Inari, la déesse japonaise du renard Kitsune

Inari

Le Japon est un pays très diversifié sur le plan religieux. On y trouve des adeptes du bouddhisme, du confucianisme, du shintoïsme, et bien d’autres religions encore. Chacune d’entres elles possède certaines entités qu'elle prie et auxquelles elle voue un culte. Certaines ont plus d'entités à vénérer que les autres religions, comme par exemple la religion shintoïste qui reconnaît de nombreux esprits qui contrôlant ou une influençant les différentes choses de ce monde.

Le shintoïsme est la base même du folklore japonais dont les préceptes sont fondés sur la croyance des yokai : créatures fantastiques, monstres difformes, esprits de la forêt, animaux aux pouvoirs magiques (et aussi des phénomènes paranormaux. Il existe un esprit ou un kami unique par rapport aux autres. Cet esprit singulier est celui d'Inari.

Découvre la liste complète des dieux kami dans notre article sur les divinités japonaises de la religion shinto...

L'Inari : la divinité japonaise des renards

Avant d'entrer dans les détails du kami connu sous le nom d'Inari, il convient de préciser ce qu'est un kami dans la culture japonaise.

Qu’est-ce qu’un kami ?

 Inari kitsune : visuel original, artiste inconnu

Le mot japonais "kami" se traduit par des mots liés à dieu, déité ou divinité mais il symbolise unanimement pour les japonais des esprits. Ces esprits kami sont considérés comme des éléments du paysage, des forces de la nature ou même des esprits de ceux qui ont quitté le monde physique. Traditionnellement, cependant, seuls des leaders et des individus incroyablement uniques sont censés être capables de se transformer en kami à leur mort. La croyance des kami confirme que les leaders sensationnels (shogun) et les grands empereurs japonais ont la capacité de se transformer en être divin.

Tous les kami ne sont pas forcément bons car il doit y avoir un équilibre entre le bien et le mal. Au pays du soleil levant, les divinités sont tellement encrées dans la culture pop qu'ils évitent même d'orienter les bâtiments vers la direction connue sous le nom de kimon. Cela permet d’éloigner les mauvais esprits car cette direction est considérée comme celle de la porte des démons Oni. Ces dieux japonais sont censés être des manifestations de l'énergie qui alimente l'univers. Ils se cachent du monde physique et ne peuvent en devenir un qu'en suivant ce que les Japonais appellent la voie du kami. Grâce à sa spiritualité inhérente, le Japon est en harmonie avec les kami depuis des siècles.

La forme d’Inari

Inari renard : création artistique par Alina Ogoltsova (retouche Shogun Japon

Dans les légendes et mythes japonais, les entités comme les kami sont représentées avec un certain sexe. Dans le cas d'Inari, elle est représentée sous tous les genres. Dans certaines œuvres d’art et estampes japonaises, Inari est un vieil homme assis sur un tas de riz, tandis que deux renards blancs montent la garde à ses côtés. Dans d'autres œuvres, Inari est représentée comme une belle femme renard. Elle ressemble à une splendide geisha japonaise vêtue d’un kimono femme…

La raison de ces deux apparences si distinctes est qu’au 8ème siècle les japonais véréraient un dieu nommé Ine-ari, il avait l’apparence d’un viel homme et protégeait les récoltes… Quand le culte païen de la déesse kitsune rencontra celui de l’image du vieil homme, on accorda à Inari ses pouvoirs de polymorphe…

Lors d’un voyage au Japon, tu auras aussi peut être l’occasions de la voir comme une Dakiniten.

C’est une version japonaise de la Dakini hindoue qui est une divinité bouddhiste. Inari est associée à la dakini parce qu'elle est présentée comme une déesse féminine qui chevauche un renard blanc volant. Quoi qu'il en soit, ses renards ne la quittent jamais, c'est pourquoi Inari est connue comme le kami des renards ou kitsune.

De nos jours, elle est aussi parfois directement représentée sous la forme d’un renard tenant dans sa gueule un germe de blé, une faucille ou bien une clé de grenier à blé…

Les renards Kitsune

kitsune-statueUne statue de renard kitsune

Les kami renards sont très appréciés dans les manga. On peut notamment en voir la trace dans le manga Naruto, ou le personnage principal (Uzumaki Naruto) a un démon renard à neuf queue scellé dans son corps. Ce démon Kitsune lui apporte beaucoup de pouvoirs pour combattre les Ninja shinobi ennemis. Dans ce même manga, les membres des troupes d’élite Anbu portent un masque Kitsune pour cacher leur identité.

Le Kitsune renard est le messager d’Inari sur le monde des homme. Ils sont toujours représentés par deux au côté d’inari. Ils possèdent un grand pouvoir de polymorphe ce qui leur permet de manipuler les humains en se faisant passer pour des prêtres, des voyageurs ou des hommes et femmes d’influence…

L’un des sites japonais les plus connus ou l’on peut célébrer et vénérer ces dieux nippons est le sanctuaire Fushimi Inari-taisha (伏見稲荷大社) situé dans le district de Fushimi-ku à l’ancienne capitale japonaise : Kyoto. Il y a de nombreuses statues et statuettes de Kitsune pour protéger le sanctuaire shinto contre les mauvais esprits comme les Yurei (fantôme japonais) ou Oui (sauvage démon nippon)…

Origine d’Inari

Les détails exacts de l'origine d'Inari et de son culte ne sont pas clairs et précis, mais la date de fondation du premier sanctuaire de la montagne d'Inari est la date acceptée pour le début du culte de ce kami, soit en 711 après JC.

Traces historiques

Malgré cela, certains chercheurs ont trouvé des objets qui laissent penser que le peuple japonais rendait hommage à Inari depuis longtemps, car les objets trouvés datent de la fin du cinquième siècle. Kazuo Higo est l'un des spécialistes qui pense que Inari était vénérée bien avant la fondation du sanctuaire du mont Inari et que le clan Hata a été le premier clan à vénérer officiellement Inari en tant que kami du riz et de l’agriculture.

Si l'on se base sur les écritures, la première citation écrite d'Inari se trouve dans un document connu sous le nom de Ruiju Kokushi, écrit en 892. Dans cette ouvrage, le mot Inari était étroitement lié à "porter du riz", ce qui a conduit les spécialistes à penser que c'est de là que vient le nom Inari.

Signification Inari

En japonais, le mot "ine-nari" signifie "faire pousser du riz" et on pense que c'est l'origine du nom Inari car Inari est également connu pour être le kami du riz. En plus d'être le kami du riz, cette déesse japonaises est également connu pour être :

  • le kami de la fertilité,
  • du thé,
  • du saké,
  • de l'agriculture,
  • des renards
  • et de beaucoup d'autres choses.

Pour simplifier, l'Inari est le kami responsable de la réussite dans le monde et de la prospérité, ce qui en fait l'un des principaux kami vénérés au Japon.

L’évolution du culte d’Inari

La dévotion envers cette déesse a évolué à travers les âges...

Inari pendant l’ère Heian

Inari culte : estampe originale, artiste inconnu 

Pendant la période Heian, le culte d'Inari s'est considérablement développé. Il a même été intégré au sein de la religion bouddhiste. Cette introduction se confirma par la présentation par l'empereur Saga du temple de To-Ji au fondateur de la secte bouddhiste Shingon (Kukai). Cela explique pourquoi certains temples sacrés bouddhistes sont consacrés à Inari.

Sa renommée ne cessa de croître et, par conséquent, en 827, Inari reçu le Titre de la cinquième divinité de rang inférieur. Cette promotion alimenta une autre vague d’enthousiasme à son égard ainsi que de sa renommée. L’empereur japonais Suzaku croyait en Inari et la vénérait pour qu'elle l'aide et le guide pendant les périodes de rébellions au Japon. Ils surmonta toutes les rébellions et il la remercia en la promouvant au plus haut rang (ce qui a officiellement fait d'elle l'un des principaux kami vénérés au Japon).

Inari pendant l’ère Edo

À l'époque d'Edo, le culte d'Inari est encore plus répandu dans tout le Japon et cette croissance est attribuée aux seigneurs féodaux japonais (daiymo). Inari devint également la protectrice des forgerons et des guerriers samouraï. C'est pourquoi, il y a plusieurs châteaux abritant un sanctuaires Inari.

Pendant cette ère, de plus en plus de personnes ont commencé à considérer Inari comme leur propre protecteur sans pour autant que cela soit lié à l’agriculture ou à la guerre. Les acteurs ont commencé à rendre hommage à Inari tout simplement car les sanctuaires d'Inari étaient proches de leurs quartiers et district. La société japonaise a commencé à prier Inari et à s'y référer comme à une divinité de la chance et de la prospérité.

L'influence d'Inari s'est accrue au point qu’elle était considérée comme une source de miracles…

Ou et comment vénérer Inari ?

Fushimi inari torii à Kyoto

Compte tenu de toutes les discussions sur la croissance de l'influence d'Inari et de ses adorateurs, il n'est pas surprenant de découvrir qu'il existe 2970 sanctuaires dédiés au culte d'Inari. Soit presque 40% des sanctuaires japonais de cette contrée !

Ce chiffre ne tient compte que des sanctuaires shintoïstes et des sanctuaires enregistrés sous des corporations religieuses. Si l'on considère l'existence de sanctuaires bouddhistes consacrés à Inari et des entreprises qui possèdent des sanctuaires Inari dans leurs locaux, ce nombre est encore plus important.

Typologie des temples shinto Inari

Le mode de fabrication et de décoration de ces sanctuaires est toujours le même. Les entrées des sanctuaires d'Inari sont décorées de statues à l’effigie du renard Kitsune (ils sont de différentes tailles). Chaque statue de renard est unique. Elles portent des bavoirs rouges appelés "Yod Ere Kake". La couleur rouge représente Inari. Chaque bout de tissu japonais dispose d’une impression ou d’une broderie avec un symbole de porte Torii. C’est une structure en bois qui décore les chemins menant au sanctuaire…

Quels sont les sanctuaires shinto les plus importants ?

Le sanctuaire Fushimi Inari

Il existe 2970 lieux de culte dédié à Inari sur l’archipel nippon, mais onze sanctuaires se distinguent des autres. Il s'agit :

  • du sanctuaire Inari de Kasama, situé à Ibaraki,
  • du sanctuaire Inari de Namiyoke, situé à Chuo,
  • du sanctuaire Inari de Taikodani, situé à Shimane,
  • du sanctuaire Inari de Shiwa, situé à Iwate,
  • du sanctuaire Inari de Takahashi, situé à Kumamoto,
  • le sanctuaire Takayama Inari à Aomori,
  • le sanctuaire Tamatsukuri Inari à Osaka,
  • le sanctuaire Yakyu Inari à Higashimurayama,
  • le sanctuaire Yutoku Inari à Saga,
  • le sanctuaire Takekoma Inari à Miyagi
  • le sanctuaire Fushimi Inari-Taisha à Kyoto.

Le sanctuaires de Fushimi Inari et le sanctuaire de Takekoma Inari sont les plus connus car ils sont respectivement le tout premier et le deuxième sanctuaire Inari du Japon. Celui de Fushimi Inari est également le principal lieu de culte des croyants shinto et vénérateurs d’Inari.

Le sanctuaire Fushimi Inari fut construit par le clan Hata, ce complexe est gigantesque : plus de 870 000 mètres carrés. Il accueille également le culte païen des serpents, des morts et des arbres. C’est un lieu hétéroclite à l’image de la déesse nippone…

Offrande céleste : Inari Sushi

Inari sushi : la recette favorite des renards japonais Kitsune

Lorsque les gens prient et rendent hommage à Inari dans ces sanctuaires, ils offrent généralement du saké, du riz et d'autres aliments pour apaiser les kitsune, qui étaient les messagers d’Inari. L’objectif est de faire plaisir au messager d’inari car ils pensent qu’ils sont capable de persuader l'Inari de combler leur désir. Le tofu frit est une offrande très populaire, car c'est le plat préféré des renards japonais (et les kitsune sont des renard)… On appelle également ce plat japonais des Inari Sushi !

Festival matsuri

Si tu comptes visiter le pays des onsen (bains de sources chaudes japonais), sache que la vénération d’Inari est poussée à son paroxysme lors du matsuri Motomiya. Cette festivité a lieu en été. C’est l’une des cérémonies les plus importantes du sanctuaire Fushimi Inari. Certains croyants sont vêtus avec un kimono Yukata (tenue traditionnelle japonaise, une haori (veste japonaise), des sandales geta (chaussure japonaise en bois traditionnel) et un masque japonais Kitsune (masque de renard)… De quoi se plonger pleinement pendant quelques heures dans un univers japonais antique…

Inari et la mythologie japonaise

Déesse Inari : Image originale par Rudy Siswanto, retouche Shogun Japon

Il y a de nombreux contes et légendes sur Inari dans la mythologie nippone. Chaque histoire présente une facette d’Inari. L’une des plus connues est celle qui implique la déesse shinto de la nourriture nommée Ukemochi. Selon ce mythe ancien, Ukemochi a un jour vomi du riz pour le donner au kami de la lune lors d'un banquet. Comme le riz avait été vomi, le kami de la lune, Tsukiyoki, s'en est offusqué et a tué Ukemochi sur le champ.

Le corps de la déesse se transforma en toutes sortes d'aliments et d'animaux liés à l'agriculture. Ukemochi était mariée à Inari (c’est un homme dans cette légende). Ainsi, lorsque Ukemochi fut tuée, Inari repris le rôle de dieu de la nourriture, ce qui l'a également conduit à être reconnu comme le kami de l'agriculture.

Des histoires comme celle-ci sont permettant de comprendre le pouvoir d’influence que les dieux Shinto exercent sur le peuple japonais. Par exemple, parce que vous connaissez cette histoire maintenant, vous comprenez un peu mieux pourquoi Inari est le kami de l’agriculture. L’explication de ce type d histoires, bien que pouvant être fictives, donne aux gens la raison et la logique dont ils ont besoin pour croire en Inari. 

Inari et la culture pop japonaise

Dans l'ensemble, il est clair qu'Inari a eu un effet majeur sur la culture japonaise. La divinité Inari est et sera toujours connu comme était un bon kami, en raison de toutes les personnes que cet esprit a aidées au cours des siècles.

Inari est tellement populaire qu’elle apparait dans des jeux-videos. Dans le jeux-videos Ghost of Tshushima, il est possible de récupérer des charmes dans les sanctuaires d’imari. Pour le atteindre il faut aller près d’un terrier de renard et suivre le petit animal

Il n'est pas surprenant qu'Inari ait gagné autant de respect de la part de la société nippone, même dans des temps modernes comme aujourd’hui.

Inari symbolise tout ce qu'il y a de bon dans le monde, ce qui donne aux personnes qui croient en Inari l'espoir de jours meilleurs à venir.

Pour un look cosplay inspiré de la déesse Inari et des kitsune, jette un oeil à notre collection de masque kitsune...


Écrire un commentaire

Les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés