Shichifukujin : les sept dieux de la chance

shichifukujin

Le chiffre sept est un chiffre de bon augure depuis des milliers d'années dans les pays du monde entier, et le Japon ne fait pas exception. La philosophie des samouraïs repose sur sept principes de base (bushido), le festival des étoiles japonais tanabata a lieu le septième jour du septième mois, la naissance d'un bébé est célébrée le septième jour, un décès est pleuré pendant sept jours, et de nouveau après sept semaines.

porte-bonheurs-japonais-collection

Dans le bouddhisme, la principale "religion" du Japon (avec le shintoisme), les gens croient en sept réincarnations. Il n'est donc pas surprenant qu'il y ait sept dieux dans le shichifukujin.

Voici les sept dieux japonais de la chance :

  1. Otei : rire, bonheur et abondance
  2. Fukurokuju : chance longévité et sagesse
  3. Ebisu : apporte la prospérité
  4. Daikoku : richesse
  5. Bishamon : la reussite guerrière
  6. Benzaiten : l'amour et la chance 
  7. Fukurokujin : la longévité et la chance

Mais tout d'abord voyons dans cet article l'origine de ces sept divinités japonaises ainsi que les traditions qui gravitent autour d'elles !

Origine des Shichifukujin

Lorsque tu vois pour la première fois des images de ces sept dieux, tu peux penser qu'ils appartiennent à un magasin de jouets. Sept personnages à l'allure comique, la plupart avec des visages joufflus et de grands sourires. Cependant, les Shichifukujin sont un élément important de la culture japonaise depuis le 15e siècle (ère Muromachi).

7-divinités-du-bonheur-japon

Ils viennent de différentes régions d'Asie (principalement de Chine, d'Inde et bien sûr du Japon) et de différentes religions (principalement le brahmanisme, le bouddhisme, le taoïsme et le shintoïsme). Bien que la plupart de ces personnages aient une apparence courtoise ou érudite, ils ont été popularisés par les agriculteurs, les marchands et les artisans. Par conséquent, leurs trésors sont des choses utiles à la vie de tous les jours comme du riz, du poisson et de l'argent, plutôt que de l'or ou des bijoux.

Shichifukujin meguri : la tradition nippone

Une attention particulière est accordée à ces sept dieux du Japon au cours de la nouvelle année. Les dieux arrivent chaque 31 décembre sur leur bateau au trésor pour distribuer des cadeaux de bonheur et de chance aux croyants. Traditionnellement, avant de se coucher le soir du Nouvel An, les enfants placent une image des dieux sous leur oreiller pour s'assurer une nouvelle année heureuse et prospère.

Mais cette coutume juvénile et les effigies de poupées ne sont pas uniquement l'apanage des enfants. Pendant les sept premiers jours de l'année, des familles entières se rendent dans des temples et des sanctuaires pour rendre hommage au shichifukujin.

dieu-de-la-chance-japonais

Beaucoup de ces lieux sont dédiés à un seul des dieux, ainsi les japonais font le tour de sept sanctuaires pour les voir tous. Ils souhaitent s'assurer qu'ils bénéficient de tous les types de chance.

Cette tradition est populaire depuis le début de la période Edo (17e siècle). Aujourd'hui, il existe une vingtaine de groupes de sept sanctuaires de ce type rien qu'à Tokyo et plus d'une centaine dans l'ensemble du Japon.

Pour certains, le shichifukujin incarne toutes les vertus de Dieu, alors que pour d'autres, c'est une vue plutôt superficielle. Pour en apprendre plus sur les autres dieux emblématiques du shintoisme, nous t'invitons à lire notre article sur les onze légendaires dieux du shintoisme. Petit spoiler, l'une de ces divinités est un Shichifukujin...

Qui sont les sept dieux du Shichifukujin ?

Voici ci-dessous la liste de ces êtres célestes japonais ainsi que leur attributs magiques !

1. Hotei (ou Hotei osho)

L'Hotei rond est le seul membre du shichifukujin qui était un ancien mortel. C'est un moine zen chinois excentrique appelé Pu-tai et considéré comme la réincarnation de Maitreya (miroku Bosatsu), un saint bouddhiste.

Hotei, comme Daikoku, est un dieu de l'abondance. Il est aussi le dieu du rire et du bonheur que l'on peut atteindre en étant satisfait de ce que l'on a.

hotei

Il est le dieu de la joie et de la satisfaction dans le commerce, c'est pourquoi une statue de l'Hotei est souvent placée à l'entrée des grands magasins et des centres commerciaux.

Il est représenté comme un homme rieur avec un ventre énorme symbolisant son âme bienveillante. Certaines images le représentent avec sur l'épaule un éventail de cérémonie (ogi) et un grand sac de richesses (généralement du riz).

La réserve de riz de son sac est inépuisable, il peut donc se permettre d'être généreux ; il y a toujours de quoi nourrir les affamés. Parfois, on le montre assis dans une charrette tirée par quelques enfants reconnaissants qui ont bénéficié de l'altruisme de l'Hotei.

2. Fukurokuju (ou Fukurokujin)

Fukurokuju vient d'un vieux dieu taoïste, lui-même inspiré du vieux sage chinois Lao Tseu, qui avait conservé des archives pour la cour impériale sous la dynastie Sung. Il était réputé pour ses miracles, notamment dans le domaine de la longévité et de la prospérité.

Il est donc la divinité de la sagesse, de la chance, du bonheur, de la richesse, de la virilité et de la longévité.

fukurokuju

Il porte un long costume chinois fluide et tient un solide bâton de marche pour se soutenir. Sur le bâton de marche est attaché un parchemin (makimono) sur lequel sont écrits les enseignements sacrés et toute la sagesse du monde. Il porte parfois aussi un éventail de cérémonie (ogi).

Il a un front haut, un crâne chauve en forme de dôme et une longue barbe blanche symbolisant la sagesse et l'âge. Certaines estampes japonaises le représentent parfois avec à ses côtés un cerf ou un chevreuil (shika), une tortue (kame) ou une grue (tsuru), tous les motifs japonais de la longévité en soit.

3. Ebisu (ou Ebisuten)

Ebisu est le patron des pêcheurs et les favorise avec une bonne prise. Il veille également à ce que tous les marins puissent voyager en toute sécurité, puisqu'il est lui-même arrivé au Japon par la mer.

Dans les campagnes, il est considéré comme un gardien des rizières et de l'agriculture en général. Les marchands de terres, les traiteurs, les agriculteurs et autres commerçants ont adopté Ebisu pour la prospérité en échange de leur dur labeur. Tout cela fait de lui le plus populaire des sept dieux.

ebisu

Sa marque de fabrique est un gros poisson, généralement une daurade rouge, une carpe japonaise (koi), un cabillaud (tara) ou un bar (suzuki). Le poisson est soit suspendu à une canne à pêche dans sa main droite, soit porté sous son bras gauche.

Ebisu a un sourire joyeux derrière sa barbe soignée et porte une casquette de chasseur pointue (kazeori eboshi). Ebisu est le fils de Daikoku et ils sont souvent représentés ensemble dans des sculptures et des peintures.

4. Bishamon (ou Bishamonten)

Bishamon est une divinité bouddhiste de l'Inde, protecteur des justes et symbole de l'autorité. Il vit au cœur de la terre, dans la quatrième couche du mont Sumeru, protégeant le quartier nord et le siège de l'enseignement du Bouddha. Il est l'un des "quatre gardiens" du bouddhisme (shi-tenno). Certaines représentations le dessinent avec une petite "tour au trésor" ou pagode (tahoutou) dans sa main gauche.

Bishamon

Bishamon est le dieu de la prospérité (symbolisé par la "tour au trésor"), le dieu de la guerre et le patron des guerriers (symbolisé par l'armure défensive et l'arme offensive). Il apporte la chance au combat et à la défense. Il est le protecteur de la loi bouddhiste et le défenseur de la paix.

Le Bishamon barbu est identifié comme un guerrier féroce portant une armure complète, un casque et armé d'une épée, d'une lance, d'un trident ou d'une pique (hoko) dans sa main droite.

Depuis la pagode, il distribue des trésors et de la bonne fortune aux personnes pauvres et dignes. Ayant donné aux gens leurs richesses, il utilise son talent pour les protéger du mal et garder leur trésor. Cependant, comme il ne rencontre que peu de personnes "dignes", il est généralement obligé de détruire le trésor.

5. Daikoku (ou Daikokuten)

Daikoku est arrivé au Japon en provenance de Chine au 9ème siècle, bien qu'à l'origine il soit une incarnation de Shiva en Inde, où il protégeait les gens contre les forces du mal.

En plus de donner une bonne récolte aux agriculteurs, il assure la prospérité et la richesse dans le commerce et les échanges. Il est également le gardien de tous les travailleurs liés au monde de la cuisine. Les personnes qui rêvent de richesses financières ont tendance à vénérer ce dieu.

Daikoku porte d'anciens vêtements de chasse à cour avec un capuchon ou un bonnet. Il est debout ou assis sur des balles de riz gonflées et son ventre corpulent laisse supposer qu'il est bien nourri et prospère.

daikoku

Dans le sac qu'il porte sur son épaule gauche, il porte un trésor. On ne sait pas exactement quel type de trésor. Peut-être est-ce le grand trésor de la sagesse et de la patience. Autrefois, le "trésor" était peut-être une ressource de riz infini pour vaincre la faim. Aujourd'hui, il peut s'agir d'un énorme tas d'argent ou du trésor ultime : le temps !

Dans sa main droite, il tient un maillet en bois porte-bonheur (uchide no kozuchi) qui lui permet de distribuer la bonne fortune chaque fois qu'il le frappe. C'est aussi ce mailler qui est porté par les chats portes bonheur Maneki Neko.

Daikoku est le père d'Ebisu et ils sont souvent représentés ensemble dans des sculptures et des peintures. Au Japon, la tomate et le triquetra qui lui est apparenté sont utilisés comme kamon, une sorte de blason héraldique (ka signifie "famille" et mon signifie "crête").

Comme la croix dans l'héraldique européenne, les kamon étaient surtout utilisés dans les batailles pour identifier des individus ou des membres d'un clan. Ils étaient d'abord associés à la propriété de l'aristocratie. Les kamon sont toujours utilisés par les Japonais, notamment comme décoration sur leur kimono officiel.

6. Benten (ou Benzaiten)

Benten était l'ange d'une des trois grandes déesses indiennes, Sarasvati, la déesse des beaux-arts : musique, peinture, sculpture, danse et littérature. Ces attributs contribuent à adoucir la vulgarité de la richesse monétaire, et cette déesse est donc incluse dans le groupe des sept. Bien que Sarasvati soit une déesse hindoue, Benten est apparue au Japon grâce au bouddhisme.

benzaiten

Elle est la déesse de la chance, de l'amour, de l'éloquence, de l'éducation, des arts, de la science, et le mécène des étudiants, des artistes, des geishas et des animateurs dans le domaine de la restauration. Ses vertus incluent également le bonheur, la prospérité et la longévité. Elle peut nous protéger des catastrophes naturelles et donne la sagesse nécessaire pour réussir dans la bataille.

Benten est la seule divinité féminine japonaise parmi les Shichifukujin et porte toujours une mandoline japonaise (biwa). Souvent, elle s'assoit ou se tient debout sur une feuille de lotus, et parfois monte un dragon japonais, un serpent de mer ou un serpent. Ces créatures sont jalouses, c'est pourquoi les couples mariés ne visitent pas souvent son sanctuaire ensemble. On la voit parfois avec plusieurs bras (quatre, six ou huit) qui lui permettent de pratiquer simultanément les différents arts.

7. Jurokujin

Jurojin est un dieu taoïste de Chine. Il est le dieu de la richesse, de la sagesse et du bonheur pour nos longues vies.

Jurokujin

L'apparence de Jurojin est similaire à celle de Fukurokuju : un vieil homme souriant habillé en sage chinois, une longue barbe blanche et une tête chauve allongée. Il a également un bâton auquel est attaché un parchemin japonais (makimono), qui contient une étude de vie du monde et le secret de la longévité.

Il est parfois dessiné à côté d'un cerf ou d'un chevreuil (shika) qui lui sert de messager, ou bien avec une tortue ou une grue pour la longévité comme nous l'avons évoqué précédemment pour le dieu Fukurokuju.

Comment voir des dieux de la chance en vrai ? 

Les Shichifukujin sont visibles dans tout le Japon ; sous forme de statues de pierre, de sculptures sur bois, de peintures, de sculptures de glace et même d'ongles collés à l'acrylique (tsuketsume).

Ces personnages sont très important au sein de la culture japonaise. Ils font partie tout comme comme les kami ou les yokai des traditions ancestrales du pays du soleil levant.

Nous te recommandons également de lire nos articles sur les yokai japonais ou sur le démon hannya pour en savoir plus sur les mythes du folklore japonais du côté sombre de la force !

N'hésite pas si tu as des questions à nous les poser dans la partie commentaire et bon passage à toi sur notre boutique japonaise en ligne !


Écrire un commentaire

Les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés