Gakuran : l'uniforme traditionnel japonais des garçons

gakuran

Le gakuran est un uniforme traditionnel japonais que les collégiens et les lycéens avaient l'obligation de porter à partir au début du 20ème siècle. Ce code vestimentaire japonais strict n'est plus seulement réservé aux écoles nippones. On le retrouve dans de nombreux autres domaines comme la pop culture, le rock la mode ou les films japonais.

Le Gakuran est l'équivalent de l'uniforme japonais pour femme : le sailor Fuku. Nous commencerons par détailler comment porter se costume japonais d'étudiant. Ensuite, nous ferons un petit point d'histoire textile en partant de l'étymologie du terme "gakuran". Après vous avoir dévoilé tradition étonnante, nous expliquerons les grandes évolutions de ce style vestimentaire japonais

L'histoire du Gakuran

gakuran-button

La première apparition de l'uniforme d'étudiant japonais Gakuran se fait en 1879 à Tokyo par l'école de la famille impériale. Six années plus tard, il est adopté par l'Université Teikoku de Tokyo et par presque toutes les autres institutions scolaires, collèges et lycées. Pour sa conception, les japonais se sont inspirés des uniformes de l'ancienne armée de Prusse. 

La traduction du terme "gakuran" est très intéressante à étudier. "Gaku" veut dire étudiant tandis que "ran" veut dire "occident". Ce mot japonais se traduit donc par "étudiant d'occident". Il s'appelle ainsi car ce chemiser bleu marine s'inspire également des tenues militaires françaises de l'époque. La France est choisie pour modèle, car son système d'instruction était réputé pour être le meilleur du monde.   

Comment se compose le Gakuran ? 

gakuran-achat

L'uniforme japonais gakuran se porter avec :

  • Un chemiser ample en coton bio bleu marine,
  • Une veste de costume à manches longues, à col rond ou col montant, qui se boutonne de haut en bas.
  • Les boutons sont toujours propres à l'emblème de l'école. Il s'agit d'un signe de respect envers l'établissement.
  • Un pantalon noir classique avec une coupe droite et une taille haute, auquel vient s'ajouter une ceinture noire.
  • Les chaussures ne font pas partie de l'uniforme. Le choix est donc libre si vous désirer arborer un magnifique costume cosplay...

Les étudiants du pays du soleil levant portent parfois des mocassins, des escarpins, ou encore des baskets basses dans de rares cas. Les écoles ordonnent parfois aux élèves de porter une épingle au niveau du col pour indiquer leur niveau (première année, dernière année...). Par le passé, une casquette assortie à la tenue était obligatoire. 

Le style bosozoku et le gakuran

crow-zero-uniforme

Avec le temps, de nombreux dérivés du Gakuran ont émergé. Les étudiants se sont appropriés cet uniforme stricte pour le reconvertir selon leur goût, ou en signe de protestation.

Nous pouvons notamment parler du style Bososoku qui est un style de streetwear Japonais. Cette mode est survenue suite à la virulence du gang des Bosozoku. Par définition, un bosozoku est un délinquant (souvent des étudiants), qui conduisaient des motos à grandes vitesse. De nombreux groupe de rock japonais se sont emparés de ce style décontracté. Nous pouvons parler par exemple d'un célèbre groupe de 1997 : KISHIDAN. 

Dans le film nippon crow zero, nous suivons les aventures de jeunes étudiants qui s'affrontent dans des combats à main nue.

La tradition du deuxième bouton du Gakuran  

Les étudiants japonais ont une façon bien particulière de déclarer leur flamme. Pour dévoiler leur amour, une tradition consiste à offrir à l'être aimé le deuxième bouton du haut à col. Le deuxième boutton est offert car c'est celui qui se situe le plus proche du cœur. Symboliquement, recevoir ce bouton revient donc à recevoir le cœur de la personne. On raconte que cette coutume japonaise provient d'un roman du grand écrivain chinois Taijun Takeda dans lequel il se passe une scène similaire.

Une autre théorie prétend que la tradition remonte au temps de la deuxième guerre mondiale. Les soldats offraient le deuxième bouton de leur uniforme militaire à leurs proches. L'objectif était de leur laisser un souvenir au cas où ils trouveraient la mort sur le champ de bataille. 

Le gender jumping gakuran

Pour ne pas faire de jaloux, l'uniforme pour les hommes a trouvé aussi une forme féminine. La chaîne de magasin japonais Village Vanguard est à l'origine d'un vêtement qui se fait appeler Seishun Gakuran One-Piece. Ce dernier s'adresse aux filles qui souhaitent porter une version adaptée du gakuran. Il est identique à la version masculine à un détail près : il est découpé de manière à couvrir tout le haut du corps. Ces nouvelles tendances chics conviennent pour toutes les occasions.

Le gakuran pour les filles : Sailor fuku

gakuran-pour-fille

On retrouve la même idée du côté des filles avec le gang d'écolières japonaises des Sukeban. Ces dangereuses et violentes étudiantes modifiaient leur uniforme traditionnel dont la version classique se nomme Sailor Fuku.

On peut retrouver l'une d'entre elle dans le célèbre film de Quentin Tarantino "Kill Bill Volume 1". Lors d'une scène de combat dans une maison japonaisem,  le personnage de Gogo Yubari manie une arme de sukeban dotée d'une chaîne et d'un boulet.

Ce style pour les femmes combine des jupes sexy avec d'élégants et originaux chemisiers de marin.

L'uniforme gakuran dans les manga

gakuran-anime

Le japon compte de nombreux mangas qui mettent à l'honneur des héros lycéens. Dans cet art japonais, nous pouvons régulièrement retrouver le gakuran. Les œuvres les plus incontournables contenant l'uniforme traditionnel sont School Rumble et Kuroko's Basket.

Nous pouvons aussi mentionner Yusuke Urameshi qui est le personnage principal de l'animé Yu Yu Hakusho. Ou encore Mob Psycho 100 qui est un lycéen doté d'un immense pouvoir de télékinésie.

Il arrive souvent que les productions en question prennent des libertés en montrant des gakuran possédant des coloris différents de la tradition. Ils peuvent notamment être noir-et-blanc, multicolore, beige, kaki, ou posséder des imprimés à rayures. 


Écrire un commentaire

Les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés