Setsubun : la fête du démon japonais

setsubun

Si tu te promènes au Japon le 2, 3 ou 4 février, tu remarqueras des gens jeter des haricots sur des personnes portant des masques d’Oni (鬼, ogre, démon). Cela peut sembler étrange mais cela se passe réellement ! Dans cet article, nous allons parler d'un événement très amusant au Japon, le Setsubun no Hi !

Setsubun no hi (節分の日) marque le début du printemps selon le calendrier lunaire japonais. Ce n'est pas une fête nationale au Japon mais elle est largement célébrée dans tout le pays et très appréciée des enfants.

Après la lecture des quelques paragraphes qui vont suivre, les mystères entourant cet événement n’auront plus aucuns secrets pour toi !

Découvrons à présent tout cela ensemble... 

Les origines du festival Setsubun 

setsubun-japon

En général, on pense que le Setsubun tire ses racines de la Chine. Il a été introduit au Japon pendant la période Heian (794-1185), car il apparaît dans les archives et documents historiques datant de cette époque. Pendant la période Muromachi (1336-1573), on a commencé à lancer des haricots pour chasser les démons et mauvais esprits symbole d’un destin funeste. 

Avant 1873, le nouvel an japonais suivait le calendrier lunaire. Mais avec l'adoption du calendrier grégorien pendant la période Meiji, l'importance du nouvel an est passée de fin janvier/mi-février du calendrier lunaire au 1er janvier. Même si la date officielle du nouvel an japonais a changé, Setsubun est resté un jour célébré afin de marquer le changement des saisons. 

Il est écrit que durant le Nouvel An lunaire, le monde des esprits rencontre le nôtre, permettant aux esprits de croiser nos chemins et même d'entrer dans nos maisons. On pense que certains de ces esprits apportent des maladies et de la malchance à une famille, et doivent être purgés de la maison avant le début de la nouvelle année. 

Date de Setsubun 

L'une des caractéristiques que tu dois retenir de Setsubun est que la date de l'événement n'est pas fixe. Elle peut changer en fonction de Risshun (立春, début du printemps) qui a également une date flexible entre le 2 et le 4 février. La raison est simple si la plupart du temps le début du printemps tombe le 4 février, selon les positions relatives de la Terre et du Soleil, il peut arriver qu’il y ait un petit décalage (en raison du fait que la Terre ne tourne pas autour du Soleil en exactement 365 jours) causant la fluctuation du risshun entre le 3 et le 5 février selon les années. Ainsi certaines années le Setsubun est célébré le 2 ou bien le 4 février.

Le haricot, meilleure arme contre les mauvais esprits ! 

setsubun-festival-kyoto

Chaque année, le Setsubun (節分 ou “division des saisons”) marque la fin officielle de l'hiver et le début du printemps et est lié aux célébrations traditionnelles du Nouvel An de l'ancien calendrier lunaire. 

Le mamemaki 

Avec la division des saisons vient l'occasion de prendre un nouveau départ, aussi un rituel spécial est-il organisé ce jour-là pour chasser les mauvais esprits de la saison précédente qui pourraient être porteurs de malchance ou de maladie. Ce rituel s'appelle mamemaki (豆撒きou “semis de haricots”) et consiste, dans la plupart des foyers, à lancer des haricots de soja grillés soit à l'entrée de la maison, soit sur quelqu'un (généralement l'homme le plus âgé du foyer) qui a bien voulu endosser le rôle des forces obscures invisibles en portant un masque d’Oni. Tout en lançant des haricots, les participants crient “oni wa soto !” (鬼は外 ! “Démons sortez !”) et “fuku wa uchi ! “ (福は内 ! “bonne chance dedans !”). 

Pourquoi des haricots ?

Ces haricots séchés sont appelés fukumame (福豆 ou “haricots porte-bonheur”) et sont traditionnellement censées purifier la maison des mauvaises influences. De nos jours, ce rituel est peut-être moins motivé par une croyance traditionnelle que par la simple joie de faire pleuvoir des haricots sur un pauvre type portant un masque. Une question peut se poser : pourquoi les mauvais esprits seraient-ils si terrifiés par d'innocents petits haricots ? Une réponse à ce mystère se trouve dans la prononciation du mot japonais pour haricot (豆) qui est “mame” dont la signification plutôt dramatique serait “destruction du diable” !

Les Oni : Ogres, Démons, Yokaï c’est quoi ?

demon-oni-setsubun

Une chose qu'il convient aussi d'expliquer, ce sont les Oni. Ce sont des Yokaï(妖怪), des êtres surnaturels qui vivent dans la psyché (au moins) des Japonais. La plupart du temps, ils sont représentés comme des ogres monstrueux et cornus, vêtus de peaux de tigre et portant des massues hérissées de pointes de fer. 

On trouve des créatures similaires dans toute l'Asie, en fait, en remontant jusqu'en Inde et ses Rakshasas. On raconte que Bouddha, au cours de sa carrière de prêcheur du Dharma, a converti des tribus de Rakshasas au bouddhisme. Ils ont ensuite été employés pour protéger les temples, les monastères et les moines qui y vivaient. L'image du Rakshasa s'est transformée en “déités courroucées” du bouddhisme Mahayana, des protecteurs effrayants que l'on propitiait. Lorsque le bouddhisme est arrivé au Japon, des visages ont été donnés aux boogie-men qui rôdaient dans les bois selon la mythologie japonaise. 

Les Oni apparaissent de temps à autre dans les anime et les mangas, et l'âge d'or des anime nous a donné deux Oni particulièrement mémorables. Il ne s'agissait pas d'Oni normaux, mais de jolis Oni. La série Urusei Yatsura de Rumiko Takahashi mettait en scène Lum, un extraterrestre fou d'amour dont la race d'extraterrestres était, dans l'histoire, l'inspiration pour les Oni. Bikini en peau de tigre et bottes de go-go, mignonnes petites cornes... comment ne pas aimer ? Urusei Yatsura était une série très populaire à son époque, et a influencé de nombreux anime et mangas par la suite. 

Les plus grands rassemblements du festival Setsubun au Japon

festival-japonais-setsubun

En dehors de la version “fêtez-ça en famille”, de nombreux sanctuaires et temples japonais organisent généralement des célébrations de Setsubun ouvertes au grand public. Lors d'un événement typique dans certains des lieux les plus célèbres, tels que le temple Zojoji à Minato ou Ikegami Honmonji dans la ville d'Ota, des célébrités, des lutteurs de sumo et des dignitaires locaux lancent des graines de soja ou des paquets de haricots porte-bonheur et parfois même des bonbons, des cadeaux et des prix depuis une scène ou un balcon vers la foule qui crie en bas. 

Si tu prévois néanmoins d'assister à un événement mamemaki en plein air, veille à t'emmitoufler et à te méfier des objets volants (parfaitement identifiés pour le coup). Un autre bon conseil est d'emporter un sac à provisions vide pour avoir plus de chances d'attraper quelque chose et éviter d'être impliqué dans une mêlée au niveau du sol. Veille également à prendre note de toute variation du “Oni wa soto ! Fuku wa uchi !”, car certaines cérémonies se concentrent uniquement sur le thème de la chance et omettent complètement les démons.

Les activités proposées durant le Setsubun

Les festivals publics de Setsubun peuvent attirer de très grandes foules de visiteurs pour diverses raisons, certains intégrant également des rituels, des spectacles et un esprit communautaire supplémentaire. La fête Setsubun du temple Sensō-ji d'Asakusa comprend une danse spéciale des sept dieux de la chance, tandis que le temple Zōjō-ji, surplombé par la tour de Tokyo, organise un Setsubun Tsuina Shiki connu pour ses stars de haut niveau, qui attire de nombreux fans espérant apercevoir leurs artistes préférés en même temps que leurs haricots. 

L'Ikegami Honmon-ji à Ota-ku revêt une importance particulière pour les fans de lutte japonaise car c'est le lieu de sépulture du grand Rikidozan, “le père du Puroresu”, et chaque année, de nombreux lutteurs professionnels participent à un rituel de lancer de haricots particulièrement farouche ! Le Tengu Matsuri de Shimokitazawa est un festival unique intégrant des rituels Setsubun, bien que ceux-ci soient quelque peu éclipsés par le défilé d'un gigantesque masque de tengu (天狗, chien céleste) dans les rues. 

Tradition culinaire de Setsubun

setsubun-fgo

Après avoir banni les démons de la maison ou du temple, il est censé porter chance de manger le nombre de haricots correspondant à votre âge.

Mais il existe également quelques variantes régionales des activités gastronomiques de Setsubun, notamment le rouleau de sushi “chanceux” ehomaki, qui est né dans la région du Kansai mais dû fait de son succès celui-ci est devenu un phénomène national. Tu peux acheter ton ehomaki standard dans n'importe quel magasin de proximité ou supermarché ou même t’offrir un ehomaki “premium” - il n'est pas garanti que tu aies plus de chance mais il pourrait être plus délicieux. Le rouleau entier doit être mangé sans être coupé, dans un silence complet, en faisant face à la direction chanceuse de l'année où il est mangé (généralement inscrite sur l'emballage) !

Si tu crains que les haricots ne suffisent pas à éloigner les oni, tu peux également essayer de manger des sardines grillées et de fabriquer une décoration plutôt horrible appelée “hiiragi iwashi” en attachant l'une des têtes de poisson à une branche de houx et en la plaçant devant votre porte. 

hiiragi-iwashi

Tout le monde sait que les mauvais esprits et les démons n'aiment pas les poissons qui sentent mauvais ni les objets pointus (comme les feuilles de houx...) qui risquent de leur crever les yeux ! Le talisman hiiragi iwashi est principalement une tradition de Kanto et de Nara et n'est certainement pas une pratique courante à Kyushu ou à Hokkaido, donc si tu essayes de le faire, sache que tes voisins pourraient s’en moquer. 

Le Setsubun au 21e siècle

Alors que les rituels et les célébrations nippones dans les temples, les maisons et les jardins d'enfants restent les mêmes, le Setsubun est lentement coopté comme une opportunité de merchandising saisonnier, un peu comme Noël, Halloween et la Saint Valentin. Les ehomaki haut de gamme et les masques oni de luxe sont de plus en plus populaires et il est facile de se procurer un costume oni de la tête aux pieds dans les magasins.

lancer-de-haricot

Les annonceurs profitent également du sentiment rafraîchissant de Setsubun pour promouvoir leurs services, que ce soit sous la forme d'une vidéo de recrutement ou d'un couple d'oni acrobatiques et sexy consommant des barres nutritives. La scène des boîtes de nuit d'Osaka propose une poignée d'événements sur le thème du Setsubun obake où tu peux te déguiser, boire et danser jusqu'à la fin de l'hiver. Ces dernières années, Tokyo a accueilli le spectaculaire Sugoi Mamemaki, une sorte de soirée hyper costumée où l'on lançait des haricots, avec des idoles, des comédiens, des tonnes de haricots et des lunettes de protection. tout ce dont tu as besoin est un paquet de haricots et un masque en papier.

Setsubun, un moment de bonheur à partager

Pour conclure, tu l'as compris, Setsubun est avant tout un moment unique pour se retrouver, partager et s’amuser en famille ou entre amis dans la joie et la bonne humeur. Grâce à cet article, tu en sais beaucoup plus sur cette fête nationale japonaise. Nous avons retracé chaque étape menant à l’origine de Setsubun et sommes donc en mesure d’en comprendre les aspirations. 


Écrire un commentaire

Les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés