La pop culture japonaise

la pop culture japonaise symbolise les manga, le cosplay, la musique jpop, et le kawaii mignon

Vous voulez découvrir la pop culture japonaise ? Vous souhaitez en savoir plus sur l’influence de cette culture sur le reåste du monde ?

Vous vous en doutez si vous êtes là, mais la culture populaire japonaise ne laisse personne indifférent. Qu’on l’aime ou qu’on la déteste, elle fait forcément réagir, notamment depuis le début des années 2000 où elle a pris un essor considérable au point de devenir identifiable dans le monde entier notamment grâce à l'effervescence de la mode Kawaii.

La culture pop japonaise, c’est l’effervescence des arts qui se rencontrent et s’expriment à travers les vêtements, la musique j-pop, le cinéma, le manga, le cosplay ou plus globalement, la mode. Sans oublier le kawaii, qui est un état d’esprit à part entière.

Partons à la découverte de cette riche et surprenante culture populaire nippone.

QU'EST CE QUE LA CULTURE POP JAPONAISE?

En quelques mots, la pop culture japonaise rassemble toutes les formes d’expression et de divertissements populaires du pays du Soleil levant. Ces formes peuvent aller des plus évidentes, la musique ou le cinéma par exemple, à d’autres, moins facilement assimilables pour un novice.

Le point commun entre toutes ces formes d’expressions est qu’elles ont toutes des codes, souvent esthétiques, mais pas uniquement, qui leur permettent d’être clairement identifiables et de marquer leurs différences.

Voyons ci-dessous les moyens d’expression utilisés par la culture populaire du Japon.

LA CULTURE MANGA

Magazine de Japon culture Manga avec des personnages d'animés

Les mangas sont absolument incontournables et font partie intégrante du patrimoine culturel nippon. Ils sont, pour beaucoup, à l’épicentre d’une culture geek autour de laquelle s’articule les différentes formes de divertissements propres à la culture pop de l’île japonaise.

D’ailleurs, les fans de cette fameuse culture sont nommés les “otakus”. Bien que parfois assimilés péjorativement à des personnes “sans vie sociale”, ils sont surtout passionnés par cet univers et s’efforcent de casser cette image (avec les mouvements cosplay notamment).

Les origines du manga

Le manga en tant que tel a été créé pendant une période d'ouverture économique et culturelle au Japon entre 1868 et 1912.

Le peintre Hokusai est l'un des plus grands représentants de ce mode d’expression. Il est non seulement responsable de la naissance de ce nouveau courant artistique, mais aussi de la création du mot "manga".

Lancé en 1902, “Tagosaku to Mokube no Tokyo Kenbutsu” a été le premier manga reconnu dans l'histoire de ce concept culturel. Depuis, l'industrie du manga a connu une croissance phénoménale au Japon.

L’arrivée des mangas modernes

Mais le “père” du manga populaire de la génération des millenials, c’est Tezuka Osamu qui fera exploser le phénomène en créant l’emblématique “Astroboy” ! Tezuka inspirera d’autres artistes qui vont devenir mangakas et sortiront des bandes dessinées japonaises comme Dragon Ball, Sailor Moon, Nicky Larson ou Saint Seiya (les Chevaliers du Zodiaque) pour ne citer qu’eux.

Grâce à eux, le phénomène va s’ouvrir au reste du monde et d’autres vont suivre, comme Naruto, Fairy Tail, l’Attaque des Titans ou encore One Piece, qui est l’un des mangas les plus populaires de l'histoire. D’ailleurs, il vient de dépasser les 500 Millions d’exemplaires vendus !

Autre chiffre tout aussi impressionnant, en 2010, la bande dessinée japonaise représentait jusqu’à 25 % des ventes de livres au pays du Soleil Levant !

En traitant de sujets très variés, les mangas parviennent à attirer un public de plus en plus large avec des tranches d'âges toutes aussi variées. Ainsi, divers styles sont apparus : humoristiques, documentaires, historiques ou encore le manga moe.

L'ANIMÉ JAPONAIS

un dessin de fille de manga de la culture populaire japonaise

L'anime est une forme de divertissement qui a su battre tous les records dans le paysage audiovisuel. Ces dessins animés japonais sont la retranscription sur grand écran de bon nombre des histoires célèbres que l'on peut lire dans les mangas.

Les origines du film d’animation japonais

Le premier court métrage d'anime a été créé en 1917 par l'animateur japonais Junichi Kouchi. Cependant, il faudra attendre 1960 pour voir de l'anime de première qualité telle que Mazinger Z, l’ancêtre de Goldorak, produit par le même réalisateur, Kiyoshi Nagai (Gō Nagai).

Par la suite, des dessinateurs tels que Tezuka Osamu (Astroboy, Star Blazers) et Matsumoto Reiji (Galaxy Express 999), ont grandement fait connaître les animes. Le succès à l'étranger de séries telles que Doraemon, Dragon Ball, Saint Seya, Captain Tsubasa ou encore Pokemon en est la preuve éclatante.

Les films d’animation japonaise moderne

La grande force de l'animé (comme le manga d’ailleurs) est qu’il peut être classé dans une grande variété de genres, de l’humour au thriller en passant par les romances.

Enfin, ce genre de divertissement a atteint l'industrie cinématographique, où le plus grand représentant actuel est Hayao Miyazaki, avec son Studio Ghibli. Ces longs-métrages comme le Voyage de Chihiro ou le Tombeau des Lucioles allient à la perfection humour, critique sociale et activisme environnemental.

LE CINÉMA JAPONAIS

un fantome Yurei du cinema japonais japonais avec de longs cheveux noirs et une robe blanche

Avant l'avènement du manga ou de l'anime, il y avait déjà un grand représentant de la culture nippone : Kurosawa Akira, dont la renommée est due à des succès cinématographiques tels que Ikiru (Vivre), Shichinin no samurai (Les Sept Samouraïs) et Kagemusha (The Shadow Warrior).

Ses films se déroulent à des périodes historiques du Japon et dépeignent la réalité sociale de l'ère Kurosawa. Après lui, l'industrie cinématographique japonaise a connu une baisse de popularité, à l'exception de Yoji Yamada, réalisateur de Torasan qui n’a pas percé dans nos contrées, mais qui a su trouver son public ailleurs.

Il faudra attendre les années 1990 pour que les films japonais non animés retrouvent une reconnaissance internationale. Ainsi, nous verrons l’arrivée des films comme Hana-Bi (Kitano Takeshi) ou Unagi (L’Anguille), et bien sûr The Ring (Le Cercle), réalisé par Hideo Nakata et qui a été reproduit dans une version anglaise.

LES JEUX-VIDÉOS JAPONAIS

Jeux video japonais avec un vaisseau

Bien entendu, nous ne pouvons pas faire un article sur la pop-culture nippone sans aborder l'industrie des jeux-vidéos, qui est une partie importante de la “japan touch”. C'est la première expression de la culture populaire japonaise à être exportée à grande échelle dans le monde entier.

Ce qui va provoquer un changement de dogme, car contrairement à son passé, lorsque le Japon importait de la culture étrangère, il deviendra un pays exportateur et son influence ne cessera de grandir dans toutes les formes de divertissements ou presque.

La naissance des jeux-vidéos

Cette forme de divertissement a émergé avec Space Invaders en 1978. Ce jeu vidéo était d’abord jouable en salles d’arcade qui étaient prises d’assaut par les jeunes Japonais. Grâce à la révolution des consoles vidéo, comme la Atari 2600 qui arrivera quasiment en même temps, on pouvait ensuite y jouer chez soi.

La tendance se poursuivra avec l'apparition de nouvelles consoles, comme Nintendo ou Sega, et de grandes franchises telles que Super Mario Bros, Sonic ou The Legend of Zelda ont vu le jour.

Un autre jeu deviendra très populaire au milieu des années 1990 : Pokémon. Son succès l’a ensuite vu se diversifier en développant un univers manga qui sera porté en dessin-animé, en long-métrage et dans de nombreux produits dérivés.

Aujourd'hui, l'industrie du jeu vidéo est devenue la plus importante du monde, en combinant toujours plus de réalisme visuel, des univers de plus en plus denses, des musiques et des intrigues complexes.

LE COSPLAY MANGA

Fille portant un Cosplay japonais

Le cosplay est un phénomène culturel relativement récent au Japon, devenant l'une des principales attractions des conventions d'anime, de bandes dessinées et de jeux vidéo.

C'est toute une sous-culture qui comprend une interprétation pointue des personnages, une connaissance du design et une grande implication en termes de temps et d'argent au point d’être considéré comme un art à part entière.

L’objectif est bien entendu d’obtenir la plus grande ressemblance possible avec le protagoniste interprété.

Définition du cosplay

Le concept de cosplay vient de l'expression “costume play”, que l'on peut traduire par "jeu de déguisement". Comme nous l'avons déjà mentionné, il peut aujourd'hui être considéré comme une sous-culture dans laquelle ses membres cherchent à représenter une idée ou à incarner un personnage à travers un costume et une interprétation de rôle.

Le cosplay est généralement inspiré de la culture manga avec des personnages d'anime, de bandes dessinées, de films ou de jeux vidéo. La personne qui se déguise et participe à ce type d'événement comme “Japan Expo” s'appelle un cosplayeur.

L’origine du mouvement cosplay

Le cosplay est apparu dans les années 70 dans les marchés et salons de bande dessinée au Japon, où les gens ont commencé à se rassembler en portant des costumes à l’effigie des héros de leurs BD favorites. Au fil du temps, cette tendance a commencé à devenir populaire dans le monde entier en touchant différents publics.

Ainsi, on voit actuellement que le cosplay apparaît dans pratiquement tous les grands événements liés à l'industrie de la bande dessinée, du dessin animé japonais et du jeu vidéo.

Il a même atteint le cinéma et la littérature avec des fans qui se déguisent pour assister à des premières de films ou au lancement de romans fantastiques. Et ce, même si les œuvres en question n’ont rien à voir avec le divertissement nippon, Harry Potter en est un exemple particulièrement parlant, mais c’est loin d’être le seul !

L’influence du cosplay sur la société japonaise

La répercussion culturelle du cosplay est indéniable, en particulier dans un pays comme le Japon où il existe des restaurants et des bars de cosplay dans lesquels des serveurs arborent des costumes ! Dans ce type d'établissement, certains codes sont suivis afin que les clients puissent vivre une expérience unique avec des cosplayeurs.

Le cosplay ne serait peut-être pas plus qu’un simple délire temporaire articulé autour d'éléments ludiques et récréatifs si le processus de création des costumes n’était pas si important ! En effet, il est généralement long et implique un travail acharné pour être fabriqué à la main dans les moindres détails. Cela fait partie de la culture du Japon.

LE KAWAII

dessin de motif japonais karaii au Japon

Kawaii est un mot japonais qui signifie “mignon”, “adorable” et tous les sentiments du spectre de l’adoration douce et sucrée. Pour se rapprocher de ce qu’il voudrait dire si on l’utilisait chez nous, on pourrait citer des termes comme “chou”, “craquant”, etc.

Ce qui diffère légèrement dans la pop culture japonaise, c’est qu’il peut être employé à toutes les sauces ! En conséquence, il est souvent utilisé pour parler de nourriture, de jouets, de mode, d'habitudes, d'apparence et bien d'autres choses encore…

Si le mode d’expression le plus démonstratif du kawaii se trouve dans le style vestimentaire, il ne faut pas faire l’erreur de le réduire à un courant de mode, car il s’agit de bien plus que cela !

En ce qui concerne la mode kawaii japonaise, certains imitent les comportements de leurs personnages préférés dans les mangas et les films d’animation japonais et donc de plus en plus de gens ressemblent à des poupées. Le terme kawaii est intégré dans la culture japonaise de manière si forte qu'il est devenu une marque d'identité très reconnaissable au Japon et à l'étranger.

Le pendant masculin du kawaii

D'autre part, il y a l'équivalent masculin qui est “kakkoii” et se traduit par 'homme jeune, beau, cool et séduisant. En ce sens, le “kakkoii” tente d'explorer la masculinité dans la mode et dans les groupes J-Pop.

L'importance des accessoires

En ce qui concerne la mode kawaii, les accessoires sont indispensables pour accompagner parfaitement la tenue. Poupées, nœuds, chaussettes, sacs, sacs à dos, bijoux, oreilles… Le style kawaii s’exprime dans les couleurs pastel et les motifs mignons inspirant la douceur et la joie.

Par contre, en dehors de l'Asie, le terme kawaii fait référence à la culture japonaise, mais c’est un raccourci erroné puisqu'il est beaucoup utilisé pour parler du mode de vie Otaku.

LA MODE JAPONAISE

5 femmes avec un style japonais de vetement gyaru. Elles portent une robe jaune et des chaussettes montantes hautes

Au Japon, dans le célèbre quartier de Harajuku, l’épicentre mondial de la mode vestimentaire de demain, vous trouverez une variété de styles inspirés de la mode locale et étrangère.

Les rues de ce quartier étant un podium de mode grandeur nature, vous pourrez y admirer, en un défilé constant, ce que l'on appelle la mode de rue japonaise (ou japanese street fashion).

Cette mode, qui n'est pas seulement avant-gardiste, audacieuse ou extrême, présente aussi des créations très proches de la haute couture que l'on voit sur les podiums européens.

Parmi la diversité de style, on y trouve :

  • les styles appelés Lolitas pour les femmes et Kodonas pour les hommes. Ces deux styles ont une touche victorienne qui peut aller du gothique, avec des couleurs sombres et des éléments macabres, à l'enfantin, inspiré par les fées et les animaux de contes de fées.
  • le Visual Kei, un style flashy ou androgyne basé sur le Glam Rock, le Post Punk et le théâtre Kabuki, qui dramatise tout et met beaucoup en valeur le maquillage.
  • les Ganguro sont un sous-mouvement de la culture gyaru. Ces filles veulent imiter les Californiennes en se teignant les cheveux en güero, en bronzant et en se mettant de faux ongles et de faux cils, le tout avec une apparence sexy et glamour.
  • le style Décora est psychédélique et acidulé, avec beaucoup d'accessoires tels que des autocollants, des pinces à cheveux, des bandeaux accompagnés de tutus, de bas, de collants ou de chaussettes. La couleur prédominante de leurs vêtements est le rose.
  • les Rockabillys qui copient le style des années 50, se font passer pour des rockers et veulent ressembler à Elvis Presley dans leurs danses et leur musique, mais interprètent les chansons en japonais.
  • les Cosplayeurs, qu’on a vus précédemment, sont ceux qui se déguisent en personnages d'anime, de manga japonais, en chanteurs célèbres, en personnages “heroic fantasy” ou de comics occidentaux.
  • le style Hip Hop est probablement le plus dominant. Ces addicts de la mode ont des boutiques spécialisées pour leurs tenues et certains aiment même faire des démonstrations de danse dans les parcs.

Aujourd'hui, les créateurs japonais en général se caractérisent par l'inclusion de figures architecturales et de couleurs vives dans leurs vêtements.

LA MUSIQUE J-POP

J-pop groupe de fille portant des jupes d'étudiantes bleurs et des talons blancs

À partir des années 1950 et 1960, les courants musicaux occidentaux ont explosé et ont influencé la musique du Japon. Le rock and roll d'Elvis, le son mélodique de Bob Dylan et la musique de groupes comme les Beatles ont amené avec eux l'émergence de nouveaux interprètes japonais de hip-hop, funk, rap, punk et autres genres.

La J-Pop peut être divisée en deux catégories :

  • Les idoles pop : les chanteurs d'idoles sont des groupes intentionnellement fabriqués qui atteignent une grosse popularité commerciale grâce à une grande exposition médiatique et ont généralement un succès éphémère.
  • La "nouvelle musique" : ce sont des chanteurs souvent solos ou en groupe qui écrivent leurs propres chansons. Ils n'apparaissent habituellement pas à la télévision et veulent contrôler leur processus créatif.

Une des caractéristiques de la J-pop est qu'il peut s'agir de groupes assez nombreux, comme c'est le cas de “Exile” un groupe composé de 13 à 19 jeunes hommes et de “Nogizaka46” composé de 100 filles.

Un groupe appelé AKB48 pousse le concept plus loin en organisant un concours pour que le public choisisse son membre préféré. Au début des années 2000, un nouveau genre produit par ordinateur a émergé où un logiciel synthétise une voix chantée à partir de la voix humaine tout en y ajoutant des paroles et des mélodies.

LA POP CULTURE JAPONAISE: MODERNITÉ ET TRADITION

deux personnages féminin dessiné d'un animé japonais

Comme vous l’avez vu, la culture pop nippone est si dense, éclectique et audacieuse qu’elle est un voyage à elle seule ! Ce qui est intéressant à noter, c’est qu’en tant que société traditionnelle et conservatrice, le Japon a dans un premier temps su s’ouvrir au monde pour s’en inspirer… Pour mieux l’inspirer à son tour !

C’est sans doute l’un des tours de force les plus réussis émergeant du concept “Cool Japan”. L’autre réussite de cette puissance culturelle nouvellement acquise, c’est sa faculté à s’adapter à la modernité et à l’effervescence de ces courants “jeunesse” tout en véhiculant l’image d’un pays qui aime et choie ses traditions ancestrales.

Tout cela, sans jamais déroger de l’application de son Soft Power !

Après avoir fait le tour de ce qui constitue la culture pop japonaise, peut-être voudriez-vous continuer la découverte de cet Empire asiatique à travers l'histoire du Japon ?

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés