différents âges. Les masques sont sculptés dans des blocs de cyprès japonais. Leurs propriétés tridimensionnelles permettent aux acteurs habiles d'induire une variété d'expressions avec des changements d'orientation de la tête (grâce aux ombres qui apparaissent sur le masque en fonction de l’inclinaison de ce dernier par rapport à la lumière.

Costumes théâtre Noh

Ces costumes japonais sont constitués de multiples couches et textures qui créent un effet d'élégance resplendissante mais aussi donne une silhouette volumineuse et massive. L'expressivité est renforcée par des accessoires, notamment un éventail japonais pliant. Fermé, partiellement ou ouvert, l'éventail peut représenter n'importe quel objet comme le suggèrent sa forme et sa manipulation, par exemple une dague ou une lanterne. La forme dramatique théâtrale est ici poussée à son paroxysme scénique.

Theatre No

Kyogen

Le Kyogen est une pièce de comédie dramatique jouée à interval régulier entre les représentations principales de Nô.

La mise en scène spectaculaire peut commencer par un okina, qui est essentiellement une invocation pour la paix et la prospérité sous forme de danse.

Cet opéra comique utilise la satire pour représenter des scènes comiques. Les blagues spirituelles et sont souvent interprétées avec un langage rythmé et des actions parfois exagérées pour faire rire le public. La plupart des pièces de kyogen durent environ 15 à 20 minutes et impliquent deux ou trois acteurs. Le kyogen met ainsi en scène des intrigues portant généralement sur des histoires de la vie japonaise quotidienne. Comme par exemple des hommes exprimant leur désir de trouver des épouses ou des fermiers priant pour la bonne fortune. Le jeu d’acteur prend ici le pas sur la narration typique du théâtre Noh.

3. OU VOIR DU THÉÂTRE NOH AU JAPON ?

Dans certains théâtres d’intérieur, on peut retrouver des scènes de nô intégrée. À Tokyo, on peut citer le Théâtre national de Nô près de la gare Sendagaya, le Théâtre Kanze Nô à Ginza et le Théâtre Cerulean Tower Nô à Shibuya. À Osaka, il y a le théâtre Otsuki Noh, tandis qu'à Nagoya, il y a le théâtre Nagoya Noh, à côté du château de Nagoya. Ou encore la scène exterieure de Miyajima (aussi appelé Itsuku shima)

Miyajima 
De nos jours, un programme de nô typique dure quelques heures et consiste en deux ou trois actes de nô avec de courtes pièces de kyogen entre les deux. Les billets vont de 3 000 à 12 500 yens (entre 25 et 100 euros) et peuvent être achetés au comptoir du théâtre ou sur Internet. Certains endroits proposent des billets à tarif réduit pour assister à un seul acte d'un spectacle de Nô. Cela permet au spectateur de découvrir cette forme d'art japonais. Notez que l'achat de billets nécessite souvent des connaissances en langue japonaise.

 

Comme nous l'avons déjà mentionné, les sanctuaires shinto, les temples et la noblesse ont été parmi les premiers clients du petit theatre japonais. Ainsi, dans certains monuments historiques et temples célèbres, de magnifiques scènes de nô en plein air existent encore aujourd'hui. Elles accueillent ces représentations tragiques et occasionnelles, mais les billets peuvent être difficiles à obtenir. Le sanctuaire d'Itsukushima à Miyajima (où la scène se dresse sur des piliers dans la mer), le temple Chusonji à Hiraizumi, le sanctuaire Fushimi Inari à Kyoto et le sanctuaire Yasukuni à Tokyo sont quelques-uns des endroits où l'on peut trouver de telles scènes en plein air.

4. THÉÂTRE NO MODERNE

Deux facteurs ont permis à l’enseignement de l’art Nô d'être transmis de génération en génération tout en restant assez proche des formes antérieures.

Theatre Au Japon 

Premièrement, on peut citer la préservation des écrits du dialogue théâtral, contenant des recommandations sur les récitations, la danse, le mime et la musique typique du pays du soleil levant.

Et deuxièmement, la transmission directe et assez exacte des compétences d'exécution. D'autre part, le Nô a été soumis aux préférences changeantes et innovantes des nouveaux publics, et des nouveaux styles.

En outre, les formes du theatre au japon étaient constamment affinées pour exprimer plus clairement ou plus intensément les objectifs du Nô. Mais il ne s'agit toujours que de déviations mineures par rapport à la forme traditionnelle. Même les différences entre les cinq écoles d'interprètes de shite ne représentent que de légères variations dans la ligne mélodique de la récitation ou dans les motifs du mime et de la danse du furi ou du mai.

Au XXe siècle, certaines expérimentations scéniques ont eu lieu. Toki Zenmaro et Kita Minoru ont produit des pièces de Nô qui avaient un contenu nouveau mais qui respectaient les traditions japonaises de production.

Le metteur en scène Mishima Yukio, en revanche, a pris de vieilles pièces dramatiques et y a ajouté de nouvelles tournures tout en conservant les anciens thèmes.

Les expériences visant à mélanger les intermèdes humoristiques de kyōgen en y ajoutant(à la manière du théâtre Kabuki) un long passage sur la scène à travers le public n'ont pas été bien accueillies.

De fait la dramaturgie du théâtre Nô a été soutenu dans la période d'après-guerre par les amateurs de théâtre qui en sont venus à l'apprécier non seulement pour son statut de "théâtre classique", mais aussi comme un art scénique contemporain perfectionné et raffiné.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Recevez nos articles dans votre boite email.