Le bouddhisme au Japon : la religion zen

bouddhisme-japon

La religion sur l’archipel nippon a une place particulière. En effet, on retrouve les préceptes enseignés de ces religions (bouddhisme et shintoïsme) dans plusieurs pans de la société japonaise.

Dans l’éducation, dans le respect envers les aînés mais aussi dans les mythes fondateurs, la religion à une place de choix dans la vie des japonais. Mais comment est née la religion au pays du soleil levant et plus particulièrement d'où vient le bouddhisme japonais ? Du karma à la réincarnation, du sanctuaire aux dojos zen comment le bouddhisme japonais s’est il immiscé au cœur de la culture nippone? 

Le bouddhisme sur l'archipel nippon 

Statue-bouddha

Le bouddhisme ou bukkyo en japonais, à été importé des pays voisins comme la Chine ou encore la Corée vers le Vème et VIème siècle. Les notables comme des émissaires, poètes ou encore marchands ont exploré les pays voisins et y ont importé dans leur propre contré la religion bouddhiste.

A l’instar de l'Europe et de l’occident dans son ensemble, la religion est liée au pouvoir politique. Il fallait être chrétien catholique pour prétendre au trône de France, et c'est aussi le cas au Japon. En effet, en 592 le bouddhisme fut déclaré religion d'État.

De nos jours, bien que tous les souverains modernes soient croyants dans ce pays, les habitants sont libres de croire ou de ne pas croire (la majorité des japonais étant laïcs). Ce qui les différencie grandement des pays comme les USA ou il est encore de nos jours nécessaire de prêter serment sur la bible lors de l’investiture du président.

Le bouddhisme japonais a été grandement influencé par celui de la Chine ou de la Corée mais aussi par la religion shintoïste. Historiquement, le shintoïsme est présent au Japon bien avant le bouddhisme. Cependant les deux religions ne s'opposent pas. Contrairement au vieux continent, où les guerres de religions ont fait des milliers de morts et cela sur plusieurs siècles. 

L’histoire du bouddhisme au Japon 

bouddhisme-temples

La religion bouddhiste à trois grandes ères dans son histoire avec l’archipel nippon :

  • Premièrement l’époque dite de Nara qui s’étend de 710 à 794,
  • Ensuite l’époque dite de Heian qui s’écoule de 794 à environ 1185
  • Et pour finir l’époque Kamakura qui vient à partir de 1185. 

Dans ces différents moments, de nouvelles doctrines et courants de pensées se sont greffés aux préceptes et écoles déjà existantes. En effet, de nouvelles pratiques bouddhistes voient le jour.

Comme dans la religion chrétienne, on retrouve dans le bouddhisme différentes branches, qui modifient la pratique de la religion en Asie et plus particulièrement au pays du soleil levant. A l’image des orthodoxe ou des protestant il y a tout de même des courants majoritaires dans la religion bouddhiste.

Le mouvement bouddhique s’est installé progressivement par les nobles japonais avant d’atteindre le peuple car ses rites, enseignements, rituels aux connotations spirituelles ne pouvaient être compris par la totalité du peuple japonais encore illettré à cette époque.

Bouddhisme Hinayana 

Cette expression provient d’un dialecte indien. Elle peut se traduire par la voie du petit véhicule. Ce terme désigne les anciennes écoles du bouddhisme, les premières personnes ayant pratiqué cette religion en appliquant ses préceptes. Ce courant se concentre sur l’individualisme c'est à dire que le but à atteindre est la libération individuelle plutôt que collective. Par ailleurs ce terme peut être perçu de manière péjorative car il fait référence à l'égoïsme dont font preuve ses adeptes. 

Bouddhisme Mahayana

Cette expression indienne provenant du même dialecte que la précédente peut se traduire par la voie du grand véhicule. Ce terme provient de Chine et d’Inde et inspire ce qui deviendra le bouddhisme zen. Le bouddhisme zen est la branche japonaise du Mahayana. Cette croyance met l’accent sur la méditation et la relaxation.

Il se pratique donc dans une posture zen qui inspire la méditation. Cette branche du bouddhisme est également directement en lien avec les arts martiaux importés de Chine où la pratique de la médiation joue un rôle déterminant dans ce domaine. On retrouve beaucoup de points communs avec les attitudes adoptées dans les différents dojo ou dans dojo zen.

Bouddhisme Vajrayana

A l’instar des deux expressions précédentes, vajrayana est tiré du dialecte indien le sanskrit. Cette expression est généralement traduite par la voie du diamant. Ce courant fait appelle au mantras et tantras et est décrit par ses adeptes comme la voie de l’indestructible réalité ou de la foudre de l’ignorance.

Cette doctrine a de nombreux points communs avec l’hindouisme. De nos jours, l’influence du bouddhisme dans toute l’Asie jusqu’au steppe eurasienne c'est -à -dire jusqu’en Russie.

Les différentes écoles bouddhistes au pays du soleil levant 

Bouddha-Japon

Il y a pas moins de 13 écoles bouddhistes présentes sur le territoire japonais. Chacune de ses écoles a vu l’introduction de nouvelles doctrines ou courant de pensés, mis en valeur par des récits ou des moines bouddhiste. L’apparition des différentes écoles dépend de l’époque que traverse le pays, et sont principalement inspirés par le bouddhisme Mahayana. La philosophie bouddhiste, les enseignements de Bouddha, la spiritualité, les cérémonies, la méditation zen, toutes ces pratiques sont enseignées dans ces différentes écoles. 

Epoque de Nara : 

  • Hosso c’est une école d’origine chinoise inspirée par des caractéristiques indienne
  • Kegon c’est une école d’origine chinoise et Huayan peut se traduire par “guirlande de fleurs” 
  • Ritsu, c’est encore une école d’origine chinoise Luzhong, appelée aussi école des Préceptes

Époque de Heian :

  • Tendai, cet école est celle du Mont Tiantai (c’est le nom d’une montagne chinoise dans la province du Zhejiang où est situé le temple qui à inspiré cette doctrine)
  • Shingon, (Bouddhisme vajrayana, aussi appelé bouddhisme tantrique) on retrouve l’école de la Parole vraie (mantra en sanskrit le dialecte indien à l'origine des différents courant) appelée parfois dharani shu à savoir l’école des dharanis

Époque de Kamakura :

  • Le bouddhisme de Nichiren aussi appelé Hokke shu que l’on peut traduire par école du Lotus, ce qui donne l’école du moine bouddhiste Nichiren. 

Les écoles inspirées par la Terre pure chinoise 

  • Jodo, école de la Terre pure
  • Jodo shin, école de la véritable Terre pure
  • Yuzu nenbutsu, dérivé du Tendai, école de l'Attention Mutuelle au Bouddha (le nenbutsu est en fait l'invocation du nom du bouddha Amida)
  • Ji, école de l'Heure

Les écoles dites Zen, fondées sur la « méditation silencieuse » inspirant le bouddhisme zen japonais

  • Rinzai, école du bonze chinois Linji
  • Soto, école des bonzes chinois Chaoshan Benji (Cao-So) et Dongshan Liangjie (Dong-To)
  • Obaku, école du mont Huang Bo (montagne chinoise de la province du Fujian, où se situe le temple fondateur), influencée par la Terre pure

Nous avons évoqué une liste non exhaustive des différents courants et écoles présents au Japon. En effet, après de multiples subdivisions, on compte plus de 184 000 groupes religieux dans le pays. Ce qui est considérable ! Même si le bouddhisme a perdu de nombreux adeptes au Japon où la plupart des habitants se déclarent aujourd’hui athée, les enseignements et les habitudes ont quant à elles traversé les siècles.

Par exemple, la consommation de viande (singe, bœuf, poulet) était interdite pendant près de 1200 ans sur l’archipel. Aujourd'hui, les japonais consomment principalement du poisson. C’est un des nombreux héritages laissés par le bouddhisme dans la culture japonaise

Lieux de cultes bouddhiste sur l’archipel 

bouddhisme-zen

Les lieux de culte sont très nombreux au Japon. On compte presque 76 000 temples bouddhiques sur l'archipel nippon. Les temples bouddhistes appelés tera ou jiin en japonais sont tous construits généralement de la même manière.

A l’instar d’une église ou d’un monastère dans la religion chrétienne, on retrouve les mêmes éléments comme des cloîtres, les bâtiments, les salles d’études ou encore les pagodes.

Des statues Komainu ornent l’entrée des sanctuaires japonais comme dans les temples consacrés au shinto et aux Kami. On y retrouve également des statues de bouddha, de l’encens et des divinités inspirées par les différentes écoles bouddhiques. 

Dans ces temples on peut y étudier la voie du bouddha, appréhender les lois du dharma, la pratique bouddhiste ou encore tenter d'apprendre le côté spirituel de la nature de bouddha.


Écrire un commentaire

Les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés