Le Japon féodal : l'ère des shogun à aujourd'hui

japon-féodal

Les systèmes politiques, les hiérarchies sociales et les cultures du Japon féodal

L'ère du Japon féodal est la plus populaire parmi toutes les époques qui composent l'histoire du Japon. C'était l'époque du shogun et de la classe des samouraïs, qui avaient le contrôle du gouvernement japonais.

Le shogun était tout aussi important que l'empereur lui même...

Tu vas découvrir dans cet article :

  • L’organisation du Japon féodal
  • La période Kamakura
  • L’invasion mongole
  • La restauration de Kenmu
  • La période Muromachi (1336 - 1573)
  • La période Azuchi-Momoyama (1568 - 1603)
  • L’ère Edo (1603 - 1868)

Découvrons à présent les différentes classes sociales du pays du soleil levant au cours de son histoire médiévales...

La pyramide sociale du Japon féodal

Avant de plonger dans les différents événements qui se sont produits pendant l'ère féodale du pays du soleil levant, il faut d'abord comprendre la pyramide sociale qui régit la majeure partie de cette ère :

Tenno/Empereur

Le tenno ou empereur était le chef suprême du Japon. Cependant, l’empereur japonais était surtout une marionnette (figures de proue).

Shogun

guerrier-samouraï-samourai-dessinIllustration réalisée par Sidharth Patro

Le shogun était le chef de la classe militaire et était nommé par l'empereur. Tout au long de l'ère féodale du Japon, les affaires nationales étaient contrôlées en dernier ressort par le shogun. Ce chef militaire japonais était le véritable dirigeant du Japon. Il contrôlait l’armée mais aussi la politique…

Daimyo

Le daimyo était le chef de guerre japonais d'un territoire. Sa puissance était souvent assimilée à la taxe appliquée sur le riz produit sur ses terres.

Kerai ou Gokenin

Le kerai ou gokenin était le vassal du daimyo. Des allocations de riz étaient souvent accordées au kerai par le daimyo pour sa loyauté et ses services.

Bugyo

Le bugyo était le magistrat chargé de superviser les opérations d'un poste gouvernemental ou d'une région donnée. Le shogun était chargé de nommer les bugyos.

Daikan

Le daikan était l'intendant chargé de collecter les impôts et de superviser les administrations régionales. Ils étaient nommés soit par le shogun, soit par un daimyo.

Shoya

Le shoya était le chef d'un village et était nommé par le shogun ou un daimyo. Ce poste était souvent occupé par un roturier japonais et avait pour but de représenter le shogunat à un niveau social inférieur.

Samouraï

Le samouraï était un guerrier japonais sous le contrôle d'un daimyo, mais il n'était pas nécessairement loyal envers le chef de guerre. Dans ce cas on les appelait des Ronin

Les classes inférieures de la hiérarchie sociale du Japon féodal étaient constituées, dans l'ordre, de fermiers, de paysans, d’ artisans, de marchands et des hinin (terme utilisé pour désigner une personne considérée comme un paria).

Nous allons maintenant voir les différentes ères japonaises… Sache que la chronologie du Japon féodal commence en 1185 et se divise en quatre périodes : la période Kamakura, la période Muromachi, la période Azuchi Momoyama et la période Edo. Étant donné l'approche militaire utilisée pour diriger le pays, une longue liste de guerres civiles, de tentatives d'invasions et d'événements ont eu lieu au cours de cette période.

Période Kamakura (1185 - 1333)

japon-shogunImage retouchée par la team Shogun Japon

Le début de la période Kamakura est marqué par l'établissement du shogunat Kamakura en 1192. Ce nouveau système de gouvernement a été fondé par Minamoto no Yoritomo, qui l'appelait le bakufu, un terme japonais qui se traduit par "gouvernement de la tente" en anglais. Minamoto a reçu de l'empereur le titre de Seii Tai-shogun.

Le bakufu se composait de deux sections différentes, dont l'une était consacrée à la gestion des procès, tandis que l'autre était chargée de superviser la classe des samouraïs. En apparence, le Japon était dirigé par la cour impériale et l'empereur, mais, en réalité, toutes les affaires étaient contrôlées par le shogun.

Plus tard, le clan Hojo a réduit le shogun à un simple fonctionnaire sans pouvoir, de la même manière que le shogun sapa l’autorité de l'empereur.

Les événements importants de la période Kamakura sont les suivants :

Invasion mongole

ninja-et-yamabushi-guerriers-et-sorciers-du-japon-féodalCréation artistique par David Benzal

Au cours des années 1200, Kublai Khan, le nouveau chef mongol de l'époque, exigea du Japon qu'il paie un tribut à sa nation. Le shogunat refusa.

Comme le gouvernement japonais s'y attendait, une invasion mongole eu finalement lieu en 1274. Cette attaque soutenue par des troupes coréennes et chinoises, se constituait d’un total de 23 000 soldats. Environ six cents navires équipés d'archers, de missiles rudimentaires et de catapultes furent utilisés pour l'invasion.

Les envahisseurs étrangers ont d'abord posé le pied dans la zone nord de Kyushu, notamment à Hakata. Ayant été préparées pour l'attaque, ces forces furent confrontées aux propres troupes du Japon dès leur arrivée.

Un jour après le début des combats, un typhon eu raison des groupes d'envahisseurs. Lorsque Kublai Khan apprit comment ses soldats avaient été anéantis par la nature et non par la classe militaire japonaise, il décida de mettre fin à l'invasion.

En 1281, une nouvelle invasion mongole fut organisée… Les envahisseurs étrangers débarquent à nouveau dans le nord de Kyushu. Cette fois, les troupes japonaises ont combattu les forces mongoles pendant environ sept semaines avant qu'un autre typhon ne vienne les vaincre.

Les victoires de ces deux invasions contribuèrent à l'établissement du shogunat au Japon et lui permirent d'accomplir de grandes choses dont il pouvait être fier. Pour les prêtres shintoïstes, les typhons étaient des interventions divines destinées à protéger le pays tout entier.

La restauration de Kenmu

Vers la fin de la période Kamakura, l'empereur Go-Daigo a pu brièvement reprendre le contrôle du pays sur le système du shogunat. Une guerre de soixante ans fut menée pour restaurer le pouvoir de la cour impériale, mais elle s'est terminée par l'expulsion de l'empereur Go-Daigo de Kyoto. Le shogunat fut rétabli peu après.

Période Muromachi (1336 - 1573)

En 1336, le shogunat Ashikaga fut établi lorsque Ashikaga Takauji obtenu le soutien de la classe des samouraïs pour renverser l'empereur Go-Daigo. Takauji se nomma lui-même nouveau shogun, ce qui marqua le début de la période Muromachi.

L'empereur Go-Daigo fit de la ville de Nara son nouveau quartier général tandis que Takauji régnait depuis la ville de Kyoto. Les premières étapes (1336 - 1392) de cette période furent appelées Nanboku-cho, ce qui signifie "cour du Nord et du Sud". Le nom Muromachi vient d'un quartier de Kyoto où Ashikaga Yoshimitsu, le troisième shogun de la période, qui y établi son centre de commandement.

Parmi les événements notables de la période Muromachi, on peut citer :

Le commerce entre la Chine et le Japon

commerce-chine-japonCommerce Chine Japon : image sous licence Adobe Stock

Le commerce avec la dynastie Ming de Chine a commencé lorsque le shogunat accepta que la piraterie japonaise soit supprimée. Le gouvernement chinois considérait cette relation comme une façon pour le Japon de payer un tribut à son empire, tandis que l'autre partie y voyait un arrangement profitable.

Les principaux produits exportés par le Japon étaient le cuivre et l'or. Les livres et la soie faisaient partie des importations les plus courantes en provenance de Chine. Cette industrie commerciale se développe assez rapidement et le shogunat l'a utilisée comme source de revenus en imposant des taxes sur les marchandises importées.

Les guerres régionales étaient courantes à cette époque, car le contrôle des routes commerciales était constamment disputé.

La guerre d'Onin

Au cours des premières années de la période Muromachi, l'ordre est soigneusement maintenu par le shogunat. Cependant, les daimyo commencèrent à se battre pour le pouvoir, ce qui conduisit à la guerre d'Onin.

Cette guerre, qui s'est déroulée de 1467 à 1477, entraîna la fin du système féodale du shogunat. Le Japon connu t alors l'anarchie et de nombreuses provinces se firent la guerre, afin de dominer l’empire japonais.

La classe samouraï et les roturiers gravirent les échelons, afin de renverser respectivement leurs suzerains et leurs propriétaires terriens. Les nobles de la Cour impériale ont été dépossédés et l'aristocratie japonaise a suivi les ordres militaires des shogun successifs.

Les guerres provinciales se sont poursuivies pendant un siècle, jusqu'à ce que l'ensemble du pays soit soumis à un seul régime seigneurial. L’union des îles japonaises fut réalisé dans les dernières années du XVIe siècle par Oda Nobunaga, Toyotomi Hideyoshi, puis Tokugawa Ieyasu.

Période Azuchi-Momoyama (1568 - 1603)

La période Azuchi-Momoyama porte bien le nom des forteresses d'Oda Nobunaga et de Toyotomi Hideyoshi.

L'une des forteresses d'Oda Nobunaga était le château d'Azuchi, dans la province d'Omi. Il était situé assez loin de Kyoto pour le protéger d'éventuels conflits en dehors des affaires de la capitale, mais assez près pour commander les gardes des armées en approche.

Le château de Momoyama, quant à lui, a été établi par Toyotomi Hideyoshi en 1594. Il a été construit pour lui servir de maison de retraite et comporte un salon de thé couvert de feuilles d'or.

À ce jour, seules les bases en pierre des deux châteaux sont encore debout. Les événements notables de la période Azuchi-Momoyama tournent principalement autour de la mort d'Oda Nobunaga et de l'arrivée au pouvoir de Toyotomi Hideyoshi.

Période Edo (1603 - 1868)

leyasu-tokugawa

La victoire de Tokugawa leyasu à la bataille de Sekigahara lui a permis d'être reconnu dans tout le pays comme un puissant dirigeant. Il a été capable de vaincre rapidement plusieurs groupes de daimyo, à l'exception de ceux de l'ouest. En mars 1603, il établit le shogunat Tokugawa à Edo. Pendant dix ans, depuis 1605, Ieyasu a consacré son temps à vaincre les troupes de Toyotomi Hideyoshi.

Le système créé par Ieyasu était appelé bakuhan, qui combine les deux mots "bakufu" et "han" (domaines). Cette nouvelle structure gouvernementale conférait une autorité nationale au shogun et une autorité régionale aux daimyos. En outre, un ensemble de lois a été créé pour maintenir l'ordre chez les daimyos, notamment des codes stricts concernant l'habillement, les armes, la conduite privée, le mariage et le nombre de soldats.

En général, le système bakuhan a offert au Japon 250 ans de paix et de stabilité. En tant que telle, la période Edo est souvent décrite comme une période d'appréciation des arts et de la culture, d'ordre social strict et de croissance économique.

La religion et les principes militaires ont façonné l'art, la littérature et les vêtements du Japon féodal.

La culture et le style de vie du Japon à l'époque féodale ont été largement influencés par les principes du bouddhisme, du shintoïsme et du système militaire.

Les Arts japonais du Japon féodal

grande-vague-de-kanagawa-hokusai La Grande Vague de Kanagawa de l'artiste Hokusai

Une grande partie de l'art et de l'architecture du Japon féodal était basée sur des motifs chinois et coréens. Ces idées empruntées ont été développées pour représenter l'importance de la simplicité et de la beauté naturelle pour l'artiste japonais.

Parmi les œuvres populaires de cette époque figurent les objets en laque, les peintures de paysages, les peintures sur soie ou sur papier, l'origami, les torii (portes des sanctuaires shintoïstes), les jardins zen, l’Ikebana.

Littérature et théâtre

La littérature japonaise de l'époque féodale nippone se composait principalement de récits passionnants sur les guerriers samouraïs et les batailles. Le conte de Heike est l'un des plus grands recueils du Japon qui traite des guerres entre les clans Minamoto et Taira.

Les représentations théâtrales se sont également développées dans le Japon féodal, en particulier le théâtre nô, qui est la plus ancienne forme de théâtre du pays. Les concepts bouddhistes étaient souvent utilisés pour ces représentations, qui exigeaient des acteurs qu'ils portent des costumes et des masques complexes.

Vêtements

À l'époque féodale du Japon, les kimonos étaient déjà une forme de vêtement populaire. En fait, presque tous les membres de la communauté locale étaient habillés d'un kimono. Le matériau utilisé pour ce vêtement servait d'indicateur du rang social de celui qui le portait.

Les kimonos des artisans, des marchands et des agriculteurs étaient fabriqués en chanvre ou en coton, tandis que ceux de la classe dirigeante étaient en soie.

Les samouraïs, quant à eux, portaient des vêtements ressemblant à des jupes (appelés hakama) et des pantalons amples pour leurs activités quotidiennes. Au combat, ils utilisaient des armures élaborées, faites de métal et de cuir.

Le Japon féodal et l'Europe féodale

période-edoPériode edo de l'artiste Julian Calle

Dans presque toutes les universités du monde, on enseigne que les racines du féodalisme remontent à l'Europe médiévale. On pense que ce concept est né de la perte de pouvoir de l'Empire romain.

L'Europe féodale a vu le jour avant le Japon féodal, ce qui a conduit de nombreuses personnes à penser que ce dernier a utilisé les mêmes principes et concepts que la première.

Contrairement à la croyance populaire, les similitudes entre les époques féodales du Japon et de l'Europe ne portent que sur deux éléments, à savoir la hiérarchie sociale et le système de gouvernement pyramidal. Les principales différences entre les deux sont les suivantes :

Le pouvoir de l'empereur était réduit à presque rien pendant l'ère féodale du Japon, alors que l'on peut dire le contraire pour le monarque d'Europe.

L'aristocratie japonaise n'avait pas un profond sentiment de respect pour l'empereur, étant donné qu'il n'avait pas de contrôle significatif sur le pays. En revanche, le monarque d'Europe était à la fois craint et vénéré par les nobles locaux.

La classe militaire du Japon féodal et de l'Europe féodale était composée de guerriers japonais samouraïs et de chevaliers, respectivement. Les samouraïs étaient payés en argent ou en riz pour leurs services, tandis que les chevaliers recevaient leurs propres terres.

Le féodalisme en Europe était fondé sur les doctrines de l'Église catholique romaine, tandis que celui du Japon reposait sur des principes bouddhistes.

Une chronologie des faits marquants du Japon féodal

Bataille-Japon Illustration par Job Menting

  • 1185 - Le clan Taira est vaincu par le clan Minamoto.
  • 1192 - Début officiel de la période Kamakura ; Minamoto est nommé shogun et Kamakura est reconnu comme la capitale politique.
  • 1199 - Minamoto meurt
  • 1274 - Première invasion mongole
  • 1281 - la deuxième invasion mongole
  • 1333 - Le shogunat de Kamakura est supprimé par Nitta Yoshisada.
  • 1334 - La restauration de Kenmu
  • 1336 - Début de la période Muromachi ; Takauji est nommé shogun.
  • 1392 - Réunification des cours Nord et Sud.
  • 1467 - 1477 - la guerre d'Onin
  • 1542 - Les Portugais introduisent les armes à feu au Japon.
  • 1549 - Le christianisme est introduit au Japon par les missionnaires jésuites.
  • 1555 - la bataille de Miyajima
  • 1560 - la bataille d'Okehazama
  • 1568 - Début de la période Azuchi-Momoyama.
  • 1570 - la bataille d'Anegawa
  • 1575 - la bataille de Nagashino
  • 1582 - Oda Nobunaga meurt et Toyotomi Hideyoshi prend la tête du Japon.
  • 1584 - La bataille de Nagakute et Komaki.
  • 1592 - Les troupes de Toyotomi Hideyoshi envahissent la Corée.
  • 1598 - Toyotomi Hideyoshi meurt, ce qui incite ses troupes en Corée à se retirer.
  • 1600 - La bataille de Sekigahara.
  • 1603 - Début de la période Edo ; Tokugawa Ieyasu est nommé shogun.
  • 1614 - Ieyasu interdit la pratique du christianisme, ce qui entraîne la destruction d'églises et l'emprisonnement de missionnaires.
  • 1616 - Mort de Tokugawa Ieyasu.
  • 1623 - Tokugawa Iemitsu est nommé shogun.
  • 1663 - Le Japon est isolé
  • 1701 - L'incident des 47 Ronin
  • 1860 - Une ambassade du Japon est construite aux États-Unis.
  • 1865 - Début de la période Meiji.
  • 1868 - Le shogunat Tokugawa prend fin et la Cour impériale retrouve son pouvoir.

Le Japon féodal et la culture pop japonaise

manga-vagabondManga vagabond

Les séries d'animation sur les samouraïs se déroulent à l'époque du Japon féodal.

Bien que les samouraïs n'existent plus dans le Japon moderne, ils continuent de vivre dans divers médias, notamment dans les séries animées. Voici quelques-unes des séries les plus recommandées :

  • Rurouni Kenshin
  • Gintama
  • Samurai Champloo
  • Hyouge Mono
  • Samurai Kings
  • Shigurui
  • Lame de l'Immortel
  • Samurai Seven
  • Mushibugyou
  • Brave 10
  • La Maison des Cinq Feuilles
  • Hakuouki
  • Kurogane le pacificateur
  • Shura no Toki
  • Parchemin Ninja
  • Basilic
  • Le Dernier Kunoichi

Écrire un commentaire

Les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés