Seppuku : le suicide au Japon

seppuku

On ne peut comprendre l'histoire du Japon avant sa modernisation sans connaître les samouraïs. Ces guerriers japonais d'élite, qui défendaient la nation avec leurs katanas acérés, vivaient selon le code éthique du Bushidō. L'honneur de ces combattants atteint sa plus haute expression lors du suicide rituel japonais : le seppuku.

Appelé seppuku au Japon (切腹) ou hara-kiri en Occident, le suicide rituel est une pratique honorable du code des samouraïs caractéristique de l'histoire du Japon. "Seppuku", que l'on peut traduire par "se couper le ventre" a un sens d'honneur, militaire ou punitif.

Dans cet article nous allons répondre aux différentes questions que tu pourrais te poser, comme par exemple - quel a été le seppuku le plus célèbre du Japon ? Ou encore la façon dont ce rituel particulier a été accompli ? Et qu’est-ce que le Bushidō ?

Voici le point sur l’histoire entourant ce rituel absolument hors du commun. 

Différence entre Hara-kiri et Seppuku

Tu as probablement entendu le mot hara-kiri. Bien qu'il ait la même signification que seppuku, "se couper le ventre", ils ne sont pas identiques. 

Quelle est donc la différence ? 

Le harakiri était généralement accompli sur les champs de bataille durant le japon féodal, avant d'être capturé par l'armée ennemie et de manière solitaire. C'était une mort plus douloureuse, sans aucun rituel.

Le Seppuku, par contre, avait une cérémonie soigneusement planifiée. Ce rituel était accompli lorsqu'un samouraï avait perdu son seigneur ou avait commis un acte qui avait terni son honneur.

Les Japonais préfèrent utiliser le terme seppuku, le mot hara-kiri étant considéré comme “vulgaire”.

Bushidō : le code d'honneur des samouraïs

seppuku-suicide

Le code Bushido est largement connu dans le monde entier. Il s'agit d'un ensemble de règles qui régissaient le comportement et la vie des samouraïs. Le mot “Bushi” signifie “guerrier” et la terminaison “Do” signifie “la voie”. Ou en d'autres termes, la voie du guerrier

Ce qui le rend vraiment spécial, c'est son contenu. Pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, un guerrier était régi par des lignes directrices incluant des concepts moraux tels que la loyauté, l'honneur et la compassion, entre autres. Tout n'était pas valable pour gagner le combat contre votre adversaire. Des attitudes telles que l'attaque d'un ennemi par derrière étaient strictement interdites ! 

En outre, si un samouraï salissait son honneur, le seul moyen de le restaurer était de se faire Seppuku, également connu sous le nom de Hara-kiri. Un acte de bravoure suprême au cours duquel le guerrier se transperçait le ventre avec une dague et s'ouvrait l'estomac pour se vider de son sang petit à petit dans une mort absolument atroce et douloureuse. 

Le plus impressionnant dans le code du Bushidō, c'est que ses pratiquants ont presque totalement perdu leur peur de la mort et neutralisé l'un des instincts les plus forts que l'être humain porte en lui dès la naissance : la survie. 

Selon les philosophes de l'époque, un homme qui a perdu sa peur de la mort, peut décider librement et toujours faire ce qu'il croit être juste sans s'arrêter pour penser aux mauvaises conséquences que cela peut lui apporter.

Le Bushido était régi par les 7 vertus du guerrier

valeurs-samourai

義 Gi - Justice (décisions justes).

Il était fondamental d'être équitable dans les décisions. Avant toute action, un samouraï devait se demander s'il était juste ou non.

勇 Yu - Courage

Cacher sa tête comme une autruche et ne pas oser élever la voix quand on estime que quelque chose doit être fait, ce n'est pas vivre pleinement sa vie. Il faut être capable de se démarquer d'une masse craintive et d'agir pour faire ce que l'on croit juste, même si cet acte peut présenter un risque pour soi-même !

仁 Jin - Bienveillance

De très longues années d'entraînement donnent au samouraï un grand pouvoir qui doit être utilisé à bon escient. Faire preuve de compassion et de bienveillance envers les faibles et les nécessiteux est également un moyen pour le samouraï de s'épanouir en tant que guerrier.

礼 Rei - Respect, courtoisie

La cruauté et le besoin de démontrer son pouvoir ne figurent pas en tête de liste des priorités d'un samouraï. Même ses ennemis méritent le respect. Sans ce geste, nous ne serions guère mieux que des animaux.

Makoto - Honnêteté, Sincérité absolue

La parole d'un samouraï est sacrée. Dire qu'il va faire quelque chose, c'est presque la même chose que de le faire. Il n'a pas besoin de faire une profession formelle pour s'engager. Il suffit de le dire. Les samouraïs comptent beaucoup sur leur crédibilité et celle-ci doit être impeccable.

名誉「名譽」Meiyo - Honneur

Un samouraï doit garder son honneur intact tout au long de sa vie. C'était l'une de ses principales priorités. Commettre un acte déshonorant, peut être un motif de suicide par seppuku. Le seul moyen de protéger l'honneur d'un samouraï est l'intégrité. Il faut une grande maîtrise de soi pour garder ses actions en accord avec ses convictions. C'était la manière dure du guerrier japonais.

忠義 Chuugi - Loyauté

Le mot Samouraï a pour étymologie “Samurau” qui signifie “servir”. Un guerrier devait être sous la tutelle d'un Daymio (chef de guerre) pour lequel il était prêt à donner sa vie si nécessaire. La loyauté était essentielle pour qu'un samouraï puisse mener une carrière longue et profitable.

Origines et évolution

Le code du Bushidō a évolué au fil du temps. À l'origine, il s'agissait principalement d'un ensemble de règles établies afin de bien endoctriner les soldats et de les préparer à mourir au combat si nécessaire. La loyauté a été l'épine dorsale du Bushidō pendant des centaines d'années et l'on pense que ce code est né autour de la période Kamakura. Cependant, avec l'avènement des deux cents ans de paix que le clan Tokugawa a réussi à instaurer au Japon pendant la période Edo, les samouraïs ont cessé de se battre et ont commencé à mener une vie dans laquelle ils avaient plus de temps pour la méditation, la réflexion, l'étude, la calligraphie et d'autres disciplines. Le Bushidō comprenait de plus en plus de de concepts éthiques et moraux tels que l'honneur, la bienveillance et l'honnêteté. Ils sont devenus des sujets loyaux avec un niveau intellectuel et culturel élevé, attendant toujours le moment de repartir au combat pour défendre leur nation et leur seigneur.

Le Bushido aujourd'hui

Ces vertus guerrières ont laissé une profonde empreinte sur la société japonaise qui perdure encore aujourd'hui. Leurs traces sont même visibles dans la vie quotidienne des personnes qui vivent dans ce pays. Quiconque a pratiqué les arts martiaux japonais sait avec certitude que ces vertus sont très présentes dans leurs enseignements. Des pratiques telles que la calligraphie ou la cérémonie du thé portent également en elles l'essence du Bushidō. L'honneur, la fidélité et l'honnêteté sont les 3 principes qui sont inscrits dans le subconscient des enfants japonais à la naissance. Il est étonnant de voir comment, aujourd'hui encore, ils protègent fortement l'enseignement des valeurs comme une partie fondamentale de leur vie. Et nous n'avons pas tort de dire que le code du Bushidō a beaucoup à voir avec cela.

Mort et honneur, l'adieu du samouraï

Yamamoto-TsunetomoYamamoto Tsunetomo, auteur de l'ouvrage - Hagakure, 1659 - 1719. 

L'une des phrases les plus célèbres du Hagakure est : "La voie du samouraï est la mort". Pour les samouraïs, les concepts d'honneur et de mort étaient étroitement liés. De plus, ils se sont préparés jour après jour non pas à craindre la mort, mais à la respecter. Ceci est essentiel pour mieux comprendre le développement de la cérémonie du seppuku et la raison de sa célébration.

 

De notre point de vue occidental et d'un point de vue superficiel, ce suicide des samouraïs peut sembler être une façon de mépriser la vie. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Les samouraïs chérissaient la vie, mais ils n'y étaient pas attachés au moment où ils devaient mourir.

Pour ces guerriers japonais, les seules façons de mourir avec honneur étaient soit sur le champ de bataille pendant la guerre, soit par seppuku. Être la proie de l'ennemi ou de la vieillesse était une façon totalement impensable de dire adieu à la vie dans la mentalité des samouraïs !

Développement de la cérémonie du seppuku

seppuku-filmImage tiré du film - Seppuku, de Masaki KOBAYASHI.

Le seppuku était le privilège exclusif de la caste des guerriers japonais. Ce suicide rituel pouvait être volontaire, par exemple après la mort d'un seigneur féodal (daimio), ou pour réparer un manquement au code de l'honneur. Elle pouvait également être imposée (obligatoire) par le daimio lui-même, le shōgun ou un tribunal lorsque le samouraï avait commis un vol, un meurtre ou un manquement grave à l'honneur.

Les samouraïs considéraient l'ouverture de l'abdomen par une coupe horizontale comme une façon honorable de mourir. Ainsi, ils n'ont pas été exécutés comme de vulgaires criminels et leur famille n'a pas hérité de leur déshonneur ni été privée de leurs biens.

Quelles étaient les directives pour cette célébration ?

La cérémonie se déroulait généralement dans les chambres d'un temple ou dans sa propre maison. Dans le cas des samouraïs de haut rang, elle pouvait se dérouler en plein air. Quel que soit le lieu choisi, le décès a été constaté par un groupe de spectateurs et/ou de témoins, généralement des amis et des membres de la famille. Le samouraï s'est présenté entièrement soigné et portait un kimono de cérémonie blanc.

Le kaishakunin (介錯人, L’accompagnateur)

kaishakunin

La nature de la coupure a impliqué une mort prolongée et agonisante. Pour épargner l'angoisse au mort et à ses témoins, le kaishakunin était nécessaire. Sa mission était de décapiter le mourant à son signal. Cet assistant était généralement choisi par le seppukunin (la personne qui devait accomplir le seppuku), généralement un ami de confiance. Il pourrait aussi être nommé par le daimio lui-même.

Armes utilisées

Il était d'usage d'utiliser le sabre court de l'équipement des samouraïs, appelé wakizashi, un sabre de 30 à 60 cm de long. Cependant, l'arme la plus utilisée était le tantō, un poignard japonais à double tranchant d'une longueur de 15 à 30 cm. Seule la lame de cette dague était utilisée enveloppée dans du papier de riz pour éviter que le samouraï ne se coupe les mains en la brandissant.

Un Wakizashi, sabre court du samouraï, de l’air Edo.

Tantō, la dague la plus couramment utilisée par les samouraïs pour accomplir le seppuku.

Le début du rituel

Avant de couper l'abdomen, le samouraï s'asseyait sur le sol à la manière japonaise, buvait du saké et prenait son dernier repas. Il écrivait ensuite le poème d'adieu, appelé yuigon, au dos de l'éventail de guerre. Une fois qu'il avait terminé, il retirait la partie supérieure du kimono pour faciliter la coupe, et plaçait les manches sous les genoux (pour empêcher le corps de tomber en arrière). Non, le samurai ne portait pas d'armure à ce moment-là. 

Découpage et décapitation

La coupe la plus couramment utilisée consistait à enfoncer le tantō dans le côté gauche de l'abdomen et à trancher vers le côté opposé, puis à revenir au centre et à terminer par une coupe verticale jusqu'au sternum. De toute évidence, aucun samouraï n'a été capable d'achever cet itinéraire. Bien qu'il y ait une croyance selon laquelle plus la victime fait de coupures et plus elle va loin, plus son courage est grand. Après le geste convenu entre le seppukunin et le kaishakunin, ce dernier a exécuté la décapitation. Dans la grande majorité des cas, le kaishakunin accomplissait l'acte avant que le seppukunin ne commence à couper la panse.

Coupes de seppuku Les différents types de coupes de seppuku. #photo

Le seppuku le plus célèbre : l'histoire des 47 ronin d'Ako

seppuku-47-roninLes tombes des 47 rōnin. Elles sont situées dans le temple bouddhiste de Sengaku-Ji à Tokyo.

Cet événement symbolise probablement le mieux les idéaux du samouraï : dévouement, loyauté et honneur. 

Dans l’histoire japonaise, au cours de l'année 1701, une dispute a eu lieu entre deux nobles, le daimio d'Ako, le noble Asano, et le maître du protocole, Kira Yoshinaka. L'incident a eu lieu à la cour du shogun, où Asano a blessé Kira au front avec son wakizashi (épée courte). Cet événement constitue une grave offense pour le shogun, qui ordonne à Asano d'accomplir la cérémonie du seppuku. Après le rituel, ses terres sont confisquées et ses samouraïs, 47 au total, deviennent des rōnin, c'est-à-dire des guerriers sans seigneur et sans clans.

Nous avons déjà noté plus haut que l'honneur pour un samouraï était plus important que sa propre vie. Pendant deux ans, ils complotent à Kyoto la vengeance de leur seigneur, en connaissant les conséquences, tout en vivant comme des vagabonds pour garder un profil bas. Une nuit d'hiver, ils se sont introduits dans le manoir de Kira et lui ont coupé la tête. Ils ont déposé la tête dans la tombe de leur maître, accompagnée d'un message revendiquant la paternité de l'œuvre.

Comme on pouvait s'y attendre, en 1703, le shogun ordonna la cérémonie du seppuku pour ces 47 rōnin. Depuis lors, les Japonais considèrent ces hommes comme des héros et continuent à honorer leur histoire.

Le suicide chez les femmes : Jigai

Nous avons déjà vu que le seppuku était un acte exclusif aux hommes, mais qu'en est-il des femmes ? Lorsque nous parlons de femmes à cette période de l'histoire du Japon, nous faisons référence aux japonaises de la noblesse. Comme les hommes, elles pouvaient se donner la mort pour diverses raisons : après la mort tragique de leur seigneur, lorsque leurs maris samouraïs avaient fait seppuku, pour éviter d'être violées ou capturées lors d'un siège ennemi, ou pour des raisons de déshonneur.

Le suicide des femmes est appelé Jigai ou Jigaki. Bien que la fin du seppuku et du jigai soit la même, ils n'ont eu ni le même développement ni la même valeur dans la société japonaise. Alors que le suicide masculin était institutionnalisé et avait un rituel fort, ce n'était pas le cas du jigai.

Les femmes ont commis l'acte de suicide seules, et la principale différence est qu'elles ont fait une coupure dans le cou, au niveau de l'artère carotide. C'est une mort beaucoup plus rapide et moins angoissante que pour les hommes. De plus, la présence d'un accompagnateur n'était pas nécessaire, l'une des principales raisons pour lesquelles il ne peut être considéré comme un suicide rituel.

La pratique du hara-kiri dans les siècles suivants

MishimaMishima, l'écrivain qui voulait mourir en samouraï.

Dans les premières années de l'ère Meiji, le seppuku a été officiellement interdit (1873). Toutefois, ce rituel s'est poursuivi au cours des siècles suivants. Les cas les plus notables de hara-kiri ont eu lieu pendant la Seconde Guerre mondiale. De nombreux soldats japonais ont préféré se faire hara-kiri plutôt que d'être capturés par l'ennemi. Les kamikazes, quant à eux, ont écrasé leurs avions sur des navires américains.

Yukio Mishima, le célèbre critique et écrivain japonais, a décidé en 1970 de se faire seppuku en guise de protestation.

Le cas le plus significatif, cependant, est celui de Yukio Mishima, l'un des meilleurs écrivains et critiques nippons du 20e siècle. En 1970, il décide de se faire seppuku en guise de protestation et pour se rebeller contre la misère morale du pays pour avoir adopté les valeurs et le mode de vie occidentales.

Seppuku, des traces marquées au fer rouge dans les gènes des Japonais ?

suicide-japonais-rituel

En conclusion, nous savons d’après l’OCDE que le suicide au Japon est devenu un problème de société absolument majeur aujourd’hui. En raison de l'enracinement du suicide honorable dans la tradition culturelle japonaise, cette question peut être considérée comme tout à fait acceptable et de multiples plans d’urgences ont été mis en oeuvres mais dont les résultats seraient systématiquement des échecs. Ce n'est pas le cas, par exemple, dans les pays occidentaux. Bien que ces dernières années, le taux de suicide au Japon ait diminué, il reste malheureuement le plus élevé du monde.

Dans cet article, tu sais dorénavant que la loyauté est l'une des valeurs les plus importantes avec l'honneur pour les samouraïs. Nous sommes en mesure de comprendre que la moindre entrave au code bushido, les obligent à se purifier en pratiquant le rituel du seppuku, autrement dit, à se suicider. Cet héritage à laissé des traces dans la culture japonaise, et les Japonais d'aujourd'hui font preuve de loyauté envers la famille et leurs chefs, tout comme leurs ancêtres faisaient autrefois preuve de loyauté envers les seigneurs féodaux.


Écrire un commentaire

Les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés