Bosozoku Japon

Bosozoku -

BOSOZOKU ET LA MODE JAPONAISE

Le Japon et les motards ont eu une influence majeure dans le monde de la mode…

Le mot bosozoku (暴走族) se compose du terme boso qui se traduit par conduite imprudente ou course folle et du terme zoku qui signifie clan en japonais. Les bosozoku étaient des gangs de jeunes japonais dans les années 1970-1980

Le mot Bo est aussi associé à boryokudan qui correspond à bandit. Ils conduisaient dangereusement en faisant un maximum de bruit. C'est une contre-culture qui consiste à modifier sa moto ou voiture en y ajoutant des accessoires tunning. Cette culture japonaise possédait son propre code vestimentaire !

Maintenant que l'introduction est faite, bienvenue dans le monde à haut volume, à forte adrénaline et à haut risque des «  Bosozoku », la sous culture japonaise du motard, où le style règne en maître. Les gangs Bosozoku ont une histoire, une mentalité et une identité visuelle distinctes.

Nous verrons donc dans cet article :

  • Quelle est l'origine des Bosozoku ?
  • Comment était composé les gangs ?
  • Quel est le style Bosozoku ?
  • Quelle est la culture Bosozuku ?
  • Quel est le lien entre le style Bosozoku et la mode d'aujourd'hui

mode-japonaise

Origine historique et mode japonaise

Le pays du Soleil Levant a deux longueurs d'avance en termes de style par rapport au reste du monde. Les Japonais ne se contentent pas de tendances superficielles, ils plongent a pied joint non pas pour une mode mais dans un style de vie à part entière, ce qui au fil du temps le rend d'autant plus personnel.
Autant te dire que si tu souhaites faire un cadeau unique et orignal, une inspiration japonaise est idéale. Je t'invite à consulter notre rubrique blog pour en savoir plus sur cette culture et notre article sur le Cadeau Japonais parfait.

1. Origine des Bosozoku

Avant de s'ouvrir à la culture occidentale au début des années 1850, les Japonais vivaient dans une bulle fermée, uniquement en fonction de leur propre culture et histoire. Mais à mesure que les temps changeaient, le Japon changeait aussi, modernisant de façon impressionnante sa culture et son économie à un rythme indéniablement rapide.

Boutique Japonaise

Dans les années 1950, le Japon avait vu son pays prospérer, puis s'était enfoncé dans la Grande Dépression avant la Seconde Guerre mondiale. La fin de l'occupation alliée en 1952 a été la pierre angulaire des débuts du streetwear japonais. Les Américains avaient apporté beaucoup de produits de tous les jours, y compris des vêtements, pendant l'occupation. Pendant une vingtaine d'années, ces mêmes vêtements ont été une source d'inspiration pour les jeunes artistes qui ont inspecté les pièces et les ont ensuite réinventées, généralement en restant fidèles à leurs racines mais en ajoutant des personnalisation grâce à l'utilisation de détails supplémentaires.

Ainsi l’origine des Bosozoku remontent aux années 1950, lorsque de nombreux anciens combattants ont lutté pour s'acclimater aux nouvelles réalités d’après-guerre. Comme un paysage décimé et une démocratie fragile. L'industrie automobile était particulièrement paralysée ; en particulier, Toyota qui a failli faire faillite alors qu'elle se débattait pour passer du statut de fabricant de camions en temps de guerre à celui de fabricant grand public.

Kaminari Zoku

2. Evolution des bosozoku

L'histoire nous raconte que la période qui suit une guerre mondiale influence fortement la culture automobile. Après la Première Guerre mondiale, les Italiens, comme le poète Filippo Tomasso Marinetti, ont défendu l'idée que "nous affirmons que la magnificence du monde a été enrichie par une nouvelle beauté : la beauté de la vitesse. Une voiture de course dont le capot est orné de grandes pipes... est plus belle que la Victoire de Samothrace (qui représente la déesse de la victoire) ».

Après la Seconde Guerre mondiale, une communauté florissante de fanatiques de la moto composée à la fois de soldats de retour au pays en recherche d'adrénaline et de jeunes mécontents du climat actuel influencés par des films étrangers comme « Rebel without a Cause » est née au Japon. Bien que d'abord connu sous le nom de "kaminari zoku" ou "tribu du tonnerre", le terme "bosozoku" (qui signifie en gros "tribu de la vitesse violente") a été inventé dans les années 1970, lorsque des émeutes ont éclaté et que la culture motard est devenue plus criminelle.

Membres des Bosozoku

1. Classe ouvrière japonaise

Les gangs se composaient principalement d'adolescents de la classe ouvrière. Au début, la sous-culture était exclusivement masculine. Mais dans les années 1980, les petites amies des motards ont commencé à rejoindre les rangs. Voir à créer leur propre mouvement.

2. Sukean

Cette sous-culture en plein essor s'appelle sukeban. Cette dernière dispose d'un esthétique unique comme tu peux le voir sur la photo ci-dessous... Cette sous culture se compose essentiellement d'adolescentes...

Sukeban


3. Jeunes délinquants

Les Bosozokus sont devenus célèbres pour leurs conduites imprudentes, leurs gouts pour transiger les lois et leurs penchants pour la violence. Tout en conduisant leurs bolides, ils maniaient simultanément des épées en bois, des battes de baseball, des pieds de biche en métal. Et, à l'occasion, ils lançaient un cocktail molotov contre leurs ennemis et ou la police.

Les attitudes conflictuelles et contre-culturelles s'exprimaient dans un style unique et singulier, qui est bien loin de l'air rude des bandes de motards occidentales comme les Hell's Angels.

Bosozoku Style Clothing

1. Uniforme bosozoku

L'uniforme bosozoku connu sous le nom de tokko fuku (dont la traduction littérale est "costume d’assaut spécial") est une combinaison brodée, inspirée des travailleurs et des pilotes kamikazes de la Deuxième Guerre mondiale. Les "costumes d'assaut" sont ornés de slogans personnalisés, de logos de gangs, de kanji et de drapeaux impériaux. Indiquant la complexité de leur appartenance et de leur allégeance.

Les costumes sont parfois portés ouverts afin de révéler un torse bandé (appelé haramaki) sont accompagnés d'un pantalon ample et de grandes bottes militaires.

2. Accessoires bosozoku

Les accessoires Bosozoku sont souvent des bandeaux (hachimaki) illustrant des slogans de combat. Comme par exemple : « que la police soit damnée » ou « apportez-la mort ». Ils portent aussi des lunettes de soleil rondes, des masques chirurgicaux, des boucles d'oreilles pendantes, et des châssis tasuki.
Au niveau du style capillaire, la coiffure Pompadour proéminente est un must have 
grâce à une paire ciseaux de coiffure japonais.

Ciseaux De Coiffure Japonais


Les Bosozoku sont souvent reconnus comme le premier échelon de la mafia japonaise. Les yakuza et les bosozoku partagent une alliance de longue date. Le symbole d'appartenance des tenues bosozoku est si fort que même les brodeuses de tokkō-fuku sont accusées d'être complices de cette délinquance juvénile. En 2002, le tribunal de la famille d'Osaka a autorisé une demande de confiscation par la police du tokko-fuku porté par les motards locaux. Affirmant que les uniformes inspiraient "la peur et incitait à une conduite imprudente". Un ancien membre du bosozoku s'est battu jusqu'à la Cour suprême du Japon pour déclarer une ordonnance inconstitutionnelle.

3. Moto Tuning

Ces tenues japonaises personnalisées sont associées à des motos tuning. Pour le bosozoku, l’important est d’être le plus bruyant et voyant que possible. L’ajout de pot d’échappement percé pour augmenter le bruit de leur moto est un must have. En plus de leur pot d’échappement illégal, les motos sont munies de peintures flashy. C’est une référence aux flammes et au drapeau du soleil levant. Des trompettes à cornes sont souvent ajoutées, ainsi que d'un guidon surélevé et étroit. Les modifications varient souvent d'une région à l’autre. Les tenues et les motos sont estampillées de signe de clan different selon la ville ou la région. 

Tokko Fuku

Culture Bosozoku

Estevan Oriol, mondialement connu pour ses images de la culture des motards à Los Angeles, est l'un des rares photographes à avoir pu réaliser un documentaire sur les bosozokus. Au cours de diverses visites au Japon lors des 20 dernières années, Oriol a pu se rapprocher de cette sous-culture explosive.

1. Style individualiste et identité collective

Oriol a pu suivre le rythme de ces jeunes agressifs, les accompagnant lors de leurs poursuites policières nocturnes et même lors d'un voyage de masse au Mont Fuji. Oriol s'est efforcé de capter la capacité du bosozoku à exprimer un style individualiste tout en conservant une identité collective.

Bosozoku Honda


"La moto de chacun avait son propre style et personnalisation, mais elle était aussi représentative de l'ensemble du groupe", explique Oriol. « Elles ont tous été stylisées selon leurs goûts et leurs budgets. Certaines étaient vraiment folles et bien finies pour en faire des bosozoku honda par exemple totalement unique. A contrario certaines et notamment celles des adolescents étaient moins personnalisées
. Mais malgré les différences, tous les membres étaient considérées comme des bozosoku à part entière."

2. Pourquoi adopter la culture bosozoku ?

Les adolescents de la classe ouvrière sont devenus bosozoku pour les mêmes raisons que les autres qui rejoignent les gangs. Ils offrent un exutoire à l'insatisfaction micro et macro sociale. Le mépris pour le statu quo se heurte à la camaraderie et le sentiment anti-étatique est renforcé par le nombre de ses membres. Le style de vie des bosozoku est enraciné dans le désir de remplacer la monotonie par le chaos. Alors que la société les considère comme une redoutable nuisance, les bosozoku se considèrent comme des porteurs de flambeau contemporains de l'esprit traditionnel des samouraïs.

Gang Japonais


Leur esprit anarchique extérieur s'accompagne d'une structure interne extrêmement hiérarchisée, où le respect des anciens et du rang est primordial. La rébellion flagrante des clans contre la culture du conformisme japonais suscite l'indignation des foules conservatrices. Souvent décrits comme les "chevilles carrées" dans les "trous ronds" du Japon, les bosozoku gang attirent l'attention du public sur les maux de société que la culture dominante cherche à supprimer et à cacher.

3. La culture bosozoku et le japon

L'âge d'or du bosozoku où le nombre de membres a culminé à environ 42 500 en 1982 est révolu depuis longtemps. Les rapports de la National Policy Agency ont montré qu'en 2017, le nombre de membres s'était réduit à environ 6 200. Cela est dû en partie à une loi adoptée en 2004 qui a donné à la police le pouvoir d'arrêter des motards imprudents dans des groupes de masse. Augmentant ainsi les risques de graves répercussions juridiques pour les membres.

Style Japonais

Des enjeux plus élevés ont été associés à la récession économique, ce qui signifie que les motards potentiels avaient moins de revenus. Bien que les bosozoku existent encore aujourd'hui, leurs actions sont beaucoup moins gênantes et violentes. Les bosozoku plus âgés se moquent des jeunes générations qui portent des casques ou même "pire", ont échangé leurs motos contre des scooters. Ce qui n'a pas changé avec le temps, c'est la manière de s'habiller en bosozku et son rôle intégral dans la sous-culture.

Leur tenue scande : " Voilà qui je suis et j'assume ce que je fais ", dit Oriol pour les décrire.

Bien que le style bosozoku conserve son style unique et atypique.

Bosozoku Gang


Il influence aujourd’hui les tendances mondiales de la mode aujourd’hui. Des tenues similaires également connues sous le nom de « combinaisons » sont très appréciées dans le monde de la rue. Au cours des dernières années, ce style a fait irruption  dans le monde du streetwear. Il est aussi apparu dans les grands défilés de mode comme ceux Prada, Burberry, Junya Watanabe, pour ne nommer que ces derniers.

Dans la culture nippone, des mangas animés comme Akira se sont clairement inspirés de cet univers japonais.

Streetwear Japonais

Ce style streetwear a un véritable essor, grâce notamment à Gucci et à son armée de représentants hip hop comme A$AP Rocky. Le style pompidou, et les coiffures de mulet sont aussi des emblèmes des marques comme « Vetements" et récemment « Slimane-run Celine ».

1. Marque de mode

Depuis le milieu des années 2000, les regards inspirés par les moteurs sont au premier plan de l'attention des designers. Des défilés comme celui de Fenty x Puma SS18 prouvent que la culture moto ne sera peut-être jamais une référence redondante dans le monde de la mode.

Y-3 se prépare pour le lancement de sa collection SS20, centrée sur le thème de l'Artisanat.  Bosozoku, la sous-culture japonaise de la moto, informe les graphismes, y compris un "Roaring Black Crow" qui fait référence au surnom précoce de Yohji Yamamamoto et à la clameur des motos.

Vetement Japonais


2. Streetwear Japonais

La marque de vetement japonais et de streetwear Neighborhood affirme que la culture des motards du pays du soleil levant est une influence clé dans sa philosophie artistique. Le designer principal, Shinsuke Takizawa, a participé à la culture du motard lorsqu'il a lancé la marque à Harajuku en 1994.
L'incorporation fréquente de textes tentaculaires dans les collections de Neighborhood fait allusion aux éléments graphiques de l'uniforme des bosozoku.

La collaboration Akira 2017 de Supreme, une ligne de combinaisons à la fois graphiques et brodées est un clin d'œil audacieux à l'esthétique des clans rebelles japonais. Les célèbres "boy-band" Brockhampton ont également fait des combinaisons oranges brodées leur signature.

Ou se procurer des vêtement bosozoku ?

Au Japon aujourd'hui, les slogans de combat de bosozoku brodés ont été échangés contre des messages d'adoration. Les fans les arborent lors de concerts et d'autres événements pour montrer leur affection et leur dévouement aux musiciens ou aux acteurs.

Les adolescents rebelles des communautés rurales portent une combinaison brodée très similaire appelée sotsu-ran, mais ne participent pas à la culture motard. Malgré ces allusions et ces off shoots, on peut dire que le style bosozoku est loin de l'appropriation de masse. Une partie de ce qui rend l'apparence de bosozoku si unique est sa capacité à conserver son influence de sous-culture.

Pour faire honneur au bosozoku, nous avons développé une ligne de collection streetwear inspiré de cette sous-culture (t-shirt japonais, sweat japonais, bandeau japonais, masque japonais) ! On te laisse la découvrir...

Bosozoku

--------------

Shogun Japon est une communauté bienveillante, toutes les images de Shogun Japon sont réservées à un usage personnel, l'utilisation commerciale est interdite, si vous êtes l'auteur et que vous constatez que cette image est partagée sans votre autorisation, rapport DMCA, veuillez nous contacter


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Recevez nos articles dans votre boite email.