Temple Japonais : le lieu de culte du bouddhisme zen

Temple-japonais

Les temples du Japon renferment de nombreux secrets !

Dans cet article, nous allons vous révéler leur histoire et les mystères de leur architecture. Mais aussi toutes les traditions qui peuvent exister dans l'enceinte de ces lieux sacrés. On ne comprend pas toujours bien la différence entre un temple et un sanctuaire, nous allons vous l'expliquer de façon concise. Nous finirons par vous dresser une liste des temples les plus populaires du pays. 

Exclusivement consacrés à la religion Bouddhiste, les temples prolifèrent au Japon depuis le 7ème siècle. On compte aujourd'hui 77 000 temples. On reconnaît ces derniers à leur nom. Ils finissent toujours par «tera, ji ou bien encore in». Quant à eux, les sanctuaires commencent toujours par «jinja, jingu ou bien encore taisha». 

Histoire des temples japonais

Le tout premier temple du japon est construit juste après que la Corée importe la religion, au 6ème siècle (il n'existe plus aujourd'hui). Bien que venue d'ailleurs, il ne faut pas longtemps à cette nouvelle pratique pour s'établir sur le sol du pays du soleil levant. Les codes, les textes et les rituels sont déjà bien place. Car cette foi existe en Inde depuis l'an 500 avant Jésus-Christ. Si vous voulez en savoir plus sur cette tradition, nous vous invitons à consulter notre guide sur la religion zen.   

C'est seulement un siècle après son arrivé au Japon que Bouddha devient le dieu principal du peuple nippon (au 7ème siècle). C'est précisément à ce moment que les temples se font bâtir par centaine. Le Bouddhisme ne joue pas seulement un rôle religieux. Il est un élément culturel très important au développement  du pays. Au sein de ces lieux du culte, l'enseignement vient s'ajouter à la prière. Les temples sont l'unique moyen pour la population qui n'est pas noble d'accéder à la connaissance : calcul, écriture et lecture. Les multiples fonctions des moines ne s'arrêtent pas là. Ils avaient aussi pour obligation de s'occuper des registres de décès, de naissances et de mariages. Ce qui constitue le tout premier état civil japonais

Temple japon 

Architecture du temple bouddhique 

Au commencement du Bouddhisme au Japon, les constructeurs tentent de reproduire à l'identique les édifices religieux de la Chine et de la Corée. Rapidement, on constate que le climat très particulier du pays nippon ne permet pas d'utiliser le même modèle de bâtiment. Le temps pluvieux et humide oblige un toit courbé. Faisant la moitié de la taille de toute la bâtisse, la toiture a aussi la particularité d'être gigantesque. Il s'agit des deux plus grandes spécificités des temples japonais, c'est en cela que l'on peut les distinguer.   

Contrairement à la Chine qui utilise aussi de la pierre, le japon utilise exclusivement du bois de grande qualité. Ce dernier est assemblé grâce à une technique traditionnelle japonaise appelée kigumi. Elle ne nécessite aucun cloue, aucune colle et aucune vis. Elle permet néanmoins la solidité qu'exige un pays qui connaît régulièrement de puissants tremblements de terre. Vous pouvez cliquer sur le lien suivant si vous voulez en savoir plus sur cette technique

Les traditions au sein du lieu de culte

Avant de pouvoir entrer dans le temple pour y prier, il existe un rituel obligatoire : celui de la purification. Devant chacun de ces lieux de culte se trouve un point d'eau, il peut s'agir d'un bassin de pierre ou bien d'une fontaine. Les fidèles doivent se verser de l'eau sur la tête et les mains à l'aide d'une louche. Le but est de se nettoyer de ses péchés afin de ne pas salir l'endroit sacré. 

Une fois cela fait, le croyant peut accéder au temple. Il doit ensuite déposer une offrande dans la boîte dédiée à cela. Il s'agit généralement de pièces ou de billets. La prochaine étape est de joindre ses mains en s'inclinant doucement. Il convient de répéter cette action une fois que l'on vient de sortir du bâtiment. Ce n'est pas obligatoire, mais il n'est pas rare que les Japonais fassent brûler de l'encens. C'est une marque de respect envers les défunts.  

Il existe aussi trois habitudes qui font suite à la prière :

  • Les pratiquants peuvent s'offrir un omikuji. Il s'agit d'un morceau de papier qui révèle une prédiction. Si par malheur, cette dernière n'est pas bonne, le Bouddhiste s'empresse de retourner au temple afin de faire tourner la chance de son côté. Un support est exclusivement dédié aux omikuji, il suffit d'y accrocher l'annonce pour renverser le mauvais sort. 
  • Il existe une petite plaque de bois que l'on nomme un «Ema». Il faut y noter un vœux pour ensuite l'installer à l'endroit prévu à cet effet. L'objectif est que Dieu le lise afin de l'exaucer. 
  • L'onamori est également très prisé. Il se fait surnommer «le porte-bonheur japonais» et se traduit en français par «protéger». C'est donc une amulette qui a pour but de protéger celui qui la porte. Il existe de nombreuses amulettes, et elles possèdent toutes un pouvoir différent. Certaines protègent le patrimoine, certaines protègent la santé et d'autres peuvent même assurer la sécurité routière. 

Temple bouddhiste 

Différences entre les temples et les sanctuaires

Pour bien comprendre la distinction, il est important de savoir qu'il existe deux grandes religions au Japonle bouddhisme et le shintoïsme. 

  • Le bouddhisme vient d'abord de l'Inde et commence à être appliqué au Japon entre le 6ème et le 7ème siècle. Avant même d'être une religion, il s'agit d'une philosophie et d'un art de vivre. Bouddha Amida est la seule divinité qui est vénérée, nous parlons donc de monothéisme.  
  • Le shintoïsme est une des traditions les plus anciennes du pays. En français «Shinto» se traduit par «La voie des dieux». Ce courant religieux considère que certains éléments de la nature et certains hommes possèdent une essence divine. Ces élus se font appeler « Kami » ( « divinité » en français). Les Japonais prétendent qu'il en existe huit millions. Nous pouvons donc parler d'une religion polythéiste. Vous pouvez prendre connaissance de notre article regroupant tout ce qu'il faut savoir sur le shintoïsme

Chaque religion possède un lieu de culte bien spécifique. Les temples sont consacrés au bouddhisme tandis que les sanctuaires sont dédiés au shintoïsme. Ces édifices se distinguent d'abord par leur architecture. Le moyen le plus simple pour reconnaître qu'il s'agit d'un temple est certainement la statue de Bouddha ainsi que la porte d'entrée qui se veut incroyablement imposante. 

Un sanctuaire est souvent bien plus petit. La plupart du temps, ce dernier ne possède pas plus de deux pièces. Quand à lui, le temple est toujours immense. Il se sépare en plusieurs bâtiments et en plusieurs étages. Certains espaces sont même uniquement réservés à la méditation et à l'enseignement. 

Temple bouddhiste japon 

    Les 6 temples les plus populaires du Japon 

    Le Senso-Ji

    Le Senso-Ji se trouve au plein coeur de Tokyo. C'est le temple le plus ancien de la capitale du Japon. Il est consacré à la déesse Kannon

    Le Sanjusangen-Do

    Si ce temple de Kyoto est incontournable, c'est parce qu'il abrite un total de 1001 statues divines. Les photos sont strictement interdites au sein de l'édifice. Ce n'est donc pas l'endroit préféré des touristes. Mais ceci n'est pas pour déplaire aux bouddhistes. 

    Le Kinkaku-Ji

    « Kinkaku-Ji » se traduit en français par « temple du Pavillon d'or ». Absolument sublime, ce dernier est totalement couvert d'or véritable. Il mérite amplement son classement au patrimoine mondial de l’UNESCO.

    Le Ginkaku-Ji

    « Kinkaku-Ji » se traduit en français par « temple du Pavillon d'argent ». Le constructeur de ce temple est le Shogun Ashikaga Yoshimasa. Ce dernier est l'arrière fils du bâtisseur du « temple du Pavillon d'or ». Son objectif était de concurrencer son grand-père en recouvrant le bâtiment d'argent. Malheureusement, une guerre a interrompu les travaux et son projet n'a jamais pu aboutir. Pour les japonais, cet exemple démontre que la beauté se trouve dans la simplicité. Car nombreux sont ceux qui trouvent ce temple plus élégant que le Kinkaku-Ji. 

    Le Daitoku-Ji

    Il ne s'agit pas seulement d'un seul temple. C'est un immense complexe qui regroupe 22 temples différents. 

    Le Todai-Ji

    Le Todai-Ji est une prouesse architecturale. C'est tout simplement le record du monde de la plus grande construction en bois. Ce dernier culmine à un peu plus de 48 mètres de haut, et abrite un Bouddha mesurant plus de 14 mètres.  


    Écrire un commentaire

    Les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés