Ninja Japonais

Ninja -

LE NINJA : RÉALITÉ OU FICTION ?

Le ninja des films et des mangas est symbolisé par un assassin furtif en tenue noire avec des capacités magiques dans les arts de la dissimulation, du poison et du meurtre. Mais la réalité historique des ninjas est quelque peu différente. Au Japon féodal, les ninjas (ou shinobis) étaient une classe inférieure de guerriers souvent recrutés par les samouraïs et les gouvernements pour agir comme espions.

L Art Ninja

1) Ninja Origine

Il est difficile d'identifier l'émergence du premier ninja, plus précisément appelé shinobi. Après tout, les gens du monde entier ont toujours utilisé des espions et des assassins. Le folklore japonais affirme que les ninjas descendaient d'un démon mi-homme et mi corbeau.

La plupart des sources indiquent que les compétences qui sont devenues le ninjutsu, l'art furtif du ninja, ont commencé à se développer entre 600 et 900. Le prince Shotoku, qui a vécu de 574 à 622, aurait employé Otomono Sahito comme espion shinobi.

En l'an 907, la dynastie Tang en Chine était tombée, plongeant le pays dans 50 ans de chaos et forçant les généraux Tang à s'échapper par la mer au Japon où ils apportèrent de nouvelles tactiques de combat et philosophies de guerre.

Dynastie Tang


Les moines chinois ont également commencé à arriver dans les provinces Japonaises dans les années 1020, apportant de nouveaux médicaments et des philosophies de combat qui leur étaient propres, avec beaucoup d'idées provenant de l'Inde et traversant le Tibet et la Chine avant de faire leur chemin au Japon. Les moines enseignèrent leurs méthodes aux moines guerriers japonais, ou yamabushi, ainsi qu'aux membres des premiers clans shinobi.

2) École Ninja

Pendant un siècle ou plus, le mélange de tactiques chinoises et autochtones qui allait devenir le ninjutsu s'est développé comme une contre-culture, sans règles. Elles ont été formalisées pour la première fois par Daisuke Togakure et Kain Doshi vers le 12ème siècle.

Daisuke était à la base un samouraï, mais lors d'un conflit armé pour le pouvoir. Il choisi le mauvais camps et se retrouva du côté des perdants dans une bataille. Il  dû renoncer à ses terres et à son titre de samouraï. Normalement, un samouraï pouvait commettre un seppuku dans ces circonstances, mais Daisuke ne le fit pas, car il préfère la vie à la honte.

Ainsi, en 1162, Daisuke erra dans les montagnes du sud-ouest de Honshu où il rencontra Kain Doshi, un moine guerrier chinois. Daisuke renonça à son dojo et code bushido. Ensemble, ils développèrent une nouvelle théorie de la guérilla appelée ninjutsu. Les descendants de Daisuke ont créé le premier ninja ryu, ou école, le Togakureryu.

Ninja Origine

3) Ninja Guerrier : assassin et espion

Un guerrier ninja avait donc deux rôles principaux : celui d'assassin et celui d'espion pour recueillir des renseignements sur les mouvements et les plans de l'ennemi. Pour les deux, ils ont utilisé des déguisements, de la tromperie et de l’infiltration.

Les ninjas étaient également utilisés lors des batailles comme éclaireurs afin de perturber les lignes ennemies lors de raids commando pendant la nuit.

Outre les groupes organisés de ninjas, nombreux sont ceux qui offraient leurs services au plus offrant en tant que mercenaires. À l'époque instable du Japon des XVe et XVIe siècles de notre ère.

Ninja Guerrier


Les tactiques de subterfuge, d'embuscade et de ruse, ainsi que l'utilisation d'armes projectiles, ont nuit à leur réputation comparativement aux guerriers samouraïs et leur bushido (code de l’honneur).

Suite á la paix qui a suivi la domination Tokugawa du Japon, les ninjas n'étaient plus nécessaires en si grand nombre. L'art martial formel du ninjutsu s'est tout de même transmis pour perpétuer la tradition. Des manuels illustrés ont été écrits comme guides pour les futurs pratiquants, le plus célèbre étant le shukai de Bansen, compilé par Fujibayashi Samuji en 1676.

4) Formation Ninja

Dès l'enfance, un futur ninja apprenenait à monter à cheval, à nager, à espionner et à manipuler des armes de toutes sortes. A partir du XVe siècle de notre ère, les ninjas étaient formés dans des camps spéciaux qui pouvaient impliquer des villages entiers. Certaines écoles sont devenues particulièrement célèbres, comme les écoles Iga et Koga. Comme les leaders ne voulaient pas que leurs rivaux copient leurs tactiques, tout l'entraînement se faisait oralement, de peur que les documents écrits ne tombent entre de mauvaises mains.

Un ninja était formé pour être au summum de sa dextérité et capacité athlétique. Le Saut Ninja était une compétence particulièrement utile leur permettant de se sortir de situation particulière que ce soit depuis les hauteurs; ou pour franchir autres obstacles. C’est probablement l'origine des légendes impliquant des ninjas volants.

Saut Ninja


Ils étaient entraînés à travailler en équipe afin qu'ils puissent se servir les uns des autres pour gravir de plus grandes hauteurs.

Les ninjas pouvaient également lancer des grappins avec précision. Monter et descendre des cordes et des échelles pliantes.

Ils pouvaient gêner les poursuivants en jetant des makibishi (lots de pointes métalliques).

Makibishi


Les ninjas apprenaient notamment à :

  • se cacher dans divers terrains, à survivre pour vivre à l'extérieur du pays,
  • à lire la topographie et les cartes,
  • à comprendre les indications des changements météorologiques,
  • à utiliser des explosifs,
  • à bien attacher les prisonniers,
  • à mélanger les poisons,
  • à détruire un bâtiment par le feu et, lorsque les choses ne vont pas bien en mission, à pratiquer les arts de la fuite et la médecine.

5) Costume ninja

Bien qu'aucun texte médiéval ne décrive en détail la tenue ou tunique d'un ninja. La représentation la plus courante dans l'art japonais du début du XIXe siècle serait celle d’un homme ou d’une femme avec un masque japonais type Masuku et vêtu d’un plastron et pantalon noir. Une capuche ou une cagoule en plus du masque japonais étaient utilisées pour dissimuler presque complètement son identité.

Dans le folklore moderne le masque du japon est utilisé pour cacher son identité. Nous proposons chez Shogun Japon le fameux masque samourai ou une sélection de masque kitsune si tu souhaites arborer un style ninja style anbu de naruto !

Masques Japonais

C’est le choix de couleur le plus évident car la plupart de leurs missions se faisaient la nuit. C'est aussi une convention des arts de la scène japonaise, qu'un personnage porte du noir pour montrer au public qu'il ou elle est invisible.

La tenue ninja classique se compose d'un pantalon, d'une guêtres, d'une veste, d'une ceinture, le tout dans un tissu doux qui n'entrave pas le mouvement et qui ne comporte aucune partie pendante qui pourrait se prendre sur quoi que ce soit.

ninja-cosplay


Ils portaient des chaussures souples qui ressemblaient davantage à des chaussettes japonaises (tabi) avec le gros orteil divisé du reste des orteils et une semelle renforcée. Ou de simples sandales à corde nouée (waraji) pouvaient être portées par-dessus pour fournir une meilleure prise pour grimper.

Dans la réalité des choses, ils étaient censés se fondre dans leur environnement. Ainsi, ils portaient parfois des tenues en camouflage, des déguisements (mendiants, moines ou musiciens errants, par exemple) et même les tenues de leurs ennemis quand ils en avaient besoin.

6) Armes Ninja

L'arme principale d'un ninja était son épée ou katana, peut-être un peu plus courte et moins courbée que celles utilisées par d'autres guerriers (Nunchaku, Lances, Nodachis, Naginatas. Le ninja pouvait se retrouver dans un espace restreint comme un couloir étroit de château.

Pour ne pas gêner ses mouvements, il portait généralement son sabre non pas à la ceinture mais en diagonale sur son dos. Le protège-poignée (tsuba) était utile parce que si on appuyait l'épée contre un mur, elle pouvait servir de marchepied et, en mettant un pied dans le cordon habituel du fourreau, l'épée pouvait alors être levée et non laissée derrière.

Costume Ninja

En plus d'être doués pour utiliser les armes standards dans les guerres ou batailles japonaises (l'épée, la lance, la hallebarde et l’arc), les ninjas avaient leurs propres armes spécifiques. Les Kunai (que l’on retrouve dans le manga naruto) couteaux à lancer étaient une arme courante dans le Japon médiéval.

On associe également le shuriken (étoile à lancer en acier) au ninja. Le shuriken typique mesurait 20 cm de diamètre et avait au moins quatre pointes qui le rendaient utile. Il y avait même des écoles ninja spécialisées dans l'utilisation des shurikens, comme celles des régions de Sendai, Aizu et Mito.

L’une de leurs armes de prédilection est la faucille kusarigama ou croissant.

Kusarigama

La faucille était fixée à un manche de bois qui avait une chaîne de 2 à 3 mètres de long avec un poids à l'autre extrémité. La version ninja, la shinobigama, avait un bâton beaucoup plus court et une lame plus petite que d'habitude, qui était gardée dans une gaine quand elle n'était pas utilisée. Le ninja tenait l'extrémité de la chaîne et la balançait de façon à pouvoir endommager l'arme de son adversaire, la lâcher de ses mains ou la saisir avec la chaîne.

Une autre arme spécialisée pour ce combattant était de petites épingles métalliques (fumibari ou fukumibari) qu'un ninja mettait dans sa bouche et crachait sur l'ennemi en visant leurs yeux. Certaines des armes les plus personnalisées comprenaient des poings en métal (tekagi) et des griffes (hokode) qui pouvaient aussi être utilisées pour grimper.

Ninja bombe ! Deux types principaux : une bombe recouverte de papier ou d'osier qui pouvait produire de la fumée ou des gaz toxiques lorsqu'elle était allumée, et une bombe à enveloppe rigide couverte de fer ou de céramique. Les deux types utilisaient de la poudre à canon et pouvaient contenir des fragments d'obus ; les deux étaient également assez petits pour servir de grenades à main. Ils étaient allumés à l'aide de fusibles de ficelle et d'une boîte de poudre habituellement laquée pour la rendre imperméable à l'eau.

Ninja Bombe


Même lorsqu'il n'avait pas d’armes et qu’il se retrouvait contraint de réaliser un combat à mains nues, le ninja pouvait recourir à ses formidables capacités martiales comme l’aïkido. Très différent du Kung Fu ou du Budo, cet art martial utilise l'élan de l'adversaire pour le lancer et le désarçonner en appliquant une pression sur des points faibles clés comme les poignets et les coudes. Et ils ont appris le kendo qui utilise une épée de bambou (bien que dans l'ancien Japon, elle avait plus souvent une lame en métal) de sorte que même un poteau en bois pourrait devenir une arme mortelle dans les mains expertes d'un ninja.

7) Héritage

Certains écrivains croyaient que les ninjas pouvaient voler ou se transformer en créatures comme les araignées et les rats. Ils ont été crédités d'autres exploits incroyables qui allaient de l'enlèvement d’un rival alors qu’il était endormi. À l'assassinat d'un seigneur de guerre alors qu’il était en train de prendre un bain dans un onsen (et protégé par une douzaine de  sbires).

Ninjutsu


Ces histoires sont probablement exagérées, mais il est vrai que beaucoup de seigneurs de guerre prudents se sont protégés de tout assassin potentiel en fournissant à leur château des dispositifs anti-ninja comme des planchers terriblement grinçants (plancher rossignol), des aménagements confus, des murs tournants et des trappes cachées.

Les ninjas aujourd’hui font partis du folklore populaire. On les retrouve dans :

  • les films comme Shinobi de Ten SHimoyama ou Ninja Assassin James McTeigue 
  • dans des " manga ninja " tels que Soul Eater, Basilisk
Manga Ninja
  • des animés de la série des Naruto, Naruto Shippuden, Boruto avec des personnages emblématiques comme Sasuke, Jiraya ou Kakashi Sensei …
  • des bandes dessinées
  • des jeux vidéo que l’on trouver sur Xbox, playstation ou switch tel que Ninja Gaiden
  • des déguisements de ninja cosplay

    8) 7 fameux ninjas

    Comme vous avec pu le lire précédemment, pendant la pédiode du Japon féodal, on distinguaient deux type de guerriers : les samouraïs, nobles qui gouvernent le pays au nom de l'Empereur, et les ninjas, souvent issus des classes populaires, qui effectuaient des missions d'espionnage et d'assassinat.

    Ninja Japonais


    En tant qu'agent secret et furtif qui ne se battait qu'en cas d'absolue nécessité, les noms et les actes des ninjas japonais ont beaucoup moins marqué l'histoire que ceux des samurais. Cependant, on sait que leurs plus grands clans étaient basés dans les domaines d'Iga et de Koga.

    Pourtant, même dans le monde obscur et mystérieux des ninjas, quelques individus se distinguent comme des exemples dans l art ninja.

     Kido Yazaemon

    ninja-tueur


    Kido Yazaemon était un Iga ninja né vers 1539. Il était apparemment un expert du Tanegashima arquebus, une sorte de fusil à verrou. Le fait que l'arquebuse était son arme de choix suggère que Yazaemon était aussi un expert en explosifs. Il aurait été spécialisé dans le teppo-jutsu, une sous-catégorie du katon nojutsu, ou techniques du feu.

    Contrairement à la représentation populaire, les armes à feu telles que l'arquebuse étaient très appréciées des ninjas. Elles étaient en fait régulièrement utilisées dans les tentatives d'assassinat du fait de la distance qu'elles procuraient.

    Le nom de Yazaemon est connue dans le monde ninja pour sa tentative d'assassinat de Oda Nobunaga en 1579.

    Cette tentative, bien qu'elle ait échoué, fut assez audacieuse et remarquable pour être inscrite dans l'Iranki. Un document historique sur les ninjas Iga. Dans le cadre de l'opération, Yazaemon et deux autres ninjas ont tiré sur Nobunaga pendant qu'il inspectait les conséquences de son invasion. Ils ont raté Nobunaga et ont fini par tuer sept de ses compagnons.

    Fujibayashi Nagato

    Fujibayashi Nagato


    Selon la légende, Fujibayashi Nagato était l'un des trois plus grands chefs du clan Iga, avec Momochi Sandayu et Hattori Hanzo. En 1581, Oda Nobunaga lança une invasion dans la province d'Iga connue sous le nom de guerre Tensho Iga. Cette offensive fut réalisée à l'encontre des clans ninjas pour avoir soutenu les opposants de Nobunaga. Elle décima les clans Iga et Koga ninja. Nagato fut tué lors de l'invasion. 

    Le film Shinobi, s’inspire de ces deux clans rivaux.

    Mais malgré le peu que nous savons de sa vie, Nagato a laissé un héritage important. Ses descendants ont compilé le savoir du ninjutsu qu'il a laissé derrière lui. Ils ont créé le Bansenshukai. La légendaire encyclopédie Ninja.

    Momochi Sandayu

    Momochi Sandayu était le chef des ninjas Iga dans la seconde moitié du 16ème siècle. L'histoire raconte qu'il aurait été tué pendant la guerre ménée par  Oda Nobunaga contre les clans.

    Momochi Sandayu


    Cependant, la légende est bien différente. Il aurait survécu et caché son identité pendant des dizaines d'années. Il se serait retiré de toutes les pratiques liées au ninjutsu et aurait fini sa vie en tant que simple paysan loin des conflits.
    Il a inculqué à ces élèves une philosophie selon laquelle ce n'est qu'en ultime recours que le ninjutsu doit être utilisé, c'est à dire pour aider un autre ninja ou afin de servir les intérêts du seigneur.

    Goemon Ishikawa

    Né en 1558, Ishikawa Goemon était un hors-la-loi. Dans les contes populaires, on l'associe au Robin des Bois Japonais. Bien qu'il n'y ai pas de preuves écrites, la légenge raconte qu'il volait les riches daimyos et donnait aux pauvres.

    Goemon était en fait à l'origine un génin (apprenti ninja) des Iga. Il fut formé par son senseï Sandayu Mochizuki avant de devenir un nukenin (ninja en fuite). 

    Ninja Ninjutsu


    Il devint le chef d'un groupe de bandits au Kansai et volait continuellement de riches seigneurs, clercs et négociants féodaux.

    Il aurait été arrêté après une tentative ratée d'assassinat sur Toyotomi Hideyoshi pour venger sa femme. Il aurait été bouilli vivant publiquement avec son fils en 1594 devant les portes du temple Nanzenji à Kyoto.

    Ishikawa Goemon


    Une seconde version de l'histoire raconte comment il a tenu son jeune fils au-dessus de sa tête pendant qu'il était bouilli jusqu'à ce qu'
    Hideyoshi eu pitié et sauva le garçon.

    Hattori Hanzo

    Hattori Hanzo est probablement le ninja le plus célèbre de tous. C'était un vassal et un samouraï au service de Tokugawa Ieyasu. Ayant grandi à Inga, Hanzo s'est d'abord distingué dans les batailles des années 1570. Son acte le plus célèbre date de 1582 quand Oda Nobunaga fut tué suite à la trahison d'un de ses vassaux. Tokugawa Ieyasu s'est soudainement retrouvé dans une position très dangereuse à proximité de la province de Mitsuhide.

    Hattori Hanzo


    Pour faciliter le passage d'Ieyasu à travers la province d'Iga jusqu'à la sécurité de la province de Mikawa, Hanzo a réuni ses camarades Iga ninjas et leurs anciens rivaux, le clan Koga, pour escorter Ieyasu en lieu sûr.

    Sous sa direction, les ninjas Iga devinrent la garde du shogunat Tokugawa au château d'Edo, devenant finalement l'agence secrète du shogunat sous le nom de Oniwabanshu.

    Après la mort de Hanzo en 1596, son successeur prit le nom de "Hattori Hanzo", une pratique qui devint une tradition des dirigeants Iga et perpétua un mythe selon lequel Hattori Hanzo était immortel.

    Mochizuki Chiyome

    Mochizuki Chiyome est probablement la kunoichi (femme ninja) la plus célèbre de tous. C'était une femme noble, l'épouse du seigneur de guerre samouraï Mochizuki Nobumasa, et on disait qu'elle était originaire du clan ninja Koga.

    Au cours du XVIe siècle, son mari était parti à la guerre et Chiyome fut confiée aux soins de l'oncle de son mari, le célèbre daimyo Takeda Shingen. Shingen a approché Chiyome et lui a donné la mission de recruter des femmes et de les former en tant que réseau clandestin d'agents d'espionnage féminin.

    Femme Ninja


    Chiyome a établi son siège social au village nazu dans la région de Shinshu et a recruté jusqu'à 300 jeunes femmes. Principalement des orphelines, des anciennes prostituées et des victimes de guerre. Alors que la plupart des habitants croyaient que Chiyome dirigeait un orphelinat non officiel pour les filles victimes, Chiyome les entraînait en secret à faire partie de son réseau élaboré d'espionnage.

    Entraîné à utiliser des déguisements tels que celui de miko (prêtresse du sanctuaire shintoïste), de prostituée ou de geisha à des fins d'espionnage ou d'assassinat. Le réseau kunoichi de Chiyome a servi Shingen pendant des années jusqu'à sa mort mystérieuse en 1573.

    Fuma Kotaro

    Le clan Fuma est unique parmi les ninjas car il s'est développé indépendamment des Iga et des Koga au service du clan Hojo à Odawara.

    Jonin Fuma Kotaro était le chef de la cinquième génération du clan et le plus célèbre. A cette époque, le clan Fuma se composait d'une bande de 200 miliciens travaillant comme brigands, pirates et voleurs au service du Hojo.

    Fuma Kotaro


    En 1580, Katsuyori, le fils de Takeda Shigen, attaqua le Hojo au château d'Odawara et pendant la nuit, Kotaro et ses hommes s'infiltrèrent secrètement dans le camp Takeda et causèrent tant de perturbations et de chaos que les hommes Takeda se mirent à se tuer dans la confusion.

    En 1590, les Hojo furent vaincus par Toyotomi Hideyoshi et les Fuma furent réduits à des bandits ordinaires. Une histoire populaire (bien que probablement fausse) est qu'en 1596, Kotaro assassina Hattori Hanzo mais fut ensuite trahi à son tour, et finalement décapité par ordre de Tokugawa Ieyasu en 1603.

    Jinichi Kawakami

    Jinichi Kawakami d'Iga est surnommé le dernier ninja. 

    Ce vieux maître a commencé à étudier l'art du ninjutsu alors qu'il n/ avait que six ans. On lui a enseigné les techniques d'espionnage, les techniques de combat et également toute ce qu'il y a à savoir concernant la chimie pour confectionner des poisons.

    Sensei


    Cependant, Senseï Kawakami a pris la lourde décision de ne plus propager l'enseignement Ninja à d'autres apprentis. Il précise dans sa démarche que même si les personnes modernes apprennaient, ils ne pourront utiliser tout le savoir du  ninjutsu. On ne peut pas s'entrainer pour le plaisir au meurtre ou les poisons

    Ainsi, cet art légendaire et sacré ira peut-être dans la tombe avec lui !

    (OU NON)...

    Car l’art Ninja n’est il justement pas de se confondre dans le décor, de perfectionner son invisibilité et de surprendre son ennemi telle une ombre.

    D’ailleurs cette ombre derrière vous… Est ce bien la votre ?

    En attendant de savoir si cette ombre est bien la tienne, on te laisse découvrir dans notre boutique japonaise le meilleur de l'accessoire ou masque ninja (notamment : t-shirt japonais, tableau japonais, masque japonais, noren etc...)

    masque-ninja

    --------------

    Shogun Japon est une communauté bienveillante, toutes les images de Shogun Japon sont réservées à un usage personnel, l'utilisation commerciale est interdite, si vous êtes l'auteur et que vous constatez que cette image est partagée sans votre autorisation, rapport DMCA, veuillez nous contacter


    Laissez un commentaire

    Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

    Recevoir en exclusivité nos dernier articles