Yokai

Kitsune, Oni, Tanuki -

Yokai : démon japonais [GUIDE COMPLET]

Les Yōkai, 妖怪, symbolisent des phénomènes étranges et des démons issus du folklore japonais. Le mot est une combinaison des caractères  (yō-attractif, envoûtant, calamité) et  (kai-mystère, merveille).

Le terme Yokai se traduit par monstre, démon, esprit ou gobelin. Le monde des yōkai comprend également des fantômes, des dieux, des humains malfaisants et des animaux transformés, la possession par des esprits, des légendes urbaines et d'autres phénomènes étranges.

C'est un terme large et vague, et rien n'existe dans la langue Française qui le décrive parfaitement. Yōkai est un de ces mots, comme samouraï, geisha, ninja et sushi qu'il vaut mieux laisser dans sa langue maternelle.

Nous allons donc voir dans cette article

  • Qu'est ce qu'un Yokai japonais concrètement ?
  • Leur rôle dans le monde d'aujourd'hui
  • Puis nous présenterons le guide complet des plus importants Yokai

Qu'est ce qu'un Yokai ?

Merci de nous contacter pour le crédit image / Retouche Shogun Japon

L'une des choses les plus difficiles à définir sont les limites de ce qui constitue ou non les yokai japonais. Même pour un japonais, le terme est difficile à définir.

1. Signification Yokai

Yokai a eu plusieurs définitions selon les différentes périodes de l'histoire du Japon. D'autres termes fourre tout ont même été utilisés pour symboliser le monde surnaturel nippon :

  • bakemono,
  • obake,
  • mononoke,
  • kaii,
  • oni.

Selon l'interlocuteur en face de toi certaines créatures peuvent être catégorisées ou non comme yokai. On est en droit de se demander si les fantômes japonais sont des yōkai ? Est-ce qu’un oni est un yōkai ? Les bons esprits peuvent-ils être yōkai ou ne sont-ils que des mauvais esprits ? Une divinité japonaise kami elle-t-elle considéré comme un yōkai ? On se rend compte rapidement que chaque réponse s'accompagne d'une contradiction.

La définition la plus large possible de yōkai inclut toutes les créatures et phénomènes surnaturels du monde entier !

2. Folklore Japonais

Dans cet article, yōkai fait référence aux monstres surnaturels que l'on retrouve dans le folklore japonais. Notre définition se limite spécifiquement au folklore du

17. Maneki Neko

Maneki Neko

Illustration de crokittycats Deviant Art

Légende du Maneki Neko : au Japon, les chats ont longtemps été liés au surnaturel. Si certaines superstitions associent les chats à la malchance, aux malédictions et aux feux étranges, il existe également une longue tradition selon laquelle les chats sont vénérés et considérés comme des créatures bienfaisantes.

En particulier dans l'agriculture et la sériciculture, où les chats mangeaient des souris et d'autres parasites qui attaquaient les cultures et les vers à soie. Au japon les chats sont considérés comme des créatures chanceuses. Des images de chats sont utilisées comme des charmes. 

Variante du bakeneko : c'est une variante populaire du bakeneko qui apporte chance et fortune. Elle se présente le plus souvent sous la forme de statues décoratives dans les maisons et les magasins. Cette divinité japonaise est représentée avec une ou deux pattes en l'air dans un mouvement d'appel.

Les statues de maneki neko sont devenues des objets populaires dans les zones urbaines du Japon vers la fin de la période Edo. On dit que les chats avec la main droite levée apportent la fortune économique, tandis que les chats avec la main gauche levée attirent les clients.

Les couleurs du chat peuvent également être significatives. Il y a longtemps, on disait que les chats noirs étaient des chats chanceux en raison de leur capacité à voir dans l'obscurité. Les maneki neko noirs étaient donc utilisés comme talismans contre les mauvais esprits. On croyait que le rouge repoussait la variole et la rougeole, alors ils étaient utilisés comme talismans contre la maladie.

chat-maneki-nekoImage sous licence Adobe Stock

Folklore japonais : l'origine de ces statues se trouve dans les contes folkloriques relatant les histoires de chats étranges qui apportaient des richesses à leurs maîtres, ou les sauvaient d'un désastre. 

Dans le quartier de Yoshiwara à Edo, vivait une courtisane très célèbre nommée Usugumo. Usugumo était un tayū (le plus haut rang d'oiran) dans le très estimé bordel de Miura Yashirōzaemon. Usugumo était une amoureuse des chats, et elle aimait particulièrement le sien qu'elle emportait toujours avec elle partout où elle allait. Son amour pour ses chats était si grand que des rumeurs ont commencé à se répandre selon lesquelles Usugumo avait été possédée ou ensorcelée par ce dernier.

pour deux raisons. Parce que yōkai est un mot japonais, et parce que le terme "Surnaturel" existe déjà dans la langue française. 

les-yokai-japonais

Merci de nous contacter pour le crédit image / Retouche Shogun Japon

Le folklore japonais est un amalgame de différentes traditions qui puise son fondement dans les religions populaires de tribus isolées vivant sur les îles japonaises. Ces traditions ont été modifiées par la religion Shinto et, plus tard, par le bouddhisme.

Les bouddhistes ont aussi incorporé des éléments du folklore et de la mythologie chinoise et indienne.

Dans le Japon ancien, on pensait que les esprits étaient sans forme et invisibles à l'œil humain. Cependant, avec le développement de l'art japonais, il est devenu nécessaire de représenter visuellement les esprits et les monstres des histoires.

Les dessins ont d'abord été adaptés sous forme de parchemins peints et d’estampes japonaises. Ils se sont ensuite développés en encyclopédies illustrées en plusieurs volumes racontant des contes étranges et des histoires surnaturelles sur les démons et dieux japonais !

Les plus anciennes légendes Japonaises remontent au 8ème siècle. Elles contiennent les mythes de la création et la préhistoire légendaire du Japon. Mais que s'est-il passé après le 8ème siècle ?

Culture Yokai

Pendant la période Edo (1603-1868), la culture et l'art nippon ont connu un essor sans précédent. Les histoires de fantômes, de monstres et de phénomènes étranges en provenance de toute l'archipel sont devenus très populaire. Les tout premiers bestiaires ont été créés par des artistes comme Toriyama Sekien. Ce dernier a rassemblé les mythes et histoires orales du Japon rural pour le plaisir de la population mondaine japonaise.

Livre Yokai Japonais
Extrait du bestiaire de Toriyama Sekien, le Sekien Yokai / Montage Shogun Japon

Les encyclopédies de Sekien yōkai ont ouvert la voie à d'autres artistes, et une nouvelle tradition est née. Elle s'est rapidement étendue à tous les aspects de la culture japonaise, des beaux-arts au théâtre japonais (théâtre No) !

Cependant l’attrait pour le mystères des Yōkai a perdu de sa popularité pendant la restauration Meiji. Le japon souhaitait moderniser sa société et sa culture. Ils ont été catalogué comme des vestiges d'un passé superstitieux et embarrassant.

Après la Seconde Guerre mondiale, l'artiste de manga Shigeru Mizuki les a réintroduits dans un Japon moderne. Sa série de bandes dessinées GeGeGe no Kitaro a provoqué une explosion d'intérêt pour le surnaturel. Aujourd'hui, l'influence de yōkai est à nouveau visible dans tous les aspects de la culture japonaise, des mangas des animés, et des jeux vidéo.

A présente place au guide complet sur les yokai !

Yokai Japonais Liste

1. Amabie

Cette créature aquatique à trois pattes pourrait être un concurrent peu probable dans la lutte mondiale contre COVID-19. La première et unique observation d'une amabie a été documentée par un fonctionnaire du gouvernement au milieu du 19ème siècle. Selon son rapport, il s'est aventuré en mer pour enquêter sur la source d'une lumière étrange. Lorsqu'il s'est approché de la lumière, une amabie est apparue pour l'informer d'une récolte abondante qui allait durer 6 ans. Cependant, en cas de maladie, il est possible d'éloigner la maladie et la calamité en partageant simplement une image de sa ressemblance avec d'autres, ce qui a incité les utilisateurs de Twitter au Japon à partager des images d'une Amabie avec le hashtag #amabiechallenge. En fait, le ministère japonais de la santé, du travail et des affaires sociales a même utilisé des images d'amabie dans sa première campagne de lutte contre le coronavirus !

2. Tatsu

Les Tatsu, ou dragons japonais, sont des yokai aquatiques semblables en apparence aux dragons de la tradition médiévale occidentale. Si beaucoup sont des créatures bienveillantes qui répondent aux prières des humains, d'autres sont des êtres terrifiants qui infligent la terreur aux humains. Le Tatsu a des qualités masculines et est souvent associé au houou féminin, semblable à un phénix, pour symboliser le yin et le yang. Sous certaines formes, il est également capable de changer de forme, comme le dieu de la mer Ryujin. Selon la légende, la famille impériale japonaise descend des dragons, plus précisément de la fille de Ryujin, qui a donné naissance à un fils qui est devenu plus tard le père du premier empereur du Japon. Dans le Japon d'aujourd'hui, les Tatsu sont toujours des yokai vénérés ; on les trouve sur les terrains des temples et des sanctuaires. De nombreux festivals sont organisés pour célébrer ces êtres puissants, comme le festival du dragon du temple Kiyomizu Seiryu-e, qui honore le dragon qui boit l'eau sous la salle principale du temple de Kyoto.

3. Kirin

Le Kirin est une créature sereine et majestueuse qui respire le feu et dont les cornes symbolisent la pureté, la justice et la sagesse. Il a à peu près la taille d'un cerf adulte, avec des écailles de dragon sur tout son corps flamboyant. Ses origines remontent à la mythologie chinoise et ses pouvoirs dépassent ceux du dragon houou et tatsu qui ressemble à un phénix. Il est intéressant de noter que le mot japonais pour girafe est également kirin, peut-être parce que l'animal africain partage des similarités avec le kirin : des cornes, une peau à motifs d'écailles et de longues pattes. Le kirin est également la mascotte de la société de boissons japonaise Kirin. En fait, si vous regardez de près l'image de n'importe quel produit Kirin, vous trouverez les symboles japonais du Kirin incrustés dans sa crinière fluide.

4. Ningyo

Oubliez ce que les histoires animées pour enfants vous ont appris sur les sirènes, car le Ningyo japonais n'est pas un chanteur enchanteur. Au contraire, les Ningyo ressemblent plus à des poissons qu'à des humains, avec leurs écailles dorées, leurs longs doigts et leurs serres acérées. Si l'on parvenait à capturer un Ningyo et à se régaler de sa chair, on lui accorderait la vie éternelle, ce qui a incité de nombreux pêcheurs téméraires à tenter d'en capturer un. Cependant, si on ne réussit pas à capturer un Ningyo, il peut être maudit ou son village entier peut être balayé par une grande vague. De même, la capture accidentelle d'un Ningyo dans son filet est également un signe de malheur, et il faut donc immédiatement remettre à la mer tout Ningyo capturé.

5. Zashiki Warashi

Avez-vous déjà eu l'impression d'égarer votre téléphone, vos lunettes ou vos clés ? Vous ne devenez pas fou, c'est peut-être l'œuvre d'un Zashiki Warashi très effronté ! Ces yokai sont des farceurs malicieux qui ressemblent à des enfants humains, bien qu'ils ne soient visibles que pour les résidents d'un foyer. Contrairement aux fantômes et autres êtres spirituels, la présence de Zashiki Warashi chez soi est une bénédiction car ils invitent à la chance et à la fortune. Une fois que la présence de Zashiki Warashi a été confirmée dans sa maison, il faut y apporter le plus grand soin en leur laissant des bonbons ou de la nourriture pour la nuit. Si un Zashiki Warashi venait à disparaître d'une résidence pour une raison quelconque, le malheur pourrait s'abattre sur la maison et ses résidents.

6. Tatarigami 祟り神

Divinité JaponaiseIllustration de Matthew Meyer


Légende du tatarigami : Les tatarigamis sont des esprits puissants qui apportent la mort et la destruction, le feu et la famine, la peste, la guerre et toutes les formes de calamité. 

Ils font partie des esprits maléfiques les plus puissants qui hantent le Japon et ont beaucoup contribué à façonner la culture et la politique du pays au cours de sa longue histoire. 

Le terme Tatarigami peut faire référence aux puissants dieux de la destruction, ou aux fantômes de gens puissants. Parmi les tatarigamis célèbres figurent des dieux tels que l'empereur Gozu, le dieu démon à tête de taureau, et le célèbre Yamata no Orochi (le dragon à huit têtes et huit queues). 

Esprit Vengeur : ils font des ravages sur ceux qui leur ont causé du tort. Afin d'apaiser leurs esprit tourmenté, des sanctuaires les honorant ont été construits à travers le Japon. Avec un apaisement approprié, leurs malédictions peuvent être levées, ou du moins atténuées.

Le Gion Matsuri sur Kyōto, l'un des festivals les plus célèbres du Japon. C'est un exemple de cérémonie initialement destinée à apaiser un tatarigami.

Festival JaponaisSource Photo Keepincalendar / Festival japonais ville de kyoto : Gion Matsuri

Pendant la période Heian, Kyōto a subi un certain nombre d'épidémies qui auraient été causées par Susanoo et Gozu tennō : deux puissants dieux de la maladie et de la destruction. Afin d'apaiser leur colère, un festival a été organisé en leur honneur au sanctuaire de Yasaka à Gion.

Afin de préserver la ville des maladies, le festival a été répété chaque année. Finalement, le lien avec Susanoo et l'empereur Gozu s'est perdu, mais les traditions du festival sont restées intactes jusqu'à aujourd'hui.

L'apaisement du tatarigami est resté une partie importante de la vie religieuse tout au long de la période Heian et au-delà. 

7. Maneki Neko

Maneki Neko

Illustration de crokittycats Deviant Art

Légende du Maneki Neko : au Japon, les chats ont longtemps été liés au surnaturel. Si certaines superstitions associent les chats à la malchance, aux malédictions et aux feux étranges, il existe également une longue tradition selon laquelle les chats sont vénérés et considérés comme des créatures bienfaisantes.

En particulier dans l'agriculture et la sériciculture, où les chats mangeaient des souris et d'autres parasites qui attaquaient les cultures et les vers à soie. Au japon les chats sont considérés comme des créatures chanceuses. Des images de chats sont utilisées comme des charmes. 

Variante du bakeneko : c'est une variante populaire du bakeneko qui apporte chance et fortune. Elle se présente le plus souvent sous la forme de statues décoratives dans les maisons et les magasins. Cette divinité japonaise est représentée avec une ou deux pattes en l'air dans un mouvement d'appel.

Les statues de maneki neko sont devenues des objets populaires dans les zones urbaines du Japon vers la fin de la période Edo. On dit que les chats avec la main droite levée apportent la fortune économique, tandis que les chats avec la main gauche levée attirent les clients.

Les couleurs du chat peuvent également être significatives. Il y a longtemps, on disait que les chats noirs étaient des chats chanceux en raison de leur capacité à voir dans l'obscurité. Les maneki neko noirs étaient donc utilisés comme talismans contre les mauvais esprits. On croyait que le rouge repoussait la variole et la rougeole, alors ils étaient utilisés comme talismans contre la maladie.

chat-maneki-nekoImage sous licence Adobe Stock

Folklore japonais : l'origine de ces statues se trouve dans les contes folkloriques relatant les histoires de chats étranges qui apportaient des richesses à leurs maîtres, ou les sauvaient d'un désastre. 

Dans le quartier de Yoshiwara à Edo, vivait une courtisane très célèbre nommée Usugumo. Usugumo était un tayū (le plus haut rang d'oiran) dans le très estimé bordel de Miura Yashirōzaemon. Usugumo était une amoureuse des chats, et elle aimait particulièrement le sien qu'elle emportait toujours avec elle partout où elle allait. Son amour pour ses chats était si grand que des rumeurs ont commencé à se répandre selon lesquelles Usugumo avait été possédée ou ensorcelée par ce dernier.

 

8. Yamanba

Près de 70 % de la superficie totale du Japon est montagneuse, ce qui signifie qu'il y a de fortes chances que vous rencontriez un Yamanba (sorcière des montagnes) lors de votre prochaine randonnée ! Les Yamanba, également appelés Yamauba, vivent dans les montagnes et les forêts du Japon en tant que reclus. Ils se déguisent en gentilles dames âgées offrant le logement et les repas aux randonneurs perdus ou fatigués avant de révéler leur véritable identité de sorcière maléfique une fois que leur victime sans méfiance est endormie. Dans les années 1990 et au début des années 2000, le terme "yamanba" était autrefois utilisé de manière péjorative pour décrire les adeptes extrêmes de la mode des gyaru de Shibuya. Cependant, ces pionniers ont fièrement repris ce mot pour célébrer leur dévotion aux peaux sombres et bronzées, aux mèches blondes décolorées et aux fards à paupières givrés.

9. Yuki Onna

Les Alpes japonaises abritent certaines des villes d'hiver les plus pittoresques du pays, notamment les fermes aux toits de chaume du site du patrimoine mondial de l'UNESCO, Shirakawa-go, dans la préfecture de Gifu. Cependant, faites attention à l'approche d'une forte tempête de neige, car cela pourrait signifier que Yuki Onna n'est pas trop loin ! Ces yokai sont des beautés mortelles aux longs cheveux noirs et à la peau aussi lisse et blanche que le marbre, qui tuent leurs victimes d'un baiser de mort glacé. Les Yuki Onna sont cependant connues pour tomber amoureuses à l'occasion, bien que, dans ces récits, le mari sans méfiance découvre les racines de sa femme dans l'autre monde après des années de mariage avec un être "sans âge". Dans d'autres versions, Yuki Onna fond après avoir pris un bain chaud sur l'insistance de son mari.

10. Tsuchigumo

Les Tsuchigumo sont d'énormes araignées qui peuvent atteindre une taille incroyable, assez grande pour affronter une armée entière ! En fait, le terme tsuchigumo est utilisé dans les documents historiques composés pendant la période des états en guerre pour désigner les factions rebelles. En tant que yokai, le tsuchigumo est aussi un ennemi redoutable et mortel. Le parchemin du 14ème siècle, Tsuchigumo Soshi, est un récit fascinant de la bataille entre Minamoto no Yorimitsu du clan Fujiwara et son combat épique avec un Tsuchigumo. Dans certaines versions de la légende, Minamoto no Yorimitsu affronte une femme changeante de forme qui se révèle être un monstrueux Tsuchigumo avec un ventre plein de bébés araignées prêts à se battre.

11. Oni 

Oni JaponaisIllustration de Matthew Meyer

Si tu souhaites en savoir plus sur le plus grand et terrible des démons japonais et tout le folklore qui gravite autour de ce yokai alors nous t'invitons à lire notre article sur la signification du masque oni !

À l'origine, tous les esprits, fantômes et monstres étaient connus sous le nom d'oni. La racine du mot Oni signifie "caché" ou "dissimulé".

Les Oni naissent lorsque des humains vraiment méchants meurent et finissent dans l'un des nombreux enfers bouddhistes. Ils deviennent alors les serviteurs du maître des enfers : Enma. Il prennent l'apparence d'un démon Oni dont le seul plaisir est la torture et le meurtre d'humains.

Certains sont tellement mauvais et irrécupérables que la transformation ne se fait pas dans le monde des enfers mais sur terre ! Nous verrons dans cet article d'innombrables histoires sur des oni qui auparavant étaient des seigneurs de guerre (shogun), des dames, des guerriers (ronin) et des voyous. 


Les démons féminins ne s'appellent pas oni, mais sont connus sous le nom de kijo.

12. Kistune 

Kitsune DemonIllustration de Lamaro Smith Art Station

Le Kitsune est le démon yokai le plus connu du Japon. Nous avons écrit tout un article sur lui. Donc n'hésite pas à le consulter si tu souhaites tout connaître sur le renard japonais.

Légende japonaise : on trouve des renards, ou kitsune, dans tout le Japon. Ils sont identiques aux renards sauvages que l'on trouve ailleurs dans le monde, à part qu'ils sont dotés d'incroyables pouvoirs magiques. Leur visage mignon et leur petite taille en font des animaux particulièrement appréciés par la plupart des gens.

Les renards sacrés sont les serviteurs de la divinité shintoïste Inari. Les sanctuaires d'Inari sont décorés avec des statues et des images de ces renards. Les légendes racontent que les renards célestes rendent service aux humains bons et pieux. Ces renards sacrés agissent comme des messagers des dieux entre le monde céleste et le monde humain. 
Ils portent chance et éloignent les mauvais esprits.

Mais les kitsune ont aussi une deuxième facette bien plus sombre. Dans certains cas ils se délectent des différents pièges, tromperies, maléfices et malédictions réalisées à l'encontre de marchands avides, d'ivrognes vantards, et de prêtres mauvais. Ils les volent, les humilient publiquement parfois prennent possession de leur corps.

Certains troubles mentaux ont été attribués à la possession par des kitsune (connus sous le nom de kitsunetsuki). De mystérieux feux illusoires et d'étranges lumières dans le ciel seraient causés par leur magie, et sont connus sous le nom de kitsunebi, ou "feu de renard".

Malgré cette nature malfaisante, ils tiennent leurs promesses, se souviennent des amitiés qu'ils ont nouées et remboursent les faveurs qu'ils ont reçues.

Kitsune RenardIllustration de Aivoree Deviant Art / Démon kitsune devant un sanctuaire Shinto

Pouvoir du Kitsune : les kitsune sont des métamorphes extrêmement intelligents et puissants. Ils harcèlent fréquemment les humains en se transformant en géants ou autres monstres redoutables. Ils aiment tromper les jeunes hommes naïfs en se se transformant en belles femmes humaines. 

On raconte que certains kitsune passent même la plus grande partie de leur vie sous forme humaine, adoptant des noms et des coutumes humaines, prenant des emplois humains, et même élevant des familles. Lorsqu'ils sont ivres ou négligents, une partie de leur déguisement magique peut disparaitre. Une de leur queue peut parfois être aperçue !

13. Oni hitokuchi

onihit okuchiIllustration de Matthew Meyer

Légende Oni : lorsque des personnes disparaissent sans avertissement ou sans laisser de traces, leur disparition est souvent imputée à des esprits maléfiques. 

Il existe plusieurs mots pour décrire ce phénomène. Lorsqu'une personne aurait été enlevée et emmenée dans l'autre monde par des esprits, on dit qu'elle est victime de kamikakushi, c'est-à-dire d'un enlèvement. 

Les victimes reviennent souvent bien des années plus tard, profondément transformées par l'expérience traumatisante qu’elles ont subi.

Cependant, lorsqu'une personne ne revient jamais après avoir disparu. On dit souvent que la victime a été dévorée par un oni : Oni hitokichi

Un exemple célèbre d'oni hitokuchi raconte l'histoire du poète Narihira. Ce dernier convoitait une belle et noble dame de haut rang nommée Fujiwara no Takaiko.

En raison de son statut social élevé, il leur était impossible d'avoir une relation légitime. Une nuit, Narihira se faufila dans la chambre de Takaiko et l'a kidnappa. Il s'enfui dans la nature avec la jeune fille, lorsqu'un terrible orage frappa. Ils s'abritèrent  dans une grotte au devant de laquelle Narihira monta la garde pour protéger sa dulcinée. Le matin, lorsque la tempête se fut calmée, Narihira alla chercher Takaiko, mais elle n'était pas là. Un oni qui y vivait l'avait dévorée. Ses cris avaient été noyés par le tumulte de la tempête.

14. Onikuma 鬼熊

Oni KumaIllustration de Matthew Meyer

Légende du démon ours : lorsqu'un vit depuis très longtemps, il peut se transformer en yōkai. On les appelle des onikuma, ou ours démoniaque.

Les Onikuma continuent de grandir et atteignent des tailles bien supérieures à celles des plus grands ours sauvages. Ils marchent sur deux jambes et sont assez grands pour porter des vaches et des chevaux. On raconte qu'un démon ours aurait la force de plus de 10 hommes réunis. 

Comportement démoniaque : il est très similaire à celui des ours ordinaires. Ils vivent au plus profond des montagnes, loin des humains. Ils sont nocturnes. Ils chassent et sont capables de manger à peu près n'importe quoi. Ils ont pour habitude de rester dans leur habitat naturel. Mais comme les ours sauvages, ils leur arrivent de se rendre dans les villages pour chercher de la nourriture !

Les rencontres entre humains et onikuma sont très rares. Mais lorsqu'elles se produisent, elles sont souvent violentes. Cela se produit notamment quand un Onikuma vole du bétail pour assouvir sa faim. Les villageois devant nourrir leur famille n'ont alors qu'un unique recours : combatte le démon !

15. Saza eoni 栄螺鬼

Illustration de Matthew Meyer

Légende des Sazae Oni : Les Sazae oni sont de monstrueux escargots qui hantent les mers. Ils apparaissent les nuits de lune. On peut les apercevoir dansant à la surface de l'eau pendant les nuits de pleine lune. A s'y méprendre on pourrait les confondre de loin avec un dragon japonais aquatique !

Comportement démoniaque : les Sazae oni sont des créatures monstrueuses et mortelles, qui méritent pleinement le surnom de "démon". Ils prennent la forme de belles femmes afin d'attirer les marins ! 

Leur stratagème consiste à faire semblant d'être victime de la noyade. Ils crient pour être sauvés. Ensuite ils se retournent contre leurs sauveurs une fois à bord du navire. Lorsqu'on les rencontre sur terre, les sazae oni voyagent déguisées en femmes seules et errantes s'arrêtant dans les auberges et mangeant les aubergistes pendant la nuit.

Dans la culture japonaise traditionnel, lorsque les animaux atteignent un certain âge, ils acquièrent la capacité de se transformer. 

Naissance du démon : on raconte que lorsqu'un escargot atteind30 ans, il se transformerait en yokai doté de toutes sortes de pouvoirs magiques. 

Une autre façon dont un sazae oni peut naitre est lorsqu'une jeune femme de joie est jetée à la mer. Une telle femme se transformerait en escargot de mer. S’il lui arrive de vivre assez longtemps, elle se transforme aussi en sazae oni.

La légende raconte qu'une bande de pirates aperçu une femme en train de se noyer au niveau de la peninsule de kii. Ils la sauvèrent, mais pas par bonté de coeur.  Cette nuit-là, tous les pirates du bateau profitèrent de la pauvre femme. Malheureusement pour eux, c'était en fait une sazae oni qui avait changé de forme. Pour les punir elle leur arracha les testicules (oui c'est assez sauvage)

A la fin de la nuit, elle leur demanda un trésor digne des dieux pour les leur rendre. Les pirates désespérés donnèrent tout leur or pour racheter leurs "boules d'or", comme on les appelle en japonais.

16. Ushi oni 牛鬼

dessin démon japonaisIllustration de Matthew Meyer

Légende du Ushi Oni: on l'appelle aussi la terreur de l'Ouest. Ce sont des démons des rivages. 

Le nom signifie littéralement "démon du bœuf" et fait référence à un certain nombre de monstres différents ayant des traits bovins. La plupart des Ushi oni ressemblent à un boeuf au niveau de la tête avec une allure démoniaque sur la partie basse de leur corps. 

Il y a de nombreuses variantes : le corps d'un boeuf avec une tête comme celle d'un oni, la tête d'un boeuf sur un corps comme celui d'une araignée ou d'un chat, ou encore la tête d'un boeuf sur le corps d'un humain vêtu d'un kimono (la version japonaise du Minotaure).

Comportement démoniaque : ils sont tous extrêmement cruels et sauvages. Ils respirent du poison toxique et mangent des humains. Les ushi oni ont tendance à attaquer les humains qui osent s'aventurer proche de leur antre. Ces êtres démoniques sont porteurs de maladies, provoquent des malédictions et ravagent des villes entières dans les contrées nipponnes. 

Les Ushi oni adorent s'attaquer aux humains en groupe, et ils n'hésitent pas à faire appelle à d'autres oni japonais. Parmi eux on peut citer le démon arachnide surnommé Nure onna ou encore les démons sirènes Iso onna.

17. Kidoumaru 鬼童丸

démon art japonaisIllustration de Matthew Meyer

Légende de Kidōmaru  : C'est le fils et l'un des membres du clan de Shuten dōji. Il est connu pour ses tentatives de vengeance contre les samouraïs qui ont vaincu son père.

Kidōmaru's est né après que le légendaire samouraï Minamoto no Yorimitsu (également connu sous le nom de Raikō) et son groupe de héros aient vaincu Shuten dōji et libéré toutes les femmes capturées par son gang de démon oni. 

Les femmes remercièrent les guerriers samouraïs de les avoir sauvées et rentrèrent chez elles. L'une des femmes ne le fit cependant pas car elle se rendit au village de Kumohara, où elle donna naissance au fils de l'oni Shuten dōji !

Pouvoir du yokai: le garçon s'appelait Kidōmaru. Il est né avec les dents acérées et la force d'un oni. À l'âge de 7 ou 8 ans, il pouvait tuer un cerf ou un sanglier en lui lançant une seule pierre. Il fut apprenti comme serviteur du temple shinto du mont Hiei, tout comme son père.

Il vécu dans une grotte, ayant recours au vol pour survivre. Il étudia la magie et perfectionna ses pouvoirs dans sa cachette secrète pour se venger !

Kidōmaru fut vaincu par Raikō. Armée de son katana, la plus fine lame de Tokyo et du plays du soleil levant coupa Kidōmaru d'un seul coup de lame. 

18. Otakemaru 大嶽丸

OniIllustration de Matthew Meyer

Légende démoniaque : Ōtakemaru est un kijin-un oni si puissant et si violent qu'il est considéré à la fois comme un démon (ki) et un dieu (jin). Il a vécu dans les montagnes de Suzuka, à la frontière des provinces d'Ise et Ōmi, sous le règne de l'empereur Kanmu (781 à 806). 

Bien que sa légende ne soit pas si connue aujourd'hui, il était autrefois considéré comme l'un des yōkai les plus redoutables de l'histoire du Japon. Avec Shuten dōji et Tamamo no Mae, il fait partie du Nihon san dai yōkai, ce sont les Trois Grands Yōkai du Japon.

Pouvoirs magiques du démon : l'empereur leva une armée de 30 000 cavaliers pour vaincre cet être maléfique. Cependant, Ōtakemaru était si puissant que grâce à sa magie noire, il déclencha une grande tempête. La foudre et le feu réduisirent à néant la grande armée.

Il fut vaincu par le général shogun Tamuramaro qui grâce à l'aide de la déesse Suzuka Gozen réussit à lui trancher la tête

Son esprit voyagea en Inde pendant un certain temps, puis il revenu au Japon. Il reconstitua son corps démoniaque. Il reconstruit aussi on château de démons imprenable sur le mont Iwate dans la province de Mutsu afin de recommencer à terroriser le Japon.

19. Shutendouji 酒呑童子

le roi démonIllustration de Matthew Meyer

Légende du roi démon : ce terrible monstre est considéré comme le redouté roi oni !

Shuten dōji n'est pas né un oni. Il existe de nombreuses histoires et contes sur la maniès dont il s’est transformé.

On raconte qu’il y a plus de mille ans, c’était un jeune garçon humain originaire de la contrée de Shiga ou Toyama.

Sa mère était une femme humaine et son père était le grand dragon japonais Yamata no Orochi.

Abandonné à l'age de 6 ans par sa mère il devint Orphelin, il commença un apprentissage pour devenir moine au mont Hiei proche de Kyoto. Il était le plus fort et le plus intelligent des jeunes acolytes, et cette supériorité le rendu encore plus amer. II développa un goût étrange pour la violence et se battaient fréquemment avec les autres apprentis. Il tomba aussi dans la boisson, ce qui était interdit aux moines. 

Il pouvait boire plus que n'importe qui. En raison de son penchant pour l'alcool, on le surnomma Shuten dōji, "le petit ivrogne".

Un soir, lors d’un festival au temple et alors qu'il était ivre, il mis un masque oni et errait dans le temple en faisant des blagues aux autres prêtres, les faisant sursauter dans l'obscurité pour les effrayer !

Lorsqu'il essaya d'enlever son masque il n'y parvenait plus. Le masque japonais de yokai avait fusionné son corps ! Honteux, effrayé et réprimandé par ses maîtres parce qu'il était ivre, il s'enfui dans les montagnes où il n'aurait plus à interagir avec le monde des mortels, qu'ils considéraient comme faibles, insensés et hypocrites.

Shuten DojiIllustration de Nurikabe W Artstation / Retouche Shogun Japon

Il y vécu pendant de nombreuses années, volant la nourriture et l'alcool des villageois. Il continuait de Boire en grandes quantités. Son gout et talent pour le banditisme fini par attirer les plus grand criminels et voleurs des contrées avoisinantes. Son gout pour le chaos était tel qu’ils décidèrent de continuer à le suivre quoi qu’il en coute.

Shuten dōji et son clan vivait reclu dans les montagnes. Au fil du temps sa puissance, sa cruauté et son savoir atteignirent une telle apogée qu il apprit à maitriser la magie noire. En bon chef de clan il l’enseigna à ses fidèles acolythes. À force de se comporter en démon, ils se transformèrent tout tour à tout en oni et yokai.

Mais ce n’était pas assez pour assouvir sa soif insatiable. Depuis son sombre château sur le mont Oe, il entreprit des plans pour devenir empereur du Japon !

Shuten dōji et sa bande ont saccagé Kyoto, capturé des nobles vierges, bu leur sang, manger leurs organes, tué tous les êtres vivants qui avaient le malheur de croiser leur route. Il fut finalement vaincu par le samouraï légendaire Minamoto no Yorimitsu vint à bout du yokai japonais et de son clan.

20. Tamamo no Mae 玉藻前

Kitsune GirlIllustration de Matthew Meyer

Légende Japonaise : le Tamamo no Mae est l'un des plus célèbres kitsune de la mythologie japonaise. Renard magique à neuf queues, elle est aussi l'une des plus puissantes yōkai qui ait jamais vécu. Ses capacités magiques n'avaient d'égal que sa ruse et sa soif de pouvoir. 

Tamamo no Mae a vécu pendant la période Heian, et bien qu'elle n'ait pas réussi son plan pour tuer l'empereur et prendre sa place, ses actions ont déstabilisé le pays et l'ont conduit vers l'une des plus importantes guerres civiles de l'histoire du Japon. Pour cette raison, Tamamo no Mae est considéré comme l'un des Nihon San Dai Aku Yōkai, les trois terribles Yōkai du Japon.

Origine japonaise : le Tamamo no Mae apparaît dans de nombreux textes et a été un sujet populaire tout au long de l'histoire du Japon. Son histoire est représentée dans la littérature, le théâtre noh, kabuki, bunraku et d'autres formes d'art. Il existe plusieurs variantes de son histoire.

Tamamo no Mae est née, il y a quelque 3 500 ans dans ce qui est aujourd'hui la Chine. Ses débuts sont un mystère, mais elle est finalement devenue une puissante sorcière.

Pouvoir magique : après des centaines d'années supplémentaires, elle est devenue un renard à neuf queues au visage blanc et à la fourrure dorée du kyūbi no kitsune, le légendaire renard à neuf queues doté du pouvoir magique suprême. De plus, elle était experte en manipulation. Elle a utilisé ses charmes et son esprit pour faire progresser sa position et influencer les affaires du monde.

kitsune-femme-renardIllustration de Nikki J Artstation / Kitsune Femme Renard / Retouche Shogun Japon

Pendant la dynastie Shang, Tamamo no Mae était connu sous le nom de Daji. Elle se déguise en belle femme et devient la concubine préférée du roi Zhou de Shang. Daji était un modèle de dépravation humaine. Elle faisait des orgies dans les jardins du palais. Son goût pour la torture est légendaire. Daji a finalement provoqué la chute de toute la dynastie Shang. Elle réussit à échapper à l'exécution et s'enfuit au royaume de Magadha en Inde en 1046 avant Jésus-Christ.

À Magadha, elle était connue sous le nom de Lady Kayō, et est devenue l'épouse du roi Kalmashapada, connu au Japon sous le nom de Hanzoku. Elle a utilisé sa beauté et ses charmes pour dominer le roi, lui faisant dévorer des enfants, assassiner des prêtres et commettre d'autres horreurs indescriptibles. Finalement, soit parce qu'elle n'avait plus d'enfants à manger, soit parce que Kalmashapada a commencé à se détourner d'elle et à se tourner vers le bouddhisme, elle a fui vers la Chine.

21. Tanuki 

TanukiImage réalisée par Carlos Tschuschke Deviant Art

Les chiens ratons-laveurs japonais, ou Tanuki, sont des escrocs malicieux souvent représentés avec une bouteille de saké, des testicules plutôt comiques et portant un chapeau de paille. Les statues de ces créatures magiques et changeantes de forme se trouvent généralement à l'extérieur des restaurants et des bars, invitant timidement les clients à boire, à manger et à dépenser de l'argent. Le Tanuki n'a de rival que le Kitsune en termes de popularité et de capacité magique dans le folklore japonais moderne. On dit que le sanctuaire de Chingodo, dans le quartier historique d'Asakusa à Tokyo, est dédié aux Tanuki car la présence de Tanuki résidant sur son terrain lui a permis de survivre aux raids aériens de la Seconde Guerre mondiale. Aujourd'hui, le sanctuaire est un lieu important où les gens peuvent prier pour être protégés contre le feu et le vol. Les conteurs de Rakugo, les acteurs de kabuki et d'autres artistes prient également au sanctuaire de Chingodo pour qu'il ait du succès dans le monde du spectacle.

Si tu veux en savoir plus sur les démon tanuki alors consulte notre article sur cet animal magique et mystérieux !

22. Kiyohime 清姫

KiyohimeIllustration de Matthew Meyer

Légende du démon Kiyo Hime : c'est l'un des personnages les plus célèbres de la littérature japonaise. C'est un démon Hannya : une femme démoniaque.

Il y a longtemps, sous le règne de l'empereur Daigo, le jeune prêtre Anchin faisait un pèlerinage de Mutsu à Kumano. Chaque année, il faisait le voyage, et chaque année il se logeait au manoir de la famille Masago no Shōji. 

C'était un jeune homme incroyablement beau, et il a attiré l'attention de Kiyo hime, la fille du seigneur du manoir. Anchin lui a dit en plaisantant que si elle était une bonne fille et se comportait bien, il l'épouserait et la ramènerait à Mutsu.

Chaque année, Kiyo hime attendait qu'Anchin revienne pour son pèlerinage mais il avait dit vouloir l'épouser en plaisantant !

Accablée de chagrin et pris d'une rage furieuse, elle se transforma en serpent monstrueux. Les prêtres de Dōjō-ji cachèrent Anchin à l'intérieur de la grande cloche de bronze du temple. Prise d'une rage et d'un désespoir immense, elle s'enroula autour de la cloche et crachat du feu jusqu'à faire rôtir Anchin. Puis le démon Kiyo hime se jeta dans la rivière et se noya. 

Si tu veux en savoir plus sur les autres Hannya alors découvre tout ce qu'il y a à savoir sur les démons japonais vengeurs !

23. Sutoku Tennou 崇徳天皇

Fantome JaponaisIllustration de Matthew Meyer|

Légende du célèbre yokai : Sutoku Tennō est l'un des trois yōkai les plus célèbres à avoir jamais hanté le Japon. Après sa mort, il s'est transformé certains disent en un terrible onryō, d'autres en un grand tengu et a infligé sa colère à la cour impériale sur Kyōto. 

Avec Sugawara no Michizane et Taira no Masakado, il est l'un des légendaires Nihon San Dai Onryō-les Trois Grands Onryō du Japon.

L'empereur Sutoku a été banni de Kyōto et forcé de passer le reste de ses jours en exil dans la province de Sanuki. Il se rasa la tête et devint moine, se consacrant à la copie de manuscrits sacrés à renvoyer à Kyōto. La cour craignait que les parchemins envoyés ne les maudissent. On raconte qu'il s'était arraché la langue et avait écrit les manuscrits avec son propre sang, les imprégnant de sa haine pour l'impitoyable cour impériale.

En 1164, Sutoku est mort, vaincu, déposé et humilié et surtout plein de rage pour la cour impériale. Lorsque la nouvelle de sa mort est parvenue à l'empereur Go-Shirakawa, celui-ci l'a ignorée. Il a ordonné que personne ne soit en deuil et qu'aucun enterrement d'État ne soit organisé pour un tel criminel.

Phénomènes paranormaux : après sa mort, des choses étranges ont commencé à se produire. Après 20 jours, son corps était toujours aussi frais qu'au jour de sa mort. Alors que son cercueil était emmené pour être incinéré, une terrible tempête s'est abattue sur lui. Les gardiens ont placé le cercueil sur le sol pour s'y abriter. Une fois la tempête passée, les pierres autour du cercueil étaient imbibées de sang frais. Lorsque son corps a finalement été incinéré, les cendres sont descendues sur Kyōto dans un nuage sombre.

Par la suite, pendant de nombreuses années, la capitale fut frappée par de nombreuses catastrophes:

  • tempêtes,
  • fléaux,
  • incendies,
  • sécheresses
  • tremblements de terre,
  • le pouvoir impérial s'affaiblit.
  • Les rivalités entre clans se sont intensifiées.
  • Le pays s'est rapproché de plus en plus d'une guerre civile totale.
En 1180, la guerre de Genpei a éclaté. En 5 années sanglantes, le pouvoir de la cour impériale avait disparu, et le shogunat de Kamakura pris le contrôle du Japon. Tout cela a été attribué à la vengeance de l'empereur Sutoku.

Le cercueil de Sutoku fut finalement ramené dans la capitale pendant l'ère Meiji. En 1868, il fut consacré comme kami dans le sanctuaire de Shiramine à Kyōto.

24. Reiki 

yokai japonaisIllustration de Matthew Meyer

Légende du monstre Reiki : certains oni peuvent être tués par des armes fabriquées par l'homme, et d'autres meurent de causes naturelles. Mais ils ne passent pas toujours paisiblement à la vie suivante.

Certains ont encore des tâches à réaliser tandis que d'autres meurent de façon si violente ou passionnée que l'âme se désintègre au moment de la mort. Ils restent dans le monde humain tels des fantômes démoniaques.

Les reikis sont comme fantômes, ils acquièrent souvent des pouvoirs surnaturels en plus de la magie qu'ils possédaient dans leur vie de démon.

Comportement : Les Reiki n'ont qu'une seule motivation : la vengeance. Ils apportent la souffrance à la personne ou aux personnes qu'ils estiment responsables de leur mort, ou à ceux qui se sont opposés à eux dans la vie. Le Reiki persiste jusqu'à ce qu'il soit exorcisé par un puissant prêtre bouddhiste.

Histoire du reiki : il y a moins d'histoires sur le reiki que sur l'oni, mais les contes parlent d'esprits puissants encore plus redoutables que leurs homologues vivants. L'une des légendes les plus connues du reiki se déroule à Gangō-ji, un temple de la préfecture de Nara. Une force mystérieuse hantait le clocher du temple et assassinait des enfants chaque nuit.

Cette force était si puissante que même les prêtres les plus dévoués ne pouvaient l'identifier, encore moins l'exorciser. Dans une histoire qui rappelle les aventures d'Hercule, seul le fils d'un dieu était assez fort pour traquer et vaincre le démon fantôme, sauvant ainsi les enfants du temple.

25. Bakeneko 化け猫 

BakenekoIllustration de Koti Komori Deviant Art

Légende du Bakemeno: : les chats, qu'ils soient sauvages ou domestiques, sont partout au Japon. Ils sont dans les maisons comme animaux de compagnie, dans les fermes comme exterminateurs, ou dans les villes comme animaux errants. 

Comme beaucoup d'animaux du Japon, lorsque les chats vivent jusqu'à un âge avancé, ils développent des pouvoirs surnaturels et se transforment en yōkai. 

Les Bakeneko commencent leur vie surnaturelle en ayant l'air presque identique à un chat de maison ordinaire. Mais, ils commencent alors à marcher sur leurs pattes arrière. En vieillissant et en augmentant leurs pouvoirs, ils peuvent devenir aussi grands qu'un humain adulte.

Pouvoirs du démon chat : les Bakeneko possèdent de grandes capacités de transformation. Ils adorent se déguiser en petits chats ou en humains. Ils prennent même parfois la forme de leurs propres maîtres. Beaucoup apprennent à parler des langues humaines. 

Ils peuvent manger des choses beaucoup plus grosses qu'eux, et peuvent même consommer sans difficulté des choses empoisonnées. 

Bakeneko Yokai
Illustration de Clément Galtier Deviant Art / Chat démon méfiant face à un humain

S'ils ne tuent pas directement leurs propriétaires, les bakeneko Yokai peuvent aussi être source de grandes malédictions et de malheurs. Ils sont connus pour déclencher accidentellement des incendies de maison, leur queue agissant comme une torche !

Les Bakeneko ont également la capacité de réanimer des cadavres et de les utiliser comme des marionnettes à des fins malfaisantes.

Naissance des bakeneko : il naissent de plusieurs façons, mais les raisons les plus courantes sont :

  • la longévité (un chat de plus de 13 ans),
  • la taille (un chat de plus de 3,75 kg)
  • la consommation de grandes quantités d'huile de lampe.
  • Un signe révélateur qu'un chat est sur le point de se transformer en bakeneko serait une queue exceptionnellement longue.

Cette superstition a conduit les japonais à faire tourner la queue des chats dès leur plus jeune âge pour les empêcher de se transformer en yōkai.

26. Kappa 河童

KappaIllustration de Unded Deviant Art

Légende du Kappa : ce sont des démons humanoïdes aquatiques et reptiliens qui vivent dans les rivières et les ruisseaux.  

Ce yokai traditionnel a généralement la taille et la forme d'un enfant humain.

Mais malgré sa petite taille, il est physiquement plus forts qu'un homme adulte. Leur peau écailleuse va d'un vert profond et terreux à des rouges vifs et même à des bleus.

Comme beaucoup de démons marins il a des mains et des pieds palmés. Il a un bec et une carapace ressemblant à ceux d'une tortue, et une peau élastique et imperméable qui sent mavais le poisson!

Il a une tête en forme d'assiette qui doit toujours être rempli d''eau. Si l'eau est renversée et que le plat s'assèche, la kappa ne pourra plus bouger. Il peut même en mourir.

Dotés d'une intelligence vive, les kappa sont l'un des rares yōkai capables d'apprendre les langues humaines. Ils sont très compétents en matière de médecine...

Ils aiment causer des dégâts, pratiquer des arts martiaux comme la lutte sumo, et jouer à des jeux d'adresse comme le shogi. Les Kappa sont fiers et têtus, mais aussi farouchement honorables ; ils ne rompent jamais une promesse. Les Kappa mangent presque n'importe quoi, mais ils sont particulièrement friands de deux aliments : les concombres et les intestins crus en particulier ceux des humains.

Kappa kami : ils sont vénérés dans le Shinto comme une sorte de dieu de l'eau. Il n'est pas rare de voir des offrandes de concombres faites sur les rives des rivières par des humains dévots. En retour, les kappa aident les gens en irriguant les champs, en se liant d'amitié avec des enfants solitaires ou en participant à des compétitions sportives.

Ou voir de vrais Yokai aujourd'hui ?

Nous avons donc vu dans cet article que yokai sont des démons nippons mais que ce terme symbolise aussi un grand nombres d'évènements fantastiques liés au surnaturel dans la culture japonais.

Nous avons aussi présenté dans notre guide du démon japonais les plus importants yokai des contes et légendes nippones !

Sache qu'il existe encore plus d'une centaine de Yokai que tu peux retrouver sur ce site en anglais et dont l'illustrateur est Matthew Meyer !

Aujourd'hui, l'influence de yōkai est présente dans tous les aspects de la culture japonaise, des mangas des animés, des jeux vidéo mais aussi de la mode !

Alors ou trouver ces mythiques Yokai aujourd'hui ?
Libre à toi de croire ou non à la religion Shinto. Mais si tu te rends au Japon et que tu visites un temple shinto tu auras l'occasion de voir des statues japonaises à l'effigie des kami protégeant les temples des yokai.

Et si tu souhaites pousser plus loin cette expérience mystique et faire un saut dans le temps à l'ère Edo avec de la décoration, des accessoires, un style ou un déguisement Yokai alors fais un tour sur notre collection de produits japonais

Démon En Japonais


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Recevoir en exclusivité nos dernier articles